06 mars 2020. Journée d’Etudes: Peterloo: l’histoire d’un espoir, la mémoire d’un massacre dans l’Angleterre de 1819

Le groupe de recherche ATHIP organise une journée d’études le 6 mars 2020 à l’occasion du bicentenaire du massacre de Peterloo (https://phm.org.uk/protest-and-peterloo-the-story-of-16-august-1819/), événement qui a été commémoré en Grande Bretagne, et à Manchester plus particulièrement, mais qui est rélativement méconnu en France. Fabrice Bensimon, Professeur à Sorbonne Université et spécialiste de la période industrielle en Grande Bretagne, et du mouvement ouvrier plus largement, nous parlera du récit de Samuel Bamford, acteur des événements à Manchester, dont la traduction a été publiée aux Editions sociales en 2019. Le bicentenaire de Peterloo n’est pas passé inaperçu en Grande Bretagne. Outre les nombreuses manifestations destinées au grand public qui ont eu lieu à Manchester et dans les environs cet été (y compris une exposition consacrée à la mémoire de Peterloo au People’s History Museum), un film sur les événements réalisé par Mike Leigh est sorti en 2018, film que nous montrerons en première partie de la journée d’études. De plus, un roman graphique (Peterloo: Witnesses to a Massacre, par Polyp, Schlunke, Poole) a été publié avec la contribution de Robert Poole, chercheur à l’université de Central Lancashire, qui est également l’auteur d’un livre intitulé Peterloo: the English Uprising (Oxford : OUP, 2019). A l’époque actuelle où les questions concernant la démocratie en Grande-Bretagne, la place des citoyens dans la place publique, les réponses des forces de l’ordre face à des manifestations citoyennes, ainsi que le devenir des villes industrielles sont sur le devant de la scène, organiser une journée d’études qui interroge les événements du 16 août 1819 nous semble d’autant plus importante.

Bienvenue sur le blog ATHIP

Depuis 2014, l’Atelier Transatlantique d’Histoire Intellectuelle et Politique (ATHIP), séminaire qui s’inscrit dans l’Axe 3 du Laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes de l’Université Toulouse-Jean Jaurès accueille des chercheurs français et étrangers qui viennent présenter le fruit de leurs recherches: de la présentation critique d’ouvrage à la journée d’étude internationale, nous avons le plaisir de présenter à un public majoritairement toulousain des conférences suivies de débats sur des thèmes variés liés au vaste champ de l’évolution de la démocratique dans dans les pays de langue anglaise de part et d’autre de l’Atlantique. Ce blog vise à permettre aux non-Toulousains de suivre nos travaux et d’accéder aux enregistrements des conférences sous forme de podcasts audio. Nous souhaitons que vous y trouviez des éclairages et des sources de réflexion pour enrichir votre recherche, ou simplement pour satisfaire votre curiosité.

Les organisatrices: Françoise Coste, Rachel Rogers, Hilary Sanders, Léa Stephan et Alexandra Sippel, enseignantes-chercheuses au Département des Etudes du Monde Anglophone et au Laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes (CAS).

11 février 2020. Claire Anchordoqui: « L’enseignement de l’histoire dans les écoles tribales du Dakota du Sud »

Le mardi 11 février 2020 entre 12h30 et 14h, Claire Anchordoqui, doctorante en Contrat Doctoral au sein du Laboratoire CAS de l’UT2J, nous présentera ses recherches sur l’enseignement de l’histoire dans les écoles tribales du Dakota du Sud. Elle partagera en particulier les réflexions nées de son travail de terrain de l’été ainsi que sur les sources disponibles. La séance aura lieu à la Maison de la Recherche de l’Université, 4e étage, salle E 411. [NB, séance initialement prévue le 10 décembre 2019]

28 mai 2019. « Borderities », Catherine Puzzo

Pour notre dernière séance de l’année, Catherine Puzzo, Maîtresse de Conférences au DEMA spécialiste de la Grande-Bretagne contemporaine et du multiculturalisme, nous présentera ses recherches sur le sujet suivant: « Borderities: Concept et champ d’études ». Sa conférence aura lieu le 28 mai 2019 de 12h30 à 14h en salle E 412 de la Maison de la Recherche de l’UT2J. Elle sera suivie d’un échange avec le public.

Mardi 16 avril 2019, Ana Artiaga: La machine politique de Chicago.

Le mardi 16 avril entre 12h30 et 14h, nous aurons le plaisir d’entendre Ana Artiaga, doctorante sous la direction des professeures Nathalie Dessens et Françoise Coste, nous présenter ses recherches dans une conférence intitulée « Reconstituer le clientélisme et la machine politique à Chicago: présentation d’un travail de terrain ».

Le séminaire aura lieu en salle E 412, au 4e étage de la Maison de la Recherche de l’UT2J. Sa conférence sera suivie d’un moment d’échanges avec le public.

Au plaisir de vous y accueillir,

L’équipe ATHIP.

Ana Artiaga présente son travail:

Cette présentation porte sur mon travail de terrain, mené à l’automne 2017 à Chicago, dans diverses collections d’archives ainsi qu’auprès de certains des principaux acteurs de la politique municipale au vingtième siècle et aujourd’hui : les hommes politiques qui m’ont apporté leur vision personnelle de l’organisation clientéliste que constitue le parti Démocrate du comté de Cook, entre les années 1930 et 1980. J’y aborde notamment les difficultés liées à l’utilisation de sources primaires officielles (correspondance, rapports, comptes-rendus…) pour essayer de reconstituer des pratiques largement « officieuses » telles que les échanges clientélaires en politique locale durant ces cinquante années.

This presentation retraces the fieldwork I conducted in November 2017 in Chicago. It consisted in archival research in various collections as well as interviews with some of the main actors in city politics in the twentieth century and today: the politicians who shared with me their personal views on the clientelist organization that was the Cook County Democratic party between 1930 and 1980. It addresses methodological issues, among which the difficulties related to the use of official primary sources (correspondence, reports, meeting minutes…) in a study attempting to retrace largely “unofficial” practices, such as clientelist exchanges in local politics during these fifty years.