Un Président doit savoir s’entourer. Qui va être autour de vous ? Comment concevez-vous la communication entre la présidence et le SUAPS ?

La particularité de notre candidature est d’être double, de façon à ce que la présidence puisse être représentée à tous les niveaux : Marie-Christine en charge des dossiers formation/recherche, nous représentant à la région et auprès des collectivités territoriales et Pierre-Yves à la Présidence UT2J, plus présent à Paris et à l’étranger), mais échangeant sur tous les dossiers et ayant une équipe au plus près des interlocuteurs de l’UT2J. A ce jour l’équipe n’est pas constituée complètement, même si nous avons déjà une bonne idée de ce qui pourrait être, les choses ne sont pas définitivement fixées : si les électeurs nous font confiance, nous chercherons à élargir le cercle des sensibilités représentées dans l’équipe de direction, car nous voulons constituer une équipe aussi large que possible après les élections.

Nous souhaitons redonner de la consistance au CAC plénier, aujourd’hui peu utilisé, sinon pour transmettre des informations : c’est le sens même de la création de cette présidence du CAC chargée de rassembler la communauté autour de ses grands enjeux liés à son cœur de métier, formation et recherche.

Nous souhaitons aussi briser le quasi-monopole dans l’équipe de direction des PU et MCF et impliquer davantage les PRAG-PRCE (c’est pourquoi vous trouverez bien des enseignants du second degré sur nos listes, au CA, en particulier, où ce n’est pas l’habitude), mais aussi les BIATSS, les étudiants, qui doivent être considérés comme des conseillers à part entière.

Nous prévoyons bien sûr un VP recherche, un VP formation, avec les mêmes prérogatives qu’aujourd’hui, un VP Etudiant mais qui participerait pleinement aux travaux de l’équipe de direction. Les BIATSS auraient la possibilité d’être VP (mais pas sur des dossiers qui ne concernent que les BIATSS). Idée de créer un chargé de mission pour les relations avec le quartier et que le quartier soit représenté au CA et au CFVU

Pour le SUAPS : nous ne proposons pas a priori de chargé de mission sport, mais nous ferons le point avec vous si nous sommes élus pour voir comment procéder pour mettre le sport sur un pied d’égalité avec les autres formations. Si vous pensez que c’est la meilleure façon, nous le ferons. Notre intérêt à tous deux, Pierre-Yves et Marie-Christine, est réel pour le sport comme facteur d »équilibre, d’épanouissement et de réussite pour l’étudiant. Ce qui éloigne actuellement le SUAPS du central, c’est son statut particulier (à la fois service transversal et à la fois section éducation motrice) : il est donc important d’impliquer le SUAPS à d’autres niveaux, par exemple avec les directeurs de composantes, au sein du conseil des composantes. Il faut replacer le SUAPS au niveau des composantes et que son directeur soit traité et écouté par le central comme un directeur de composante pédagogique traditionnelle.

Le budget du SUAPS en relation avec les nouveaux usages/ nouveaux locaux. Par ailleurs une augmentation du nombre d’étudiants est à prévoir. Cela a des répercussions sur le SUAPS. Quelles prospectives ?

Nous ne connaissons pas la situation budgétaire de l’UT2J, et ne concevons cette tournée des composantes comme un moyen de faire connaissance et d’exposer notre méthode. Nulle part nous ne faisons de promesse. Un dialogue s’engagera à partir d’une mise à plat de la situation et c’est surtout sur la méthode que nous nous engageons : nous voulons nous mettre d’accord collégialement sur l’université que nous voulons, avant de décider où nous mettrons les moyens. Et, sans aucun doute, ce qui nous rassemble, au-delà des diverses sensibilités politiques ou syndicales de notre collectif, c’est la volonté de ré-humaniser les rapports sur le campus. Il est sûr que le SUAPS y contribue : il faudra que le central l’accompagne pour qu’il prenne toute sa part dans l’appropriation et la dynamisation du nouveau campus.

Le SUAPS demande la création d’un poste de PRAG/PRCE par redéploiement. Quelle est votre position ?

Pas d’engagement (voir supra), mais la situation sera étudiée comme toutes les autres en fonction des indicateurs et du projet d’établissement.

Le nombre d’ HSE du SUAPS est très faible comparé aux universités de taille comparable et n’a pas évolué depuis 6 ans. Nous souhaitons établir un plan pluriannuel pour rétablir cette situation. Qu’en pensez-vous ?

Nous sommes favorables à un plan pluriannuel pour ce cas précis comme pour tous. Nous essayerons de faire en sorte que chaque composante ait une vision à moyen terme de son développement. Il faut donner de la visibilité aux collègues et classer de façon claire les priorités, de façon à éviter toute suspicion sur les choix lors des campagnes d’emplois. Classée en seconde position une année, la composante aura la certitude de pouvoir bénéficier de moyens l’année suivante.

Nous avons besoin de relais avec les collectivités.

Présidente du CODEV de Toulouse-Métropole, Marie-Christine a une très bonne connaissance des acteurs locaux et régionaux et bénéficie d’un réseau important à la Ville, à la Métropole, à la Région. Elle est aussi placée en première position sur nos listes à la COMUE, de manière à pouvoir participer activement au développement de l’université dans la nouvelle grande région. Elle aidera bien sûr les composantes à mieux comprendre le fonctionnement des différentes collectivités territoriales et pourra intervenir au besoin très vite en aidant chacun à trouver les bons interlocuteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *