L’expressionnisme avec le motif animal de Franz Marc

« L’être humain, si peu pieux, qui m’entourait n’éveillait pas mes vrais sentiments, alors que la joie de vivre de l’animal faisait résonner tout ce qu’il y avait de positif en moi » déclare Franz Marc, pilier de l’expressionisme allemand. Né à Munich en 1880, il grandit dans un cercle d’artistes, ce qui le fera rentrer à l’Académie des beaux-arts de sa ville natale. Par la suite, il rencontre plusieurs peintres animaliers et décidera d’en devenir un à son tour.

En 1911, sa peinture devient plus subjective et il commence à peindre le thème du « Cheval bleu » qui inspirent le titre du fameux almanach Le Cavalier bleu, ouvrage fondateur du groupe d’artistes qu’il a engendré. Lors de ses nombreuses peintures cavalières, il s’efforce de représenter la force vitale de la nature. Il y associe le thème animalier et annihile les représentations humaines, pensant que les animaux détiennent des qualités absentes chez l’Homme : le bon, le vierge, le beau et le vrai. Marc utilise la nature comme l’espace vital dans lequel l’animal évolue, le paysage n’est plus qu’un outil.

Selon cette représentation, chaque couleur possède une signification : bleu pour le masculin austère et le spirituel ; jaune pour le féminin, doux et gai ; et rouge comme couleur de la violence combattue par les deux premières. À travers cet usage des couleurs, il applique un bon usage des formes géométriques via une purification des lignes. Le fond de la toile ne représente plus qu’un simple paysage mais un aplat de couleurs où le sujet – l’animal – épouse parfaitement les formes qui l’entoure. La combinaison des formes surprenantes et des couleurs vives reste toujours en mémoire, et fait de lui un créateur du mouvement expressionniste qui mesure l’intensité d’une œuvre grâce à son intensité dramatique.

Le tigre, huile sur toile, 1912, Kunsthalle de Hambourg

Dans Le tigre, le style abstrait de Marc est clairement mis en abyme par l’aplat de jaune, qui rend le tigre expressif. Selon l’interprétation des couleurs de l’artiste, le jaune représente la douceur. Cependant, le thème mis en évidence est l’agression grâce aux ombres ; mais ici le tigre semble agressé plutôt qu’agressif. Pareillement, concernant Les chevaux, au lieu d’utiliser le motif bleu habituel pour le motif cavalier, Marc utilise le jaune. Dans ce tableau, le jaune fait transparaitre le trait de la douceur féminine, entouré du motif bleu ici employé autour de l’élément principal. Le bleu est utilisé ici comme opposition, le motif masculin versus le motif féminin.

Les chevaux, huile sur toile, 1912, Exposition Stuttgart, Staatsgalerie

 

L’une de ses peintures les plus connues est Tierschicksale, connue sous le nom Destin des animaux, au Kunstmuseumde Bâle, en Suisse. Derrière la toile, Marc a écrit « Und Alles ist Sein Flammend Leid» – traduit en « Et tout être est enflammé à l’agonie », preuve de la correspondance entre Marc et sa femme où il avait prédit un évènement bouleversant auquel il participe au front : la première guerre mondiale.

Destins d’animaux, huile sur toile, 1913,Kunstmuseumde Bâle

 

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Franz_Marc

https://blogs.univ-tlse2.fr/dam-histoire-art/2016/12/11/expressionnisme/

http://www.ladilettantelle.com/2016/11/franz-marc-1880-1916-et-ses-animaux.html

http://www.art-expressionnisme.com/franz-marc.html