Constructivisme (suite)

Suite aux révolutions de 1917, les bolchéviks créent un système de propagande par des affiches. L’idée était d’illustrer la ferveur révolutionnaire des citoyens ainsi que leur foi en la construction d’une société nouvelle sans illettrisme.

Mais après la guerre civile en 1919 et la famine de 1920-1921, Lénine se voit contraint de libéraliser l’économie du pays et met alors en place une nouvelle politique économique en 1921. Se développent alors les « fenêtres Rosta », acronyme de l’Agence télégraphique russe en langue originale. Des artistes avant-gardistes comme Vladimir Maïakovski ou Vadim Cherchenevitch contribuent à la création de ces affiches qui servaient notamment de support à la propagande révolutionnaire.

Le style unique de ces affiches, dont l’image est simplifiée et le texte réduit au minimum, est étroitement lié au constructivisme et a eu une influence sur les mouvements modernistes tels que le Pop Art.

m500202_atpico080053_p

Vladimir Maïakovski, 1919.

Conservé à Marseille, au Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée.

« Que le charbon transporte vers nous les récoltes, que chacun dise : on fait ce qu’on peut. »

Les affiches deviennent rapidement un moyen de propagande incontournable grâce à leur pouvoir graphique et leur capacité à s’adresser à toutes les classes sociales. Le premier groupe d’artistes constructivistes à se lancer dans la création d’affiche se compose de Rodtchenko et des frères Stenberg. En s’inspirant du design industriel, ils souhaitent exprimer spatialement et matériellement la construction du socialisme.

En 1923, les artistes constructivistes forment le « Front gauche de l’art » et créent des œuvres basées sur des photomontages. Ils se procurent des images dans des journaux ou des livres puis les collent et les présentent de façons inattendues et inédites.

161699-63_1276766193

Sergei Yakovlevich, 1931.

« Verdissons les chaînes de production ! »

En 1932, sous le second quinquennal de Staline, les artistes subissent une pression beaucoup plus forte et voient leurs œuvres examinées, modifiées voire refusées.

Pourtant, le style constructiviste fini par être abandonné. Considéré comme trop compliqué à comprendre et trop peu réaliste, il est remplacé par un style naturaliste plus conforme au réalisme socialiste.

Post navigation