Archéodrone sur France 2

L’archéodrone a fait l’objet d’un reportage pour le journal télévisé de 13H de France 2 au mois d’août à l’occasion d’une mission de thermographie aéroportée sur un site néolithique en Charente.

Archéodrone sur France 2

communication

Archéodrone dans Métro News pour ses travaux sur la LGV Bordeaux-Toulouse

Le quotidien gratuit Metro News se fait l’écho des travaux menés par le programme Archéodrone sur le tracé de la future Ligne TGV Bordeaux-Toulouse :

Lien vers l’article 

communication

Archéodrone dans Le Monde

Le programme Archéodrone est mentionné dans un article du journal Le Monde daté du 21/05/2014 consacré à l’utilisation des drones en archéologie et leurs développements futurs :

Article drone Le Monde

communication

Archéodrone dans la Gazette du Comminges

L’intervention de l’équipe Archéodrone à Izaut-de-l’Hôtel a été relayée par la Gazette du Comminges n°332.

Lien vers l’article

méthodologie

Archéodrone et Little Foot

La contribution d’Archéodrone à l’élucidation du mystère autour de Little Foot, en Afrique du Sud, a récemment été relayée dans la presse :

– Le communiqué de presse de l’Université Toulouse 2 – Le Mirail

– Le billet du blog Archéologie du journal Le Monde

communication

Archéodrone en Berry

Archéodrone dans la presse locale du Berry, où il s’est fait remarquer à l’occasion d’une mission de prospection thermique.

Le même jour, une page de présentation du programme Archéodrone sur Hélicomicro, un site web dédié aux engins volants.

communication

Première publication du programme Archéodrone

La première publication du programme Archéodrone :

Poirier, N., Hautefeuille, F. & Calastrenc, C. Low Altitude Thermal Survey by Means of an Automated Unmanned Aerial Vehicle for the Detection of Archaeological Buried Structures. Archaeological Prospection  (2013). doi:10.1002/arp.1454

communication

Mission en Berry (juin 2013)

Un test de thermographie aéroportée par drone a été réalisé en Berry dans le but de tester le potentiel du stress hydrique des céréales pour l’identification de sites archéologiques enfouis.

La zone d’étude, située dans la moitié Est du département du Cher, a fait l’objet entre 2003 et 2006 de campagnes de prospection systématique au sol ayant permis l’identification d’une quarantaine de concentration de mobilier archéologique interprétées comme des sites potentiels.

L’objectif était donc de réaliser des mesures en infra-rouge thermique au-dessus de ces concentrations de manière à estimer l’impact des structures potentiellement enfouies sur la croissance des céréales. On sait en effet que des plantes qui poussent au-dessus de structures maçonnées (comme des murs) auront tendance à connaître un stress hydrique plus important que les autres et ainsi à présenter une signature infra-rouge thermique caractéristique. L’inverse se vérifie également pour les plantes dont les racines rencontrent d’anciennes structures en creux (de type fossés ou silos) qui drainent encore une partie de l’humidité du sol et influencent ainsi la croissance des plantes. Ces différences conduisent à des stades de mûrissement différents des céréales ou autres cultures qui sont bien repérables en photographie classique par le jaunissement prématuré de certains secteurs ou inversement à un mûrissement retardé. L’expérience montre que les mesures infra-rouge thermique permettent de détecter ses anomalies bien avant qu’elles ne soient visibles sur des photographies classiques et permettent une meilleure définition des structures qu’elles révèlent.

Un survol réalisé au-dessus d’une parcelle ayant livré un abondant mobilier antique sans qu’aucune concentration n’ait été identifiée a révélé l’existence d’une anomalie thermique sans doute liée à ce stress hydrique subi par les plantes et invisible sur un cliché conventionnel. Les limites de cette anomalies étant assez bien marquées dans l’espace, on peut penser qu’elle révèle l’existence d’aménagements anthropiques aujourd’hui disparus.

