Archives de catégorie : Le Centre de ressources comment faire ?

« Franchement, c’est une super idée les plaids… »

Le CRL met maintenant à disposition de son public aimé et choyé des plaids pour affronter les frimas de l’hiver…

A utiliser à l’intérieur comme à l’extérieur, suivant en cela l’exemple de Marine et Emmanuelle qui confirment que vraiment « on est trop bien… »

« Mediante le parole possiamo conoscere le persone »

Le partenariat avec le Festival Polars du Sud se poursuit… Le Centre de ressources des langues a accueilli le 6 octobre Carlo Lucarelli, pour présenter son dernier roman traduit en français, Albergo Italia. La rencontre était animée  par Antonella Capra et Giovanna Montermini.

 Pourquoi avez-vous choisi cette époque si spécifique, celle du colonialisme italien du XIXème siècle, pour votre roman?

En Italie l’époque coloniale n’est pas enseignée à l’école, donc la plupart des Italiens grandissent sans en savoir rien. Moi-même, pendant toute ma vie, j’ai vu la Place Vittorio Bottego, à Parma, et je ne savais pas de qui il s’agissait. C’est pour cette raison que j’ai décidé de commencer à étudier cette époque, avec des livres mais aussi allant en Afrique, et des collègues écrivains ont fait la même chose. Aujourd’hui, c’est encore plus important de combler les lacunes sur le sujet, parce que nous sommes dans une période d’immigration de l’Afrique et il faut connaître et faire connaître les raisons de ces mouvements migratoires.

En plus, chaque livre nait d’une occasion. Cette fois, l’occasion a été le 200ème anniversaire de «L’Arma dei Carabinieri», pour lequel on a demandé à quatre écrivains italiens d’écrire un roman avec un Carabiniere comme personnage principal. J’ai décidé de reprendre un personnage sur lequel j’avais déjà écrit, le Captain Colaprico, et de lui donner un livre pour lui tout seul. Mais c’était aussi nécessaire de lui donner un personnage secondaire, comme demandé par le genre policier. En parlant avec ma femme, qui est érythréenne, j’ai découvert l’histoire de son grand-père, qui était un «zaptié», un Carabiniere africain, et j’ai décidé qu’il deviendrait le soutien de Colaprico. Finalement, il a tellement grandi qu’il est devenu le personnage principal.

 Le roman policier, grâce à l’intrigue, peut expliquer les mystères de l’histoire. Est-ce que nous pouvons dire la même chose pour votre livre?

Bien sur. Le romain policier est caractérisé par un mécanisme narratif, très efficace: il suscite des attentes et nous fait retenir notre souffle. Il n’explique pas seulement le délit, mais aussi tout ce qui est autour. mais aussi tout ce qui est autour.

Dans ce cas, mon livre traite d’un établissement financier qui finance des actions illégales, couvertes par la mafia et les services secrets, mais il pourrait aussi se passer aujourd’hui, ou demain. Albergo Italia raconte la façon d’être italien au XIXème siècle, mais c’est la même chose qu’aujourd’hui.

 La relation entre Colaprico et Ogbà renvoie à celle entre Sherlock Holmes et Watson. Quelle est l’influence de ces deux personnages crées par Conan Doyle sur votre œuvre?

Un roman est un jeu littéraire, et dans mon livre ce jeu est présent dans la relation entre les deux protagonistes; mais ils sont différents de Holmes et Watson. Pour créer le personnage d’Ogbà j’avais besoin d’entrer dans la tête de quelqu’un d’incroyablement différent de moi, que je ne connaissais pas.

Pour le faire, j’ai décidé d’utiliser le langage: «Mediante le parole possiamo conoscere le persone» («Grâce aux mots nous pouvons connaître les personnes»).

Il y a une phrase d’un auteur russe qui dit «les Italiens, vous faites toujours des choses inutiles» et je voulais la faire prononcer par Ogba, donc j’ai essayé de faire la traduire par ma femme. Mais la traduction était toujours trop littérale: il ne pouvait pas s’adresser à Colaprico de cette façon, parce qu’il est toujours son supérieur. Ma femme m’a finalement conseillé un dicton érythréen: «quand un Italien rit et quand il se fâche, ne t’en veux pas», pour indiquer qu’il ne faut pas les prendre au sérieux.

Cela représente parfaitement la relation entre Italiens et Africains pendant cette période. Ce dicton a ouvert une multitude de possibilités pour la relation Colaprico-Ogbà et le zaptié est devenu le vrai Sherlock Holmes, le premier qui comprend les choses, mais qui est obligé de les indiquer à Colaprico en lui faisant croire qui c’est lui que les a découvertes. Les deux personnages sont amis jusqu’à ce qu’ils aient un but en commun, découvrir la vérité.

 Vous avez introduit un plurilinguisme très développé dans ce roman, ce choix était-il une nécessité?

Il s’agissait plutôt d’une opportunité pour continuer à développer le sujet du plurilinguisme dans mes livres. J’avais déjà commencé avec «Almost Blue», l’histoire d’un investigateur aveugle, et alors que j’écrivais je m’étais aperçu de toutes les nuances linguistiques qu’il y a dans chaque langue. Cette symphonie linguistique a continué dans «L’Ottava Vibrazione», avec tous les dialectes parlés par les personnages. Finalement, Albergo Italia présente une autre logique: les nuances des mots permettent de comprendre ce que les personnages pensent.

