Archives par mot-clé : rencontre

« BACATÁ N’EST PAS UN LIVRE À VENDRE MAIS À PARTAGER »

 

Julie Imbert est partie à Bogota comme assistante de français auprès d’étudiants de l’Université Pédagogique Nationale de Colombie.  Elle a imaginé le projet d’écriture Bacatá, un « livre – carte aux trésors » composé de nouvelles bilingues écrites et traduites par ces mêmes étudiants. Un livre publié grâce au soutien de l’Alliance Française, de l’Institut Français et de l’Ambassade de France à Bogota.

Un livre recouvert d’une carte géographique de Bogotá qui, une fois déployée, permet de comprendre les mots mystérieux des récits…  Bref, comme le dit Julie Imbert elle-même, « On ne peut lire la carte sans le livre et inversement ».

Pour cette rencontre au CRL, Julie n’est pas venue seule pour présenter cet ouvrage particulier. Elle était accompagnée, pour des lectures à deux voix et deux langues, de la conteuse argentine Mara  de Patagonie. On n’oubliera pas son interprétation, chanté à la guitare, de « Mamá », de Andrés Felipe Micán Castiblanco.

 

En fin de rencontre, un atelier d’écriture en espagnol a permis de poursuivre l’échange…

« Bacatá » est bien sûr disponible au CRL, et également à Toulouse à la médiathèque José Cabanis, et même à Lyon, Bordeaux, Paris…

 

en direct de la soirée internationale…

« Bonsoir, Ici Naomi, étudiante en IUT Infocom, en stage au CRL et en direct, juste après la clôture de la 1ère soirée internationale.

Cette soirée avait pour but de lancer les tandems linguistiques (les étudiants voulant apprendre une langue remplissent un formulaire pour trouver un partenaire qui veut, à l’inverse, apprendre la leur. ce fût un indéniable succès… Plus de 70 personnes ont participé et peut-être bien trouvé un-e partenaire…

 

 

La soirée était organisée par Lorie  et animée avec enthousiasme par Leila et Sarah, toutes les trois étudiantes-monitrices au CRL… Et n’oublions pas les associations étudiantes de l’UT2J dont l’EIMA et les foyers étudiants La Peña, le foyer d’anglais et le foyer des langues étrangères qui ont soutenu le projet…

On a joué : le quiz a rencontré un grand succès (notamment la question « qui a dit une noisette, je la casse entre mes fesses, tu vois » ?)

Pendant l’apéro, des petites mains ont corrigé les réponses de chaque équipe.

 

Enfin, l’annonce de la dernière activité a suscité de l’excitation et de l’agitation dans la salle ! Il s’agissait d’un Blind- test que j’ai imaginé moi-même…. Les arbitres ont eu du fil à retordre pour départager les équipes déchaînées!

 

Les grands vainqueurs de la soirée les « MichMich » ont remporté le Gros lot .

J’ai aimé participer à l’organisation de cet événement très dynamique et au concept très original. J’ignorais qu’on pouvait créer ce genre de rassemblement et d’animation au sein d’une bibliothèque. J’ai été, de plus, agréablement surprise de voir autant de mobilisation sur toutes les activités qui se font autour du CRL.

Bonne fin de soirée à tous et à bientôt en septembre pour la prochaine soirée tandem… »

Mouloud Akkouche pour le lancement du prix « Ecrire la ville 2017 »

Mouloud Akkouche est écrivain. Il a été sélectionné l’année dernière pour la 1ère édition du prix Écrire la ville avec Si à 50 ans t’as pas ta rolex

Il était lundi 23 janvier à la rencontre de ses lecteurs… Une rencontre animée par Bruno Revelli, doctorant au LISST

Bruno Revelli a aimé ce roman de Mouloud Akkouche : « Une ville hallucinée du néo-capitalisme », ce titre d’un ouvrage de Mike Davis s’applique parfaitement à la ville de science-fiction décrite dans ce court récit. Nulle trace de SDF, de déchets dans les rues, de football, d’alcool, de pollution atmosphérique ou même de publicité dans cette ville qu’on pourrait croire idéale. Le partenariat signé entre Rolex et la Région a rendu toute affiche obsolète. En contrepartie des investissements du groupe, « tout citoyen de 50 ans devra posséder une Rolex » sous risque d’expulsion de cet éden urbain. C’est dans cet univers aseptisé que surgit une « polluée » évadée d’un dôme ultra-sécurisé où les anciennes populations non assimilables ont été parquées. Hommes et femmes y sont séparés par précaution malthusienne.

