02. octobre 2016 · Commentaires fermés sur Rachel, promotion anglais 2013, master en Négociation Internationale et Interculturelle à Aix-en-Provence · Catégories: Témoignages

Les treize mois que j’ai pu passer en Nouvelle Zégopr0516_1469147475750_highlande ont été une expérience enrichissante tant au niveau scolaire que personnel. Non seulement j’ai pu améliorer considérablement mon niveau en anglais, découvrir des approches différentes en histoire et sociologie, mais aussi choisir d’étudier de nouvelles disciplines telles que les relations internationales. Cette année a été déterminante dans le choix de mon master, en relations internationales et management interculturel.

En dehors des cours, j’ai pu voyager et ce pays est juste magnifique! J’ai rencontré des individus géniaux et d’origines très variées, en particulier d’Asie, qui ont rendu mon année inoubliable et qui ont partagé leur culture avec moi.

De manière générale, la Nouvelle Zélande est très multiculturelle, ce qui a facilité mon adaptation là bas : on s’y sent chez soi ! Les gens sont chaleureux et avenants. La culture et l’histoire du pays sont aussi très intéressantes, et j’ai pu étudié la colonisation maorie en Histoire.

Je suis vraiment reconnaissante d’avoir pu effectuer cet échange universitaire dans un pays aussi beau et agréable que la Nouvelle Zélande. Même si le campus d’Albany (à Auckland) était assez petit, j’ai eu généralement de très bons professeurs qui m’ont permis de développer un esprit plus critique.

L’expérience dans son ensemble m’a ouverte davantage l’esprit et m’a rendu beaucoup plus indépendante.  Je compte bien repartir un  jour, pourquoi pas de nouveau dans le cadre des études, et peut être travailler à l’étranger. Je pars à présent à Aix-en-Provence, pour commencer un Master en Négociation Internationale et Interculturelle.

30. janvier 2016 · Commentaires fermés sur Charline, promo anglais 2012, Master Histoire médiévale à l’Université de Caen · Catégories: Témoignages
photo charline témoignageJ’ai choisi cette formation car j’aimais l’anglais mais je ne voulais pas faire LLCE ou LEA, j’ai apprécié le fait de mêler deux enseignements généraux : l’histoire et l’anglais. L’enseignement m’a beaucoup plu pendant ces deux années, mais aussi le fait que nous pratiquions tous les aspects de l’anglais avec la participation en cours, les oraux ou exposés et enfin les écrits. L’effectif réduit de la promotion rend le déroulement du cours plus fluide et les professeurs sont toujours disponibles et à l’écoute de nos questions, même en dehors des heures de cours. De plus, l’université propose de nombreuses options qui nous permettent d’aborder d’autres sujets ou langues (j’ai par exemple pris économie en L1, puis droit et suédois en L2) et de diversifier nos connaissances.
J’ai choisi Aarhus pour ma troisième année à l’étranger car j’ai toujours été attirée par les pays scandinaves. Aarhus University présentait un choix large et varié de cours et c’est là que je me suis passionnée pour les Vikings. J’en ai fait maintenant mon sujet de recherche. Les deux premières années de licence préparent parfaitement le séjour à l’étranger notamment en terme de vocabulaire historique et de pratique pour les examens en anglais. Au niveau du quotidien, pas d’inquiétude à se faire, tout le monde parle anglais ! L’apprentissage de la langue locale n’est pas obligatoire quand on part en Scandinavie !
03. décembre 2015 · Commentaires fermés sur Flore, promotion anglais 2012, · Catégories: Témoignages
Flore Blondeau, promotion 2015
DSC_0532L’un des points forts de la licence d’histoire bilingue est son nombre restreint d’étudiants et donc sa bonne ambiance.
La première année à l’université n’est pas la plus facile. Il faut s’adapter à un nouveau cadre, nous découvrons ce que c’est de ne plus vivre chez papa et maman, on jongle parfois entre un « petit boulot » et les cours, il faut se faire de nouveaux amis…
Personnellement, faire partie d’une petite promotion m’a beaucoup rassurée. Au bout d’une semaine, tout le monde se connaissait.
J’ai aussi apprécié d’avoir un véritable contact privilégié avec mes professeurs et de bénéficier d’un réel accompagnement au niveau des méthodes de travail, de l’organisation à adopter mais aussi concernant notre départ à l’étranger et nos objectifs professionnels.
Grâce au nombre limité d’étudiants, en première année nous avons pu créer un bureau des étudiants afin de promouvoir notre licence. Nous avons organisé des soirées, participer au forum INFOSUP, rencontrer des lycéens, organiser une journée d’intégration en Ariège, un système de parrainage…  Je me suis fait des amis que j’ai pu garder sur le long terme. Nous avons pu partager nos expériences à l’étranger et aussi se soutenir dans les moments difficiles.

 

02. décembre 2015 · Commentaires fermés sur Romain anglais promotion 2012, Master histoire recherche · Catégories: Témoignages

Romain Rongiéras, Master 1 Histoire des civilisations modernes et contemporaines à Toulouse II.

