Abstraction géométrique

L’Abstraction géométrique désigne une forme d’expression artistique très souvent non figurative dans laquelle se sont illustrés plusieurs courants historiques et qui a recours à l’utilisation de formes géométriques et de couleurs disposées en aplats dans un espace bidimensionnel.

L’Abstraction géométrique s’est manifestée à de nombreuses reprises comme à Paris avec la création de Cercle et carré et d’Art concret en 1930. Mais c’est surtout après la Libération, en 1945, que l’Abstraction géométrique s’est imposée, en tant que courant opposé à l’Abstraction lyrique, appelée également informelle par contraste et en réaction contre elle, l’Abstraction lyrique ayant une variante intitulée le Paysagisme abstrait. C’est au cours des années 50 que se sont développées en Europe de nouvelles tendances utilisant le vocabulaire de l’Abstraction géométrique et reprenant certaines de ses préoccupations. À la fin des années 50, l’Abstraction géométrique a pu trouver un prolongement dans certaines créations de l’Art cinétique, ainsi qu’en changeant de nature dans les œuvres du Minimal Art américain.

Œuvres importantes :

  • Victor Vasarely, Méandres Belle Isle, 1951

  • Jean Dewasne, Croisée des chemin, 1960

  • Ellsworth Kelly, Meschers, 1951