Milices urbaines, naming de stades, piétonisation de voies sur berges, franchisation des commerces, obsession de l’image et relégation des marginaux sont autant de tendances urbaines mises en évidence dans cette nouvelle sans prétention mais terriblement efficace. La ville décrite par Mouloud Akkouche nous révèle ainsi l’utopie sous-jacente aux discours d’un certain urbanisme mondial que l’on peut résumer par la formule : propreté, sécurité, uniformité. »

Mouloud Akkouche était accompagné d’Alice Rouyer, d’Emmanuel Eveno et de Modesta Suarez, membres du Comité de lecture pour le lancement de la 2ème édition de ce prix qui cette année choisira un lauréat parmi 6 auteurs à retrouver dans une « bibliothèque idéale » composée de romans, recueils de poésie, albums de bande dessinée, récits… parus à partir de 2010 jusqu’à 2017 et dans lesquels la ville occupe une place importante….

« Eu sou Lucimar »

verso-flyer-mutarelli

 

Tupi or not Tupi, encore jeune maison d’édition toulousaine était de retour au CRL avec deux auteurs brésiliens, Lucimar et Lourenço Mutarelli.

 

 

 

 

Une rencontre animée par Luana Azzolin, Cristina Davoigneau et Darléni Oliveira de Sa.

lourenco-mutarelli-lucimar-mutarelli-crl-ut2j

 

Lucimar et Lourenço vivent ensemble depuis quelques années et écrivent donc tous deux, dans une complicité certaine. Ils étaient pour la première fois réunis pour une rencontre commune.

tupi-or-not-tupi-crl-ut2j

Lourenço Mutarelli a d’abord été connu comme auteur de bande dessinée, encouragé à écrire des romans par Lucimar (« lorsque je lisais les BD de Lourenço je ne regardais pas les dessins, je ne lisais que le texte… »

lucimar-et-lourenco-mutarelli-crl-ut2j

C’est donc l’odeur du syphon qu’il venait présenter, les péripéties d’un antihéros, entre brocanteur et prêteur sur gages, qui prospère grâce à la détresse de ses clients….

darleni-oliveira-de-sa-crl-ut2jcrl-ut2j

 

 

 

 

 

 

la discussion avec Lucimar Mutarelli a tourné autour de Terceira Pessoa, un texte non encore traduit en français, quelque part entre le roman et la telenovela…

 

lourenco-mutarelli-lucimar-mutarelli-ut2j-crl

 

« Il n’y a pas de traduction en soi, il y a toujours une traduction par rapport à un public »

Cultures arabes : épisode 2….

Après Mathilde Chèvre la veille, c’est au tour d’Yves Gonzalez-Quijano d’être invité vedette au CRL,  toujours en partenariat avec la librairie Floury, pour une rencontre à guichets fermés…

Traducteur, Maître de conférence émérite en littérature arabe à l’Université Lumière Lyon2 et animateur d’un carnet de recherche en ligne intitulé « Culture et politique arabes« , il a traduit un certain nombre d’auteurs arabes en français, notamment Mahmoud Darwich, Hanan El-Cheikh et Sonallah Ibrahim. .

Mardi 12 octobre, Yves Gonzalez-Quijano nous proposait une conférence   animée par Assia Alaoui, enseignante à l’UT2J.

SONY DSC

SONY DSC

Le coin « rencontres » du CRL était comble pour l’entendre constater, après quelques années d’expérience, qu’ « une traduction réussie est une traduction invisible ». Si à la sortie d’un ouvrage les commentaires ne portent pas sur la traduction elle-même, c’est bon signe… Mais invisible ne signifie pas neutre : « la traduction littéraire c’est comme une histoire d’amour, dans un cas comme pour l’autre l’objectivité n’existe pas« .

 

Des conseils pour les étudiants en traduction, nombreux parmi l’assistance ? « Pour moi, la traduction ne s’enseigne pas... » Pas certain que les étudiants du CETIM aient pris le mot au pied de la lettre, tant il est vrai qu’il faut parfois savoir s’éloigner du texte pour être fidèle à l’esprit du propos…

Une rencontre qui aura laissé les auditeurs sur leur faim tant les pistes de discussion étaient nombreuses. Une rencontre qui aura peut-être bien droit à une suite…

 

Rencontre avec Manoela Sawitzki

SONY DSC

Une auteure brésilienne et sa jeune maison d’édition toulousaine Tupi or not Tupi, pour Dame de Nuit qui « dépeint avec finesse le parcours d’une héroïne qui tente, dans sa recherche identitaire, dans sa quête de sens, de trouver sa place dans le monde, après s’être créé un personnage conforme aux modèles-types de la féminité.

Ce deuxième roman de Manoela Sawitzki se fait le miroir d’une société rongée par les normes et par le mensonge, fortement marquée par la morale catholique.

Publié au Brésil et au Portugal en 2009, l’ouvrage a reçu l’adhésion de la critique et du lectorat, qui ont vu en l’auteure une nouvelle voix brésilienne »

“Poesía y Nuevo Mundo” au CRL

Le 12 octobe le CRL recevait  le poète chilien Raúl Zurita dans le cadre du séminaire Poésie Ou…Poésie.