11312707_10206953215693926_7674058751799944236_oAu tout début, mon choix pour la Licence bilingue a été assez simplement motivé par une volonté de continuer l’étude de deux sujets que j’aime également : l’Histoire et la langue anglaise. Les années de Licence m’ont laissé un très bon souvenir. Celui d’une découverte de l’Histoire dans ses processus complexes, mais aussi de l’exercice de plus en plus précis de notre esprit critique. Tout cela avec un sentiment de plaisir lié à l’usage d’une autre langue dans notre apprentissage et à une ambiance générale positive.

Cette troisième année à l’étranger (à Glasgow, pour ma part) signifie aussi se confronter à une méthodologie historique qui est radicalement différente de celle à laquelle j’avais été habitué à Toulouse. Il est évident que cette expérience double permet de développer des compétences riches. La constitution de capacités d’analyse critique d’un document est centrale dans l’apprentissage de l’Histoire en France. En Grande-Bretagne, l’enseignement de l’Histoire, abordé de façon plus individuelle et personnelle, redonne un de liberté aux étudiants dans la constitution de leurs connaissances.

Depuis septembre en Master 1 d’Histoire contemporaine à Toulouse, travaillant sur des sources exclusivement anglophones, je vois à quel point l’apport de la Licence bilingue a été décisif. Il ne m’aurait pas été possible de faire cette étude si je n’avais pas développé des compétences dans l’analyse de sources en anglais et dans la production de devoirs dans cette langue.

02. décembre 2015 · Commentaires fermés sur Fanny, promotion anglais 2012, · Catégories: Témoignages

10578871_828915597143179_267011270_nJ’ai fait un bac ES sans option européenne dans les Hautes-Pyrénées, avant de me trouver un peu par hasard dans la licence d’histoire bilingue. Sans réel projet professionnel à la fin du lycée, comme j’aimais bien l’histoire et l’anglais, et je voulais faire un Erasmus, alors je me suis dit pourquoi pas ?

Au début les cours en anglais étaient un peu difficiles (je n’ai pas fait de bac européen), mais on prend vite l’habitude de prendre des notes, de lire, de parler, de rédiger, et d’écouter en anglais. Le fait qu’on soit un petit groupe m’a énormément aidé, mais c’est aussi plus facile de demander de l’aide ou plus d’informations aux professeurs. Le petit groupe fait qu’on s’est vite tous très bien entendu, et dans une ville à taille humaine comme Toulouse, c’était l’idéal pour se voir après les cours.

Pour ma troisième année je suis partie à Durham, en l’Angleterre, c’était vraiment une expérience incroyable. J’ai pu y suivre plusieurs enseignements en histoire, ainsi qu’en histoire de l’art, avec des professeurs très intéressants, dans un système différent du français. C’est très intéressant de voir une autre façon pour les étudiants et l’université de fonctionner.

Au final, cette licence m’a permis de devenir complètement bilingue, ce qui m’aide vu qu’aujourd’hui je veux travailler dans le Patrimoine. Evidemment j’ai aussi acquis beaucoup de connaissances et de méthodes du travail historique, et je suis aujourd’hui en master recherche en Histoire à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Je continue à promouvoir la licence autour de moi, car ça a été pour mon cas une très bonne expérience autant en histoire que dans la pratique de l’anglais

17. novembre 2015 · Commentaires fermés sur Margot, promotion espagnol 2012, Master Science politique · Catégories: Témoignages

Mobilité en L3 : Universidad del Salvador, Buenos Aires.

Etudes post-licences : Master Science politique – Acteurs des Politiques Internationales, Toulouse

Parcours scolaire avant la licence :  Lycée général et technologique Pardailhan (Auch – 32) – Filière L, Bac Européen.

Projet pro : premièrement intégrer le master de Coopération Internationale en Education et Formation – Paris V. (débouchés classiques : ONG, OIG, Alliances françaises à l’étranger, Instituts français..).
Puis si cela ne fonctionne pas, je ne sais pas. Ecrire des histoires pour les enfants !

Margot (à gauche) à la Casa del Che

Le déroulement de la licence en France…

Une réelle pratique de la langue, notamment à l’écrit et permet d’acquérir un vocabulaire spécifique et soutenu. Obligation d’une L3 à l’étranger : gros gros plus. Intermédiaire très intéressant si on a peur de la prépa et des amphis de 200 personnes. Relation privilégiée avec les enseignants.

… la 3e année en Argentine

L’USAL est une université privée de renom à Buenos Aires. Large choix de cours, et suivi très sérieux du service des Relations Internationales. L’accueil des élèves étrangers est véritablement encadré (d’ailleurs il y a beaucoup d’élèves étrangers!).

et une expérience professionnelle en ambassade.

