Tous les articles par blangues

« Ici, on est au calme, pas dans le passage. Et puis c’est joli »

 

Paroles de …

Nathalie et Maxime, étudiants en L3 de LEA Anglais-chinois à la BANG, bibliothèque d’études du monde anglophone et de sciences du langage.


 

 

 

 

Bonjour, que faites-vous à la bibliothèque cet après-midi ?

– on révise notre cours de civilisation. On travaille sur les polycopiés et on utilise les dictionnaires

Vous venez souvent à la bibliothèque d’anglais ?

– En fait, c’est la première fois. C’est parce qu’on a cours à côté. Sinon on va de temps en temps en espagnol, mais c’est moins bien. Ici, on est au calme, pas dans le passage. Et puis c’est joli. On pensait que c’était tout petit, mais en fait il y a plein de place. Mais c’est vrai que d’habitude on va à la médiathèque de LEA, et puis aussi à la BUC. Mais à la BUC c’est trop grand. dans une bibliothèque comme celle-ci, on ne met pas trois heures à trouver un livre.

La médiathèque ?

– Oui, dans le nouveau bâtiment…

Ah oui, vous parlez de l’espace d’auto-apprentissage en langues. Savez-vous que toutes les bibliothèques de l’UFR de langues vont déménager vers le bâtiment en construction, pour constituer, avec la « médiathèque » un unique Centre de ressources des langues ?

– Non, on ne savait pas. On aime bien la médiathèque parce qu’on peut y travailler en groupe. à la BUC ça n’est pas possible, on nous dit « shhht ». Et pourtant on va dans la salle d’études, à l’entrée, où on devrait pouvoir faire un peu de bruit.

Dans le Centre de ressources, il y aura des salles de travail en groupe (comme à la BUC, d’ailleurs) où vous ne serez pas gênés. Vous verrez, vous serez bien et on prendra soin de vous.

Merci, je vous laisse travailler…

Quelques nouvelles du chantier

Il y a deux mois, on avait laissé la partie encore en construction du Centre de ressources des langues dans cet état :

 

Aujourd’hui nous en sommes là : tout est blanc.

Et surtout,  on remarquera que les plafonds ont été posés,  masquant un dispositif complet de fils électriques, de bouches d’aération et de chauffage.

Pour l’heure, ce sont les carreleurs qui sont à l’œuvre. Ils finissent de préparer le sol de l’accueil, où se situera le  bureau de renseignements principal et la « banque de prêt ». L’entrée du Centre se fera, rappelons le, à la jonction des deux bâtiments, entre l’actuel Espace d’auto-apprentissage en langues  et la partie actuellement en construction.

La prochaine étape marquante sera la pose du sol de la bibliothèque, d’ici une dizaine de jours.

Et à partir de là,  finies les photos de chantier en dégradés de gris et blanc…

D’une cote à l’autre

D’une bibliothèque à l’autre, on en conviendra, les pratiques ne sont pas toujours identiques,  qu’il s’agisse d’horaires d’ouverture, de règles de prêt, de l’intensité du chauffage voire de l’ambiance générale.  Prenons ici un seul exemple :  la cote, cette « adresse » du livre, que l’on va relever dans le catalogue Archipel, et qui va par exemple nous permettre de  retrouver dans les rayonnages le Dreams from my father convoité.

Dans les bibliothèques d’UFR ou à la bibliothèque centrale les ouvrages en accès libre sont classés en Dewey, par thématiques. C’est ce même classement qui  sera suivi au Centre des langues : les documents seront rangés par grandes classes, de 000 à 900  (par exemple dans les 900 on trouvera l’histoire) et dans chaque classe, les ouvrages seront rangés par aires linguistiques. Nous reviendrons sur ces spécificités de classement mais pour l’heure, il est question d’étiquette.

Actuellement, chacune de nos bibliothèques a adopté sa propre façon de présenter les cotes. Nous en avons la preuve :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au Centre de ressources des langues, tous les ouvrages  auront des cotes homogènes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ce faire, et pendant quelques mois, la société GRAHAL, recrutée par appel d’offre, va se charger d’harmoniser livres et revues, exemplaire par exemplaire, rayonnage par rayonnage, et de bibliothèque en bibliothèque. Conséquence inévitable de ces opérations, certains ouvrages vont être très ponctuellement immobilisés et donc indisponibles, par tranches de cotes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si ces opérations génèrent quelques désagréments, les bibliothèques continuent à fonctionner jusqu’à la fin de l’année étudiante, et les ouvrages à circuler.

 

 

 

Le Centre de ressources est au travail

Les bibliothécaires qui vous accueilleront à la rentrée prochaine au Centre de ressources des langues, vous les connaissez déjà.  Ils sont à l’ouvrage dans les différentes bibliothèques de l’UFR et dans l’Espace Multimédia.