C’est toute l’histoire de la poésie latino-américaine que Raúl Zurita a mis en perspective, accompagné de Benoît Santini, de l’Université du Litoral Côte d’Opale, et de Modesta Suarez, enseignante chercheuse à l’UT2J.

SONY DSC

« He encontrado a los libros en la biblioteca donde me dejaba mi madre antes de ir al trabajo »

SONY DSC

Le partenariat avec le festival Polar du Sud se poursuit… Après Luis Sepúlveda en 2013 et Carlos Salem l’année dernière, c’était au tour de Paola Barbato et Víctor del Árbol de passer nous voir…

 

 

 

 

 

De l’italien, de l’espagnol, du catalan et même du français pour une rencontre animée par Antonella Capra, Giovanna Montermini et Fabrice Corrons, tous trois enseignants à l’UT2J. Une rencontre qui aurait été à coup sûr animée de toutes façons…

Le public a pu suivre cet échange multilingue avec l’aide toujours appréciée des étudiants du CETIM, encouragés par Carole Fillière, responsable du Master traduction.

SONY DSC

Paola Barbato venait présenter A mains nues un roman qui a empêché de dormir Antonella Capra et Giovanna Montermini (elles ne sont pas les seules). Sans doute ce qu’on appelle un thriller…

Que se passe-t-il quand on se retrouve à 17 ans coupé du monde et plongé dans un univers où il n’est plus question que de tuer pour survivre ?

De son côté Víctor del Árbol est venu accompagné de Toutes les vagues de l’océan, un roman choral, qui une fois encore donne vie à de multiples personnages ancrés dans l’histoire, ici celle du stalinisme vu comme la trahison de l’utopie la pire de l’histoire. Un roman noir, ancré dans la littérature réaliste, qui décrit l’injustice de la vie, plutôt qu’un roman policier, qui serait plutôt un jeu intellectuel, un défi, entre le lecteur et l’auteur.

Un auteur venu à la littérature très jeune, en fréquentant assidument les bibliothèques…

 

SONY DSC

« la literatura o Podemos participan del mismo compromiso : cambiar la realidad »

SONY DSC

Isabel Alba est écrivaine, scénariste et photographe. Elle est également engagée dans la vie politique espagnole. Mercredi 30 septembre, elle était invitée au CRL par la Département d’études hispaniques et hispano-américaines de l’Université pour sa conférence de rentrée sur le thème : « Escritura y compromiso político ».

L’occasion de présenter son roman tout juste traduit en français, La véritable histoire de Matías Bran, une saga familiale qui commence en Hongrie à la fin du XIXe siècle et se termine à Madrid au début du XXIe siècle.

SONY DSC

Entourée de sa traductrice Michelle Ortuño et de Michèle Soriano,enseignante à l’Université, Isabel Alba a donné sa vison de la littérature, engagée de toutes façons : parce qu’écrire c’est prendre parti, parce que raconter, c’est lutter contre l’oubli. L’engagement politique et littéraire répondent à une même motivation : transformer la réalité.  Il ne peut y avoir de changement politique sans changement culturel.

SONY DSC

La fonction de l’écriture est de faire revenir au visible une histoire qui n’est pas l’histoire, c’est d’ouvrir les valises du passé…

Une rencontre des plus animées, en version originale avec traduction en simultanée par les étudiants du CETIM

SONY DSC

 

SONY DSC

 

 

« J’écris les romans que j’aimerais lire… »

Jeudi 9 octobre, dans le cadre du festival Toulouse Polars du Sud, le CRL recevait l’écrivain Carlos Salem. Une rencontre animée par Héctor Ruiz, enseignant au Département Études Hispaniques et Hispano-Américaines, de l’UT2J.

SONY DSCCarlos Salem est un écrivain plus tout à fait argentin, même s’il est né en Argentine en 1959 et pas complètement espagnol, même s’il vit et écrit à Madrid depuis 20 ans.

Un écrivain assez provocateur, mais proche de son public, qui aime raconter des histoires. Il a beaucoup insisté sur le plaisir de lire et d’écrire. SONY DSC

Dans une langue très colorée et parfois crue, il explique son parcours d’écrivain, sa création poétique et ses divers romans. Son regard résolument humoristique sur le monde l’a ainsi porté à faire de l’ancien roi Juan Carlos l’un de ses héros, aux tribulations savoureuses.
SONY DSC
Comme l’année dernière avec Luis Sepúlveda, la rencontre s’est déroulée en espagnol, avec traduction délicatement chuchotée à l’oreille par les étudiants du CETIM, Centre de Traduction, d’interprétation et Médiation linguistique.
SONY DSC