Archives par mot-clé : TPS

« Mediante le parole possiamo conoscere le persone »

Le partenariat avec le Festival Polars du Sud se poursuit… Le Centre de ressources des langues a accueilli le 6 octobre Carlo Lucarelli, pour présenter son dernier roman traduit en français, Albergo Italia. La rencontre était animée  par Antonella Capra et Giovanna Montermini.

 Pourquoi avez-vous choisi cette époque si spécifique, celle du colonialisme italien du XIXème siècle, pour votre roman?

En Italie l’époque coloniale n’est pas enseignée à l’école, donc la plupart des Italiens grandissent sans en savoir rien. Moi-même, pendant toute ma vie, j’ai vu la Place Vittorio Bottego, à Parma, et je ne savais pas de qui il s’agissait. C’est pour cette raison que j’ai décidé de commencer à étudier cette époque, avec des livres mais aussi allant en Afrique, et des collègues écrivains ont fait la même chose. Aujourd’hui, c’est encore plus important de combler les lacunes sur le sujet, parce que nous sommes dans une période d’immigration de l’Afrique et il faut connaître et faire connaître les raisons de ces mouvements migratoires.

En plus, chaque livre nait d’une occasion. Cette fois, l’occasion a été le 200ème anniversaire de «L’Arma dei Carabinieri», pour lequel on a demandé à quatre écrivains italiens d’écrire un roman avec un Carabiniere comme personnage principal. J’ai décidé de reprendre un personnage sur lequel j’avais déjà écrit, le Captain Colaprico, et de lui donner un livre pour lui tout seul. Mais c’était aussi nécessaire de lui donner un personnage secondaire, comme demandé par le genre policier. En parlant avec ma femme, qui est érythréenne, j’ai découvert l’histoire de son grand-père, qui était un «zaptié», un Carabiniere africain, et j’ai décidé qu’il deviendrait le soutien de Colaprico. Finalement, il a tellement grandi qu’il est devenu le personnage principal.

 Le roman policier, grâce à l’intrigue, peut expliquer les mystères de l’histoire. Est-ce que nous pouvons dire la même chose pour votre livre?

Bien sur. Le romain policier est caractérisé par un mécanisme narratif, très efficace: il suscite des attentes et nous fait retenir notre souffle. Il n’explique pas seulement le délit, mais aussi tout ce qui est autour. mais aussi tout ce qui est autour.

Dans ce cas, mon livre traite d’un établissement financier qui finance des actions illégales, couvertes par la mafia et les services secrets, mais il pourrait aussi se passer aujourd’hui, ou demain. Albergo Italia raconte la façon d’être italien au XIXème siècle, mais c’est la même chose qu’aujourd’hui.

 La relation entre Colaprico et Ogbà renvoie à celle entre Sherlock Holmes et Watson. Quelle est l’influence de ces deux personnages crées par Conan Doyle sur votre œuvre?

Un roman est un jeu littéraire, et dans mon livre ce jeu est présent dans la relation entre les deux protagonistes; mais ils sont différents de Holmes et Watson. Pour créer le personnage d’Ogbà j’avais besoin d’entrer dans la tête de quelqu’un d’incroyablement différent de moi, que je ne connaissais pas.

Pour le faire, j’ai décidé d’utiliser le langage: «Mediante le parole possiamo conoscere le persone» («Grâce aux mots nous pouvons connaître les personnes»).

Il y a une phrase d’un auteur russe qui dit «les Italiens, vous faites toujours des choses inutiles» et je voulais la faire prononcer par Ogba, donc j’ai essayé de faire la traduire par ma femme. Mais la traduction était toujours trop littérale: il ne pouvait pas s’adresser à Colaprico de cette façon, parce qu’il est toujours son supérieur. Ma femme m’a finalement conseillé un dicton érythréen: «quand un Italien rit et quand il se fâche, ne t’en veux pas», pour indiquer qu’il ne faut pas les prendre au sérieux.

Cela représente parfaitement la relation entre Italiens et Africains pendant cette période. Ce dicton a ouvert une multitude de possibilités pour la relation Colaprico-Ogbà et le zaptié est devenu le vrai Sherlock Holmes, le premier qui comprend les choses, mais qui est obligé de les indiquer à Colaprico en lui faisant croire qui c’est lui que les a découvertes. Les deux personnages sont amis jusqu’à ce qu’ils aient un but en commun, découvrir la vérité.

 Vous avez introduit un plurilinguisme très développé dans ce roman, ce choix était-il une nécessité?

