Archives par mot-clé : chinois

Printemps des poètes 2017

Cette année à nouveau la poésie était à l’honneur au CRL.

Des étudiant-e-s et leurs enseignant-e-s récitaient, déclamaient, lisaient des poèmes dans toutes les langues (ou presque) quatre jours d’affilée à l’heure du déjeuner…

Aux manettes comme chaque année Jean Nimis, enseignant d’italien, et pour l’animation et la capture du son (malheureusement et techniquement indisponible sur ce blog), Gilles Pouyol, étudiant au DEFLE et animateur de Radio R’d’autan.


Lundi,
c’était le jour de l‘italien : Ndjock Ngana «Africa» d’un poète camerounais vivant à Rome, du grec : «Willy, le chauffeur-mécanicien du Djibouti», de Nikos Kavvadias, de la Chorale du SCASC, du Français Langue Étrangère avec «Rama Kam» (David Diop), «Femme libre» (Léopold Sédar Senghor), «Un autre départ» (Cécile Oumhani), «Tentative de Jalousie» (Marina Tsvétaïéva), «Mère Afrique» (Fatou Diome), du catalan avec la participation du poète catalan Marc Artigau, du chinois avec «L’Olivier» 橄榄树 – gǎnlǎnshù, de Sanmao (poétesse taïwanaise contemporaine, qui a vécu quelques années dans l’ancien Sahara espagnol).

Mardi, place à l’occitan avec Aurélien de Chaire, «La sang de la tèrra» (A l’Ombra d’un manguièr, 2015), à l’anglais avec Helene Johnson, «Sonnet to a Negro in Harlem», Maya Angelou, «Still I Rise», Antjie Krog, «Country of Grief and Grace», Okot p’Bitek, «We women will never have peace», Odia Ofeimun, «I am a writer», Langston Hughes, «Afraid», Roma Ryan, «Storms in Africa», Langston Hughes, «The Kids in School with Me», au hongrois, au grec à nouveau avec  «Patrice Lumumba : le Saint Noir», poème de Yannis Ritsos, au frioulan : Leonardo Zanier, «Cramârs marochins» (Vendeurs ambulants marocains, 2012) et au français encore et en musique avec Charles Baudelaire, «L’invitation au voyage» et Aimé Césaire, extrait de Debout dans les Cordages

 

 Mercredi, pour le portugais : «Naturalidade» de Rui Knopfli (Mozambique, 1959) et «Monangamba» de António Jacinto (Angola, 1961), l’espagnol (Amérique Latine) : poètes de l’Équateur, du Pérou, de la Caraïbe et de la côte Pacifique; le russe : Nikolaï Goumilev (Никола́й Гумилёв), «La girafe» et «La nuit Africaine», le basque et le galicien.

Jeudi 16 mars, lectures de nahuatl, de japonais, de polonais : Julian Tuwim, «Le Petit Bambo» [Murzynek Bambo] ; Stanislaw Przesmycki et Zofia Vieweger, «Berceuse» [Kolysanka murzynska] ; Aimé Césaire, «Blanc à remplir» et «En vérité», d’allemand : Rainer Maria Rilke, «Der Panther», Yvan Goll «Der Regenpalast» (Le palais de pluie), Ingeborg Bachmann «Dein Schatten» (Ton ombre), Paul Celan «In Ägypten», de latin: extraits du chant IX de l’épopée de Lucain, Bellum ciuile;et d’arabe : Mahmoud Darwich (محمود درويش), «Chant d’amour à l’Afrique» – Mohammed El ‘Id Al Khalifa, «L’esclave noir» – Mohammed Miftah Al-Fitouri (محمد الفيتوري), «Je suis nègre» et «L’aube brise le mur de l’obscurité».

le Printemps des poètes au CRL (3/4)

Une troisième journée, bien sûr…

SONY DSC

Entrée en fanfare (saxophone) pour l’anglais sur des poèmes de Langston Hughes (1902-1967), Claude McKay (1889-1948) et James A. Emanuel (1921-2013).

SONY DSC

 

poursuivi en Chinois (guitare et chanson) avec Su Shi –  苏轼 (1037-1101) et Dai Wangshu –  戴望舒 (1905-1950).

SONY DSC

 

 

SONY DSCGrec avec un poème de Níkos Kavvadías (Νίκος Καββαδίας, 1910-1975) , Hébreu, avec Samuel ha-Nagid ibn Nagrila (993-1056),  et puis Français langue étrangère (FLE) avec Arthur Rimbaud.SONY DSC

 

 

le Printemps des poètes au CRL (1/4)

Des poèmes en vingt langues à l’heure du déjeuner, du 24 au 27 mars au CRL

SONY DSC

 

Il paraît qu’il n’y a rien de tel que la poésie pour faire raisonner les mots. Alors pourquoi ne pas venir au CRL pour entendre toutes ces langues ?

le Bats’i k’op (maya tsotsil), le basque avec Gabriel Aresti (1933-1975),

SONY DSCle catalan avec Joan Brossa (1919-1998) et Vicent Andrés Estellés (1924-1993), l’espagnol avec Rafael Alberti (1902-1999)
et Luis Cernuda (1902-1963)

le portugais et brésilien avec Camillo Pessanha (1867 – 1926) et
Manoel Barros (1916), et de l’occitan avec Max-Philippe Delavouët (1920 – 1990)SONY DSC