Anomalie thermique liée au stress hydrique des céréales (à droite) invisible sur un cliché classique (à gauche)

Anomalie thermique liée au stress hydrique des céréales (à droite) invisible sur un cliché classique (à gauche)

Dans un pré adjacent qui venait d’être fauché, les mesures infra-rouge thermiques révèlent également une anomalie plus diffuse mais qui se distingue bien du reste des mesures prises au sein de la parcelle. La prospection thermique a ainsi peut-être permis de localiser un établissement antique que les prospections de surface n’avaient pas pu localiser exactement, peut-être du fait qu’il se trouvait sans le pré adjacent, inaccessible aux méthodes traditionnelles de ramassage de mobilier…

Anomalie thermique chaude observée dans un pré venant d'être fauché (vue générale)

Anomalie thermique chaude observée dans un pré venant d’être fauché (vue générale)

Anomalie thermique chaude observée dans un pré venant d'être fauché (vue rapprochée)

Anomalie thermique chaude observée dans un pré venant d’être fauché (vue rapprochée)

Ailleurs, c’est le survol d’un secteur ayant livré les vestiges d’un site du haut Moyen Âge (VIIIe – Xe siècles) qui semble présenter également des anomalies thermiques. Toutefois, la parcelle ne portant pas de culture au moment du survol, on ne peut discerner aucune limite précise ni aucun plan de bâtiment dans cette anomalie.

Anomalie chaude à l'emplacement d'une concentration de mobilier du haut Moyen Âge

Anomalie chaude à l’emplacement d’une concentration de mobilier du haut Moyen Âge

 

thermographie

Mission à la Silla del Papa et Belo Claudia (Espagne) – mai 2013

L’équipe Archéodrone a été mobilisée pour une mission de dix jours dans le sud de l’Espagne, près de Tarifa, sur 2 sites étudiés en partenariat avec l’Université d’Alicante : l’oppidum de la Silla del Papa et l’agglomération romaine de Baelo Claudia.

DSC_0553

L’objectif était de réaliser une couverture photographique aérienne à basse altitude du site de la Silla del Papa, un site de hauteur occupé durant la Protohistoire, particulièrement difficile d’accès.

Il s’agissait d’une part de produire une orthophotographie verticale suffisamment fine pour aider les archéologues au repérage et au lever topographique des structures découvertes, en particulier dans le secteur de la nécropole du site récemment identifiée.

D’autre part, l’enjeu était de parvenir à une restitution 3D des parois rocheuses sur

DSC_0426

lesquelles se sont appuyées de nombreuses constructions, dont témoigne encore la présence d’encoches ayant servi au logement de poutres et poteaux porteurs.

L’ensemble du site a d’abord fait l’objet d’une campagne d’implantation de points topographiques au GPS différentiel devant servir par la suite de bornes d’implantation pour les tachéomètres lasers utilisés pour le relevé des structures (Plus d’information sur le blog de la plateforme archéologique Terrae). Ces points topographiques sont également utilisés dans le processus d’assemblage et de référencement des nombreuses photographies aériennes prises grâce à l’Archéodrone.

Modèle 3D d'une partie du site de la Silla del Papa obtenue par photogrammétrie

Modèle 3D d’une partie du site de la Silla del Papa obtenue par photogrammétrie

Nécropole de Baelo Claudia

Nécropole de Baelo Claudia

Porte Ouest de Baelo Claudia

Porte Ouest de Baelo Claudia

Sur l’agglomération romaine de Baelo Claudia située en contrebas de l’oppidum de la Silla del Papa, les travaux ont consisté dans la documentation par photographie aérienne verticale à basse altitude de certains éléments comme la nécropole et la porte Ouest, étudiés par nos collègues de l’Université d’Alicante.

Un travail a également été réalisé sur l’alimentation en eau de la cité antique par Laetitia Borau. L’utilisation du drone a permis dans ce cadre de réaliser des photographies aériennes à basse altitude rendant mieux compte de l’organisation spatiale des vestiges conservés, et relevés par ailleurs grâce au GPS différentiel (Plus d’information sur le blog de la plateforme archéologique Terrae).

photogrammétrie

Un futur possible pour Archéodrone : le compact-explorer

Un futur possible pour Archéodrone : le Compact-Explorer, un mini-drone pour l’exploration des cavités souterraines (à développer dans le cadre du Micro Air Vehicle Research Center à Toulouse)

cliquez pour agrandir
communication