Constructivisme – Alexander Rodtchenko

Alexander Mikhaïlovitch Rodtchenko (1891-1956) a étudié à l’école d’art de Kazan, puis à l’institut Stroganov à Moscou lorsqu’il s’y installe en 1916, où il étudie le dessin, la peinture, et l’histoire de l’art. Comme plusieurs artistes du mouvement, il pratique la peinture, la sculpture, et la photographie, et aura une grande influence sur le design. Il présente en 1919 ses toiles Noir sur noir, pour répondre à la série des Blanc sur blanc de Malevitch, et commence à réaliser des collages puis des photo-montages. Il anime la Fédération de gauche du syndicat des peintres. En 1921, il publie dans la revue LEF (le front gauche des arts) son manifeste « A bas l’art, vive la technique », qui représente bien le principe du mouvement : la fonctionnalité de l’art. L’artiste cherche à faire de l’œuvre un objet, quelque chose d’utilitaire et de construit. Sa participation à la révolution russe est à la fois idéologique et esthétique. Il s’implique dans la propagande visuelle des bolcheviques.

Les formes géométriques, tels que le carré, le cercle, la ligne, sont très présentes dans les œuvres constructivistes. L’utilisation de matériaux industriels est courante. Les œuvres de Rodtchenko l’illustrent parfaitement. Il effectue trois séries de « constructions spatiales » entre 1918 et 1921, dont une seule subsiste aujourd’hui, les autres étant seulement visibles par les photographies qui en ont été faites.

Construction spatiale suspendue n°12, Rodtchenko, ≈ 1920, contreplaqué partiellement peint avec aluminium, fil de fer, 61 x 83.7 x 47 cm, Musée d’art moderne de New-York

 

Couleur rouge pure, Couleur jaune pure, Couleur bleue pure, Rodtchenko, 1921, huile sur toile, 62,5 x 52,5 cm pour chaque tableau (tableaux reproduits dans Magdalena Dabrowski et al., Aleksandr Rodchenko, New York, MOMA, 1998)

Avec son fameux triptyque, Rodtchenko signe la fin de la peinture sur chevalet. Il signe un manifeste productiviste dans lequel il s’y engage. Ces expériences monochromes ont eu une importance considérable pour les générations futures d’artistes abstraits, notamment les minimalistes.

Il fera également des illustrations, notamment en collaboration avec le poète d’avant-garde Vladimir Maïakovski pour certains de ses ouvrages ou dans des revues et magazines comme LEF. C’est dans la presse qu’il connaît un véritable succès lorsqu’il se concentre sur la photographie. Il restera dans ce domaine après la fin du constructivisme, lorsque ses œuvres sont condamnées par le pouvoir en place, en devenant photojournaliste.

Portrait à double exposition du peintre Alexander Chenvtchenko, Rodtchenko, 1924

Photographie de Vladimir Mayakovsky, Rodtchenko, 1924

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« L’art est mort. Cessons notre activité spéculative… Le domaine de la réalité est celui de la construction pratique. »

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Rodtchenko

http://historyofartedna.blogspot.fr/2013/11/le-constructivisme.html

https://arts.savoir.fr/les-mouvements-dans-la-peinture-constructivisme/

https://www.moma.org/interactives/exhibitions/1998/rodchenko/texts/russian_avantgarde.html