Depuis l’arrivée de Mélisande Ferry à l’Université, en octobre 2010, comme responsable du Centre, en duo avec Françoise Lorand, Chef de ce projet depuis 2009, l’équipe s’organise : en plus de ses attributions dans chacune des bibliothèques, chacun prend place dans cette nouvelle structure, organisée en trois pôles : un « pôle collections » qui gère la politique documentaire du centre, un  « pôle services aux publics » qui, on l’aura compris, prend en charge les activités plus spécifiquement liées à l’accueil du public (renseignements, prêt…), et bien sûr, le pôle d’auto-apprentissage en langues, connu actuellement sous le nom d’espace multimédia, et déjà en fonctionnement.

 

 

 

Paulette part à la BUC

Connaissez-vous Paulette Rendon ?

En 1937, Paulette est partie en voyage aux îles Galapagos. Elle en a fait un livre.

En juin 2010, Galapagos, les dernières îles enchantées a quitté la bibliothèque hispanique pour le magasin 5 de la bibliothèque universitaire centrale (BUC).

Un déménagement n’est pas une opération anodine. Nous aurons bien sûr l’occasion de revenir sur la politique documentaire mise en œuvre pour le Centre de ressources et sur les critères appliqués au tri des collections. Une bonne partie de ces fonds (environ 60 000 documents) va être transférée au Centre de ressources. D’autres ont été désherbés (promis nous consacrerons dès janvier un billet au « désherbage » en bibliothèque). D’autres enfin, après un traitement bibliographique ad hoc et tout en restant accessibles aux lecteurs, ont pris le chemin de la BUC pour rejoindre Paulette Rendon dans les rayonnages du magasin 5.

Des préparatifs à son installation à la BUC, voici quelques images de cet autre grand voyage de Paulette Rendon :

 

Première opération : recoter l’ouvrage selon les règles en vigueur au magasin 5. Une « recotation » physique, sur l’ouvrage, et informatique, dans Archipel, le catalogue informatisé du réseau universitaire de Midi-Pyrénées. Galapagos a longtemps été répertorié sous le nom de code « AH 501 ».

« AH 501 » c’est sa cote, en fait son adresse au sein de la bibliothèque. Au magasin 5, il est maintenant connu sous le nom de « M 2 ».

 

 

 

 

Deuxième opération : une expédition  à travers le campus.

 

 

 

 

 

 

Quelques dizaines de mètres, un ascenseur, et nous  voilà au magasin 5.

 

 

 

Les ouvrages et revues des bibliothèques de l’UFR de langues occupent quelques 620 mètres linéaires des magasins de la BUC. Vous les retrouvez dans le catalogue, ils sont communicables sur demande.

Paulette Rendon reprend la pose

Quatre bibliothèques et un espace multimédia font un Centre de ressources des langues

Depuis de nombreux mois les différentes bibliothèques de l’UFR de langues se préparent à rejoindre l’espace multimédia dans les nouveaux locaux de l’UFR. Pour l’instant, les bibliothèques sont encore dans le bâtiment 13, voire dans le « pétale » pour celle de japonais et de chinois.  En attendant, et durant toute cette année étudiante, elles sont ouvertes au public, et leurs collections à disposition des lecteurs.

La BANG, bibliothèque d’études du monde anglophone et de sciences du langage

 

 

 

 

 

La bibliothèque hispanique et hispano-americaine,

 

 

 

 

 

la Bibliothèque de langues étrangères, regroupant l’allemand, l’italien, le portugais, le russe et autres langues slaves,  l’arabe et le roumain , mais aussi l’hébreu ou le croate.

 

 

 

 

 

et la bibliothèque de japonais et de chinois

 

 

 

 

 

 

 

 

 

… vont donc rejoindre l’espace multimédia, destiné à l’auto-apprentissage en langues

 

 

 

 

Nous présenterons dans de prochains billets chacune de ces bibliothèques.

Où sont les bibliothécaires ?

C’est encore un peu tôt pour les trouver par ici, sur le chantier du bâtiment qui va les accueillir à la rentrée universitaire prochaine.

Pour l’heure, dans ce qui sera bientôt le Centre de ressources de langues, lettres et civilisations étrangères, on croise surtout des électriciens,  des architectes, des plombier-chauffagistes, un chef de chantier, des peintres, ou des plâtriers. Les bibliothécaires n’ont pas encore investi les lieux. Ils continuent à faire fonctionner leurs bibliothèques respectives,  tout en préparant les collections pour le déménagement à venir.

Avant de retrouver les bibliothécaires, dans un prochain billet, si on jetait un œil sur le futur Centre de ressources des langues ?

 

CRL - UTM C’est ici même que le public fera son entrée dans le Centre de ressources de langues.

Sur la droite, derrière le mur du fond, se trouve le premier bâtiment de l’UFR de langues, la « tranche une », ouvert au public en avril 2010.

 

 

 

 

Et c’est plus précisément juste derrière ce mur que se trouve l’espace multimédia d’auto-apprentissage en langues, actuellement en pleine activité.  Ce mur, en fait  simple paravent, ne passera pas l’été.

 

 

Sur la gauche, se retrouveront fondues en une seule, les différentes bibliothèques de l’UFR de langues qui, associées à l’espace multimédia, formeront le Centre de ressources. Il proposera des collections « papier », numériques, des salles de travail, d’exposition… Les aménagements sont en cours.