 Comment a été accueilli le roman à l’étranger?

L’accueil a été positif, mais j’ai remarqué des ventes inférieures à celles des autres livres. Je crois qu’il y a deux raisons à cela: il est situé dans l’époque coloniale méconnue et j’ai introduit beaucoup de mots en Tigrigna, une langue africaine, qui crée une difficulté de lecture.

 Est-ce que vous aimeriez voir votre roman adapté en film?

Plutôt pour une série de télévision, parce que ce format s’adapterait parfaitement à la structure narrative d’un roman policier. Mais la difficulté principale est qu’il s’agirait d’une série avec un scénario historique, très couteux en termes de costumes et de scénographie.

 Ce type de romans peut-il aider à changer la vision actuelle des réfugiés?

Bien sûr, si nous connaissons l’Histoire il serait plus facile de comprendre les migrations et, peut-être, nous pourrions trouver une solution aux problèmes contemporains.

 Pourquoi l’Histoire coloniale italienne est-elle tabou?

Parce qu’il s’agit d’une période gênante pour nous. Nous connaissons le colonialisme fasciste du début du XXème siècle et toute la violence qu’il a suscité. Mais l’attitude a été la même pendant les colonisations du XIXème siècle et des années 50 post fascisme. Il vaut mieux éviter de nous souvenir de nos erreurs.

Pour encadrer le travail des moniteurs-étudiants »

Nathalie recto sans tête« le travail de qui ? Et puis quel travail d’abord ? »

« Des étudiants qui tout en étant étudiants travaillent en bibliothèque. Au CRL ils sont une vingtaine qui participent à l’accueil et au renseignement des usagers de la bibliothèque, enregistrent les emprunts et les retours de documents, rangent ces mêmes documents dans les rayonnages »

SONY DSCPrenons par exemple Laure, monitrice au CRL pour sa 2ème année et inscrite en M2 d’Anglais :  « Monitrice-étudiante, c’est l’idéal, on est sur le campus, au contact des autres étudiants du M2, des enseignants, de bibliothécaires qui nous font profiter de leur expérience incomparable pour retrouver des livres, des articles en ligne, nous aider à constituer notre bibliographie pour le mémoire… »

Pour postuler, toutes les informations par ici…

« Pour vous faire profiter d’Archipel + encore plus que d’Archipel »

« Ouh là…. »

« Mais non, je vais vous expliquer… Le catalogue Archipel, vous connaissez ? Pour retrouver des livres, des titres de revues, des DVD… »

SONY DSC

« Ah ça oui, et je sais même qu’Archipel c’est  plus qu’un catalogue. Par exemple, il paraît que ça donne accès également au « compte lecteur » qui permet de suivre ses emprunts et de les renouveler. Mais Archipel + ? »

« Archipel + c’est un outil de recherche unique pour accéder à toute la documentation proposée par les bibliothèques, papier et numérique. C’est aussi une interface simple, adaptée aux mobiles, un accès direct aux ressources en ligne (articles de revues, livres numériques, thèses…). Essayez le, et à la moindre hésitation, pas de panique,  je suis là… »

« Pour équiper les documents, sur tout type de support »

Saida recto« Equiper ? »

« Mais oui… Les livres, mais aussi les revues, les DVD, les BD, les CD-ROM sont équipés. On leur colle un code-barre pour identifier chaque exemplaire, un anti-vol, un coup de tampon,  la cote pour classer et ranger le document, et bien sûr, une pincée de petite touche personnelle, mais qu’on ne dévoilera pas ici … »

 

SONY DSC

« Pour vous mettre ELAO dans les oreilles »

Fabrice recto« Bonjour, je viens passer le test pour l’anglais »

« Ah oui, le test ELAO »

« Ah bon ça n’est pas ici, je dois monter ? »

« Mais non, ELAO c’est simplement le nom de ce test réservé aux étudiants qui ont anglais en option. Ce n’est pas un examen, il vous permettra simplement d’évaluer votre niveau pour vous inscrire dans un groupe où vous serez à votre place. Vous pouvez le passer ici au CRL bien sûr, ou en ligne n’importe ou ailleurs »

« Pour s’assurer qu’à l’accueil vous serez bien renseignés »

« Mais que peut-on vous demander au juste ? »

« Tout…  ou du moins, tout ce qui concerne de près ou de loin les bibliothèques… »

« c’est à dire ?« 

 » Tout sur le catalogue Archipel (où trouver des documents pour un exposé, un mémoire, une méthode de hollandais), la salle N127 (ou n’importe quelle autre salle du campus dans laquelle vous avez cours dans 3 minutes), les photocopies et les impressions au CRL et sur le campus, le livre que vous ne trouvez pas en rayon, la réservation d’une salle de travail en groupe, les entretiens ou le tutorat d’anglais au CRL, se connecter en wifi aux « Que sais-je ? » en ligne, le site web des bibliothèques… Venez nous voir, à l’accueil ou dans nos bureaux, et vous saurez tout… »