Il s’agissait plutôt d’une opportunité pour continuer à développer le sujet du plurilinguisme dans mes livres. J’avais déjà commencé avec «Almost Blue», l’histoire d’un investigateur aveugle, et alors que j’écrivais je m’étais aperçu de toutes les nuances linguistiques qu’il y a dans chaque langue. Cette symphonie linguistique a continué dans «L’Ottava Vibrazione», avec tous les dialectes parlés par les personnages. Finalement, Albergo Italia présente une autre logique: les nuances des mots permettent de comprendre ce que les personnages pensent.

 Comment a été accueilli le roman à l’étranger?

L’accueil a été positif, mais j’ai remarqué des ventes inférieures à celles des autres livres. Je crois qu’il y a deux raisons à cela: il est situé dans l’époque coloniale méconnue et j’ai introduit beaucoup de mots en Tigrigna, une langue africaine, qui crée une difficulté de lecture.

 Est-ce que vous aimeriez voir votre roman adapté en film?

Plutôt pour une série de télévision, parce que ce format s’adapterait parfaitement à la structure narrative d’un roman policier. Mais la difficulté principale est qu’il s’agirait d’une série avec un scénario historique, très couteux en termes de costumes et de scénographie.

 Ce type de romans peut-il aider à changer la vision actuelle des réfugiés?

Bien sûr, si nous connaissons l’Histoire il serait plus facile de comprendre les migrations et, peut-être, nous pourrions trouver une solution aux problèmes contemporains.

 Pourquoi l’Histoire coloniale italienne est-elle tabou?

Parce qu’il s’agit d’une période gênante pour nous. Nous connaissons le colonialisme fasciste du début du XXème siècle et toute la violence qu’il a suscité. Mais l’attitude a été la même pendant les colonisations du XIXème siècle et des années 50 post fascisme. Il vaut mieux éviter de nous souvenir de nos erreurs.

«The killer is not a man, it’s a mentality»

Le 5 octobre 2017, toujours en partenariat avec le  Festival Toulouse Polars du Sud, le Centre de ressources des langues a accueilli Bodgan Teodorescu, écrivain roumain, qui a présenté avec enthousiasme son dernier roman, Spada, son second livre traduit en français. Teodorescu est spécialisé en communication politique, raison pour laquelle ses romans ne sont pas purement policiers, mais traitent aussi de sociologie, de politique et de géo-économie.

La conférence, animée par Pierre-Yves Boissau, s’est tenue en langue anglaise, mais grâce aux membres du CETIM, qui ont effectué un service de «traduction chuchotée à l’oreille», tous les participants ont pu en profiter.

 Actuellement, il y a plusieurs conflits ethniques en Roumanie. Est-ce que vous pourriez en parler?

Je n’ai pas le temps ici d’expliquer toute l’origine et l’histoire de ces conflits, mais c’est nécessaire que vous sachiez qu’en Roumanie tout le monde grandit avec l’enseignement que les Roms enlèvent les enfants. Quand j’avais 10 ans, une fille de mon quartier a disparu et tout le monde pensa qu’elle avait été kidnappée, en réalité elle avait fui avec un footballeur. Ceci a été le moment où j’ai découvert les concepts de stéréotype et de minorité.

J’ai décidé d’écrire «Spada» pour étudier d’une façon déguisée comment la société d’un pays réagit aux provocations sociales et aux attaques contre les minorités. Et j’ai découvert que nous ne sommes pas encore prêts et que nous pensons encore par stéréotype. En particulier, le stéréotype du rom nait après la révolution de 1989, quand la Roumanie ouvre ses frontières et, au même moment, beaucoup de Roms deviennent mendiants. C’était un pays en transition vers la démocratie et, dans ce moment de confusion, la société a eu besoin de considérer les Roms comme les coupables de tout ce qui ne marchait pas.

 Est-ce que vous pourriez nous parler un peu de la situation politique de la Roumanie, de ses partis extrémistes?

La Roumanie n’a jamais eu deux partis extrémistes, il y en a toujours eu qu’un. Ceci était particulièrement évident pendant la dictature de Nicolae Ceauşescu, mais après sa mort le pays est entré dans une période de vide, parce qu’un parti nationaliste n’est rien sans un bon leader: il se base seulement sur ses messages, il n’a pas de doctrine.

Actuellement, nous pouvons trouver en Roumanie beaucoup de partis anti-système qui ne font que critiquer, sans rien proposer.

 Quel est le rôle des médias dans cette situation sociale?

Avant 1989 il n’y avait que deux heures de télé par jour et six journaux, tous contrôlés par le totalitarisme. Depuis 1990 commence la libéralisation et, avec la liberté de la presse, les journalistes gagnent chaque fois plus de pouvoir, jusqu’à ce qu’ils deviennent une force politique. Quand un media cesse d’être un médiateur entre gouvernement et civils et devient un politique lui-même, il perd son vrai rôle.

