Focus Tunisie

Soirée spéciale « Focus Tunisie »

Cinéma Le Cratère
Mercredi 5 avril, 19h – 22h30
Entrée: 7€

Séance 1, 19h (durée: 85min, en présence d’un invité, VOSTFR)

Techniques de pêches traditionnelles

H’lig de Sarah Jday (2017, 26min)

H’lig vient du dialecte tunisien « Helga » qui veut dire cercle. Cette technique de pêche traditionnelle unique en son genre mais en voie de disparition est une spécialité du village de Tebelbou – Gabès dans le sud Tunisien. 

Ô Capitaine des mers de Hichem Ben Ammar (2002, 44min)

À travers des portraits de pêcheurs de différentes générations, le film évoque le passé et le devenir d’une forme ancestrale de pêche au thon, dite « à la madrague », au large de Sidi Daoud, à la pointe du Cap Bon en Tunisie. 

Matanza de Hassen Daldoul (1970, 15min)

Matanza vient de l’espagnol qui signifie tuerie. C’est le spectacle surprenant du sang qui rougit la mer. 

Repas tunisien, 20H30

Proposé sur place par le traiteur Le Bouche à Louche : cantine itinérante toulousaine valorisant les produits locaux de saison et les circuits courts.

Séance 2, 21H30 (durée: 49min, en présence d’un invité, VOSTFR)

Présentation spéciale de deux productions de l’atelier d’initiation à l’audiovisuel, encadré par Ons Kamoun et Mohamed Bouhjar pendant le festival des Récits de la mer à El Haouaria en septembre 2016. 

Wzaff etonnara de Mohamed Ali Chouaib et Abir Yejjer (2016, 5min)

La mer de Haouaria est riche en variété de poissons mais souffre d’une pêche excessive. Le souk foisonne encore de belles prises mais pour combien de temps?

L’Eolienne de Charfeddine Ferjani et Fatma Aouani (2016, 7min)

L’ « énergie renouvelable » est un terme abstrait dans l’imaginaire des habitants de Haouaria, là où des éoliennes sont plantées depuis des années. Ali, agriculteur, s’obstine chaque jour à saisir le sens de l’expression « développement durable ».

Au creux de la vague de Salah Jday (2014, 23min)

Le film traite des conséquences catastrophiques des rejets d’un groupe chimique et de la pêche illégale dans le Gofle de Gabès.

Glaneuses de Charfeddine Ferjani et Sana Ben Zaghdane (2016, 13min)

Les femmes de Zarat sont des « glaneuses » de clovisses depuis leur naissance. Malgré la dureté de ce métier, il est leur seul moyen pour survivre. 

Organisée en partenariat avec le festival Les Récits de la Mer, les Caravanes Documentaires, l’association Osiris (Tunisie) et le festival Écofilms.