Pour ce qui est de mon stage à l’ambassade de Belgique à Buenos Aires, j’ai toujours été très curieuse du monde diplomatique et de fil en aiguille j’ai su que la Belgique acceptait les candidatures spontanées et les stagiaires de nationalité étrangère. J’étais rattachée au pôle diplomatique et consulaire (pas économique). Au début j’avais un peu peur de devoir faire la photocopieuse et le café (la grosse peur des stagiaires) mais pas du tout ! J’avais donc des missions très variées, que ce soit l’accueil des ressortissants belges, l’organisation de visites diplomatiques à Bruxelles, une étude sur l’inflation en Argentine afin de trouver une solution pour les salaires des employés argentins (faut il les payer en pesos, euros, dollars?), problèmes de visas/passeports… Expérience sur Novembre et Décembre 2014 !

04. novembre 2015 · Commentaires fermés sur Beatrice, promotion espagnol 2012, Master Etudes européennes · Catégories: Témoignages

Beatrice Chioccioli, promo 2012 espagnol

Mobilité en L3 : Universidad de Salamanca

Études post licence : Master Études européennes à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Parcours scolaire avant la licence : ESABAC (obtention Baccalauréat L + Diploma Liceo Linguistico internazionale) au Lycée Machiavelli de Florence (Italie).

Comment vous avez connu la licence : après avoir effectué un échange de deux mois avec le Lycée Pierre de Fermat à Toulouse, j’ai décidé que je voulais étudier dans cette ville (étant donné aussi que mes parents auraient accepté de me supporter économiquement en France, mais pas en Espagne, à cause du rapport prix/opportunités de travail) ; sur admission post-bac, j’ai cherché d’abord toutes les formations proposées par les différentes universités toulousaines, sans savoir exactement ce que je cherchais (je voulais faire de l’Histoire et à la fois continuer à étudier les langues, surtout l’espagnol)… Aussi, mes professeurs d’Histoire à Florence, anciens étudiants du Mirail, m’ont encouragée dans mon choix.

Le déroulement de la licence en France…

A l’intérieur d’un groupe réduit comme le nôtre l’était, ça a été assez facile de se faire des copains, ainsi qu’à avoir un rapport plus direct avec les enseignants, et cela a certainement contribué à me faire rester même si la Licence n’était pas comme nous l’avions imaginée : par exemple à Florence pour chaque langue / matière en langue étrangère (ex. Histoire) étudiée, on avait au moins un professeur de langue maternelle  ; aussi, en Italie, par rapport à la France, l’enseignement porte beaucoup plus sur la maîtrise des notions que sur la méthode de travail.  Néanmoins, l’implication de ceux qui nous ont proposé / ont organisé des activités extra-scolaires, qui nous ont suivi dès le début et aidés tout au long du parcours, m’a permis d’apprécier sincèrement les deux années à Toulouse ainsi que d’obtenir des résultats satisfaisants dans mes études.

…et en Erasmus 

Premièrement, j’avais prévu de continuer ma double Licence Histoire Bilingue – LLCE Espagnol et cela n’a pas été possible dans l’université dans laquelle je suis en échange (Salamanque) ! Deuxièmement, ici le niveau est très haut ; même si je comprends tout ce que les professeurs disent en espagnol je n’arrive pas à suivre en raison du nombre incalculable des choses que je ne connais pas.

04. novembre 2015 · Commentaires fermés sur Julien, promo espagnol 2012, Master Science Po · Catégories: Témoignages

Julien Carayon, promo 2012 Espagnol

Mobilité el L3: Unican, Santander, Espagne

Études post-licence: Master Science Politique, Université Toulouse 1 Capitole

UnknownRetour d’expérience:

Pour ma part, j’ai passé une très belle année. La ville de Santander (malgré le cliché du mauvais temps) est magnifique à tout point de vue. L’Université de Cantabrie est très bien aussi. Une fac assez petite pour ce qui est de l’histoire et de la géo, des profs compétents et à l’écoute, et un service des relations internationales accueillant. Franchement j’ai rien a dire sur cette fac. Je la recommande à tout le monde. En plus c’est pas si loin de Toulouse. On peut y aller pour 50 euros avec Eurolines.
Après, je préfère de loin le système universitaire français car je trouve ça un peu confus en Espagne. J’ai préféré les commentaires de textes, les fiches de lecture et les dissertations en France. J’ai trouvé la formation de la licence d’histoire bilingue très enrichissante dans l’ensemble. Pour la ville une préférence pour Santander, mais pour ce qui est de la formation j’ai quand même préféré mes deux premières années. J’en profite pour féliciter tous les professeurs de la formation qui ont relevé le défi de cette licence bilingue. Je regrette en aucun cas avoir fait cette licence. Par contre l’année prochaine je souhaite me diriger vers un master sciences politiques et relations internationales. L’histoire me plait mais plus pour la culture générale, le sens de l’analyse historique et le recul que ça amène. Je pense vraiment qu’une licence d’histoire est indispensable pour travailler dans les relations internationales, les sciences politiques, etc.

03. novembre 2015 · Commentaires fermés sur Vidéo de la promotion 2014 · Catégories: Témoignages

Une vidéo réalisée par les étudiants de la licence bilingue anglais 3e année

 

Licence bilingue on top of the world