Max Ernst, période Dada.

Max Ernst est né le 2 avril 1891 à Bhrul en Allemagne. Il a baigné dans un univers artistique dès son plus jeune âge puisque son père était lui même artiste peintre. Ce fût un homme de voyage. Né en suisse, il finira sa vie citoyen français après avoir été un certain temps ressortissant du pays de l’oncle Sam.

Nous nous attachons ici à sa filiation avec le mouvement Dada et on peut dire qu’il est l’un des artistes qui a façonné cette aventure. Notamment lorsque celle-ci s’est délocalisé en Allemagne après la rupture de Zurich d’où le mouvement est parti. Si Tristan Tsara est allé à Paris, Max Ernst Jean Arp, Johannes Baargel ont quant à eux choisi l’Allemagne. Ils ont contribué à faire évoluer le mouvement en lui donnant peintures et collages de premier ordre. On peut noter une volonté forte de représenter le réel par opposition au surréalisme. Max Ernst travail également très dur autour de la recherche du matériau en lui même.

Max Ernst. Le Rossignol chinois,1920.

Il fonde le collectif Zentrale W/3 et publient une nouvelle revue, La Chamade. Dans ses rang on trouve des personnalités résidants en France tel qu’André Breton, Paul Eluard et Louis Aragon.

La période Dada étant relativement courte avec un mouvement qui a perduré approximativement entre 1917-1923, Max Ernst s’est ensuite assez naturellement tourné vers les surréalistes avec qui il était déjà en contact avant le manifeste de 1924.

Sa vie au combien productive s’achèvera à Paris le 1er avril 1976 à l’âge de 84 ans.

Max Ernst. Rivage de Bohème, 1920.