SONY DSC

 

enthousiasme, plénitude, à suivre…

 

 

« Merci pour la visite… »

Ils sont venus, ils sont restés toute la journée…

Samedi 15 février c’était Journées Portes Ouvertes à l’Université. SONY DSC

 

Les enseignants du Département des Langues Etrangères, SONY DSCet du Département des Études hispaniques et hispano-américaines tenaient table ouverte au CRLSONY DSC.

les visiteurs se sont succédés, qui pour s’inscrire en japonais, allemand ou catalan…, qui pour découvrir le CRL ou les services que proposent les bibliothèques du campus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On a vu un Président d’UniversitéSONY DSC,  s’essayer au chat de « Une Question ?« , le service en ligne de Questions-Réponses du réseau universitaire des bibliothèques toulousaines.

 

 

 

On a vu de futurs étudiants le plus souvent accompagnés de leurs parents, découvrir les pouvoirs de la carte d’étudiant (entre autres, celui d’emprunter dans tout le réseau universitaire), la qualité des poufs, s’exercer au théâtre en allemandSONY DSC, écouter des poèmes espagnols mis en musique par les étudiants du foyer étudiant La PeñaSONY DSC, découvrir la calligraphie arabe avec Saïd Benjelloun, tester l’accueil des bibliothécaires…SONY DSC

 

Bref, les portes étaient grandes ouvertes, et elles le sont toujours…

Tout le monde était sur le pont…

… pour les Journées Portes Ouvertes de l’Université, samedi 16 février.

Centre de ressources des langues - CRL - UTM

De 10h à 16h30, comme chaque année, les futurs étudiants de l’UM étaient accueillis à l’Université, et tout particulièrement, en ce qui nous concerne, à l’UFR de langues.

Bienvenue à l'UFR des langues

 

 

 

 

En groupe, parfois seuls, le plus souvent accompagnés de leurs parents, les visiteurs ont découvert le Centre de Ressources, guidés le long des couloirs par un fil d’Ariane polyglotte.

CRL - UTM - Suivez le guide

 

 

 

 

Italien - UTM

 

Installés dans la salle de lecture du CRL, les enseignants du Département des Langues Etrangères ont reçu des amateurs de russe, d’allemand, de polonais, de chinois, d’italien, d’arabe et de japonais, une langue qui connaît semble-t-il un succès croissant.

Visite en langage des signesLa visite du Centre de ressources, y compris en langue des signes, a permis aux futurs étudiants de découvrir un échantillon des ressources et services proposés par le CRL (ouvrages et revues, espaces de travail individuel ou en groupe, logiciels d’auto-apprentissage en langues…), par le SCD et les autres bibliothèques du campus (ressources numériques accessibles sur place ou à distance via l’ENT) et par le réseau universitaire toulousain (catalogue Archipel, « UneQuestion? » service de questions-réponses en ligne).

Speedlingua - UTM - CRL

 

 

 

Bienvenue au CRL

 

 

 

 

 

Et s’ils conservent quelque appréhension, au moment d’arriver à l’Université, ils peuvent au moins être rassurés sur un point : ils seront les bienvenus…

Bienvenue au Centre des langues

 

 

 

« Ici, on est au calme, pas dans le passage. Et puis c’est joli »

 

Paroles de …

Nathalie et Maxime, étudiants en L3 de LEA Anglais-chinois à la BANG, bibliothèque d’études du monde anglophone et de sciences du langage.


 

 

 

 

Bonjour, que faites-vous à la bibliothèque cet après-midi ?

– on révise notre cours de civilisation. On travaille sur les polycopiés et on utilise les dictionnaires

Vous venez souvent à la bibliothèque d’anglais ?

– En fait, c’est la première fois. C’est parce qu’on a cours à côté. Sinon on va de temps en temps en espagnol, mais c’est moins bien. Ici, on est au calme, pas dans le passage. Et puis c’est joli. On pensait que c’était tout petit, mais en fait il y a plein de place. Mais c’est vrai que d’habitude on va à la médiathèque de LEA, et puis aussi à la BUC. Mais à la BUC c’est trop grand. dans une bibliothèque comme celle-ci, on ne met pas trois heures à trouver un livre.

La médiathèque ?

– Oui, dans le nouveau bâtiment…

Ah oui, vous parlez de l’espace d’auto-apprentissage en langues. Savez-vous que toutes les bibliothèques de l’UFR de langues vont déménager vers le bâtiment en construction, pour constituer, avec la « médiathèque » un unique Centre de ressources des langues ?

– Non, on ne savait pas. On aime bien la médiathèque parce qu’on peut y travailler en groupe. à la BUC ça n’est pas possible, on nous dit « shhht ». Et pourtant on va dans la salle d’études, à l’entrée, où on devrait pouvoir faire un peu de bruit.

Dans le Centre de ressources, il y aura des salles de travail en groupe (comme à la BUC, d’ailleurs) où vous ne serez pas gênés. Vous verrez, vous serez bien et on prendra soin de vous.

Merci, je vous laisse travailler…