Comme nous l’avons dit précédemment, les minorités deviennent souvent le bouc émissaire des problèmes internes d’un pays et les institutions gouvernementales sont celles qui les poursuivent. Il est courant que des civils se laissent transporter par les déclarations de ces procureurs, et c’est ici que devrait entrer en jeu le rôle des médias: devenir de véritables médiateurs. Mais maintenant, en Roumanie, les media attaquent les accusés sans les considérer innocents tant qu’ils n’ont pas prouvé leur culpabilité; de cette façon ils se rendent coupables des répressions ethniques du pays.

 Quelle est votre relation avec la littérature?

J’aime bien la littérature politique, parce que la politique est partout, les films américains de qualité, parce qu’ils traitent de politique de façon compréhensible pour tout le monde, et la littérature roumaine de résistance.

Ces auteurs connaissent la politique sur laquelle ils écrivent et, pour moi, nous ne pouvons pas écrire sur une chose que nous ne connaissons et ne ressentons pas.

 Est-ce que vous pourriez nous conseiller des écrivains roumains?

Le Gorille, qui parle du fascisme roumain.

Le Plus Aimé des Mortels, de Marin Preda, raconte l’époque de Staline. Une citation très connue de ce roman, qui représente parfaitement la situation politique de cette période, est prononcé au cours d’une conversation entre un prisonnier et un visiteur:

«What did you do to get there?»

«I did nothing»

«For nothing you have five years of prison»

La dernière, The Way of the Ashes, traite de la rébellion des mineurs sous la dictature de Ceauşescu.

 Pourquoi ce titre?

Spada est le nom de la dernière arme dans les compétitions d’escrime. C’est aussi l’arme qui est utilisée par le tueur dans le roman. Finalement, c’est un terme en langue roumaine considéré comme exotique par les Européens.

 Puisque vous êtes ingénieur, comment vous considérez vous par rapport à la profession d’écrivain?

J’ai fait des études d’ingénierie parce qu’il m’était interdit d’étudier les humanités à cause du passé politique de mon père. Après la fin de la dictature, j’ai commencé à être journaliste, puis je suis allé étudier la communication politique aux États-Unis.

Je suis un spécialiste en communication politique et manipulation, je ne suis pas un écrivain. Pour moi, écrivain n’est pas une profession. Tout le monde peut être écrivain, tant qu’il a quelque chose à dire, qu’il connait le sujet et qu’il y a des gens qui veulent lire ses livres.

8 Est-ce que vous vous considérez comme un écrivain «noir»?

Tout est noir, il faut seulement regarder avec plus d’attention. La politique est noire, et elle est partout, donc je suis noir, parce que j’écris sur la politique.

 Pourquoi, dans «Spada», nous n’arrivons pas à découvrir le nom du tueur?

Parce que le nom du tueur n’est pas important. Le tueur n’est pas un homme, ce sont tous ceux qui le soutiennent et le considèrent un héros: les médias, les civils qui le condamnent sans procès, le gouvernement qui ne fait rien afin de ne pas perdre des électeurs. «The killer is everywhere. It’s not a man, it’s a mentality».

« MENO SE NE DICE, PIU’ SI CAPISCE… »

Le CRL poursuit son partenariat avec Le festival Toulouse Polars du Sud.

Mercredi 5 octobre, une rencontre avec Sandro Bonvissuto animée  par Antonella Capra et Giovanna Montermini enseignantes à l’UT2J.

Dedans est son premier roman.  Une anthologie composée d’un roman bref, Le jardin des oranges amères, et deux nouvelles, Mon compagnon de banc et Le jour où mon père m’a appris à faire de la bicyclette.  Ces trois récits racontent à rebours les expériences d’un homme, en prison – à l’âge adulte – , à l’école – à l’adolescence – et dans la cour de la maison, enfant.

Le style de Bonvissuto, très épuré, très juste, est un moyen de photographier la réalité et de laisser l’espace au lecteur d’imaginer les lieux, les gens. La prison au jour le jour est à la première personne : on ne sait pas de quoi  le narrateur a été jugé coupable, on ne sait pas qui il est, on ne sait rien de sa vie d’avant, et on découvre avec lui ce qu’est être dentro…

 

 

 

 

 

 

 

Et dans la prison, une bibliothèque…

dedans-sandro-bonvissuto-bibliotheque

à suivre…  Dedans est bien entendu disponible à la bibliothèque…