Expressionisme, Edvard Munch

Edvard Munch

(1863 – 1944)

Autoportrait, Edvard Munch, 1882

Edvard Munch est né à Løten (Norvège), le 12 décembre 1863 et est mort à Oslo (Norvège), le 23 janvier 1944. Il fut connu comme un artiste touche-à-tout : peintre, illustrateur, dessinateur, sculpteur, fresquiste, photographe, cinéaste, lithographe. Il peut également être classé dans plusieurs mouvements comme le symbolisme, l’art moderne, l’impressionnisme ou encore l’expressionisme. C’est sur ce dernier mouvement que nous allons l’étudier principalement.

 

Pour comprendre le peintre, il faut comprendre l’humain. Edvard Munch fut avant tout quelqu’un rongé par la dépression et les troubles nerveux. Sa mère mourut quand il avait cinq ans de la tuberculose ; une de ses sœurs quand il avait quatorze ans de la phtisie ; une autre de ses sœurs fut internée à vingt ans des suites d’une mélancolie (aujourd’hui appelée dépression grave) ; son frère décéda d’une pneumonie quelque mois après son mariage. Tous ces événements tragiques ont marqué profondément le jeune peintre dont la vision pessimiste de la vie se traduisit par des couleurs audacieuses et des lignes appuyées, signes annonceurs de l’expressionnisme. Sa sœur et sa mère étaient toutes les deux des artistes peintres qui lui ont transmis leur goût pour la peinture.

 

Malgré les revendications d’un père très sévère, il finit par intégrer une école d’art comme il le voulait. En effet, à seize ans il nota dans son journal : « Ma décision est arrêtée, je serai peintre. » Ses premières œuvres sont marquées par une forte influence du réalisme français. Il fit donc un séjour à Paris (1890-1891) et s’exposa à du postimpressionnisme et du symbolisme à travers les œuvres de Van Gogh et Gauguin. C’est à partir de ce moment qu’il se mit à peindre en ayant recourt à des touches balayées, des formes simplifiées et à l’antinaturalisme dans le but de transmettre ses émotions.

 

Dans ses œuvres, Munch a souvent annoncé des thèmes récurrents : la mort, l’angoisse existentielle, l’amour, le désespoir. Il a décrit la peinture comme une tentative de « disséquer les âmes ». Cependant, il est conscient que son génie doit beaucoup à sa fragilité mentale. Après qu’une dépression nerveuse en 1908 l’incite à mener une vie plus tranquille, il change de style. Mais ses œuvres n’en demeurent pas moins prodigieuses. Il contribue notamment à la renaissance de la technique des gravures sur bois, souvent coloriées.

 

Ses techniques de prédilections sont la peinture et la tempera. Il fut aussi un pionnier dans l’art accessible pour tous : il souhaitait un art dévoilé, montré, non caché, accessible à tous, dans la rue et les espaces publics, ainsi que dans tous les lieux de nature.

 

Il meurt à quatre-vingt ans des suites d’une pneumonie. La mairie d’Oslo avait reçu comme don la plus grande partie de sa collection personnelle qui était constituée d’un millier de tableaux, quatre mille dessins et aquarelles, six sculptures. Quelques années après sa mort, la ville d’Oslo a construit le musée Munch (Munchmuseet) en son honneur, inauguré en 1963.

 

ŒUVRES

Le Cri, Edvard Munch, 1893

Le Cri est une œuvre qui existe en cinq versions (trois peintures, un pastel et une lithographie) qui ont été réalisées entre 1893 et 1917. Elles sont la représentation d’un de ses thèmes phares : les angoisses. En effet, sur cette œuvre, Munch nous expose une homme moderne emporté par une crise d’angoisse existentielle sur le fjord d’Oslo.

L’une de ses cinq versions est une tempera sur carton exposée au musée Munch d’Oslo. Elle mesure 88,52 x 66 cm.

Trois autres sont une peinture à l’huile, une tempera et un pastel exposés à la Galerie Nationale d’Oslo. La dernière une lithographie qui a été réalisée à Berlin.

 

C’est l’œuvre la plus importante de l’artiste. Aujourd’hui encore elle est très représentative d’une culture commune à tous et réutiliser dans beaucoup d’éléments de culture populaire. Par exemple, le masque dans Scream, une apparition fugace dans l’Etrange noël de monsieur Jack, dans les Simpsons, un épisode de Détective Conan ou les W.I.T.CH. Egalement, il a été une inspiration pour un arc narratif dans la série britannique Doctor Who « The Silence ». Des références ont été également été vues dans le jeu Angry Bird Season et dans la création d’un emoji qui reprend la même expression faciale.

 

L’enfant malade, Edvard Munch, 1895

L’enfant malade est également une de ses œuvres phares. Elle représente cette fois un autre de ses thèmes récurrents : la mort. En effet, inspiré par la mort de sa sœur, on peut y voir une jeune femme morte et une autre la pleurant, le visage caché.

Elle est extraite d’une série de six peintures, dessins et lithographies, qui représentent sa sœur Johanne Sophie morte de la tuberculose. Cette série a été réalisée entre 1895 et 1896. L’enfant malade est une huile sur toile qui fait 120 x 119 cm et est exposée à la Galerie Nationale d’Oslo.

Sur ce tableau, Munch a étalé les couches de peintures à l’aide d’une spatule afin de stimuler la vision brouillée qu’on peut avoir à travers un rideau de larme.

 

Le Baiser, Edvard Munch, 1897

Le Baiser est une œuvre représentant le thème de l’amour et des relations humaines. Ce tableau a été fait en 1897, il fait 99 x 81 cm et est détenu aujourd’hui dans une collection particulière. Durant le XXe siècle, il était récurrent d’explorer les mystères des relations entre les sexes dans l’art. C’est une huile sur toile expressionniste représentant deux amants entrain de s’embrasser. Leurs visages semblent s’unir au point de n’exister plus sans l’autre et s’efface pour l’autre, traduisant ainsi la complexité des rapports entre les hommes et les femmes.

Le Baiser est une œuvre provenant de la série « La Frise de la vie » qui met en avant les différentes étapes entre les genres.

 

 

 

Stéphane Renault, « Sur les pas d’Edvard Munch », Beaux Arts magazine, no hors-série Edvard Munch au Centre Pompidou,‎ septembre 2011
Andrew Graham-Dixon, L’histoire de l’art en images, Flammarion, 2009
https://fr.wikipedia.org/wiki/L’Enfant_malade
https://en.wikipedia.org/wiki/The_Scream
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Baiser_(Munch)