Définition :

Le Land Art, ou art en nature, est une forme artistique qui a fait son apparition et s’est développée au courant du XXème siècle. Jusqu’à lors, la place des œuvres est principalement en musées et galeries, des lieux fermés et protégés. La population doit ainsi se déplacer vers ces sites, et éventuellement payer pour avoir accès à cette forme de culture.

Le Land Art est en cela innovateur, puisqu’il va à la rencontre des gens. Sa place est dans la nature, à l’extérieur, disponible à la simple condition de passer à sa proximité.

Sur un plan plus technique, cette forme d’art est beaucoup plus organique puisqu’elle émane d’un échange entre l’homme et la nature. Ce premier va en effet utiliser cette dernière pour s’exprimer et la sublimer, la remettre au centre de l’attention et lui rendre sa place légitime. Ce mouvement prend bien des formes, que cela soit la photographie, la mise en scène d’organismes naturels ou leur utilisation pour exprimer des idées, des sentiments, des pensées, …

Artiste : Gaëlle Villedary

Née en 1976, cette jeune quadragénaire vit et travaille à Marseille. Elle a résidé pendant 10 ans en Afrique, ce qui inspire partiellement son art. Elle travaille beaucoup avec les notions de territoires, les frontières et les transformations.

Les boucliers, bois de placage Sisso, 2018, Production Région Nouvelle Aquitaine, Lycée du Pays d’Aunis

Les boucliers, est une des dernières œuvres réalisée par l’artiste lors d’une résidence en Charente-Maritime. Elle utilise des morceaux de bois de placage Sisso en forme d’écailles qui sont posés les uns sur les autres. Comme son nom l’indique, cette structure vient former un bouclier autour d’un poteau. En faisant travailler l’imaginaire, on peut comparer cette carapace protectrice à la peau d’un reptile, qui le protège des agressions extérieures. Le haut du poteau étant moins recouvert que le bas laisse à penser à une évolution, une transformation en cours, d’un état vulnérable vers une enveloppe protectrice.

Tapis rouge!Pelouse, 420 m, 2011, Jaujac.

Tapis Rouge! A été réalisé en 2011 à Jaujac, dans l’Ardèche. Ici, deux idées dominent. La première est celle du voyage, puisqu’en suivant ce tapis qui s’étale sur 420 m, les gens peuvent accéder à divers espaces verts du village. Il est aussi question de relier chaque point naturel de cette commune et de rappeler que la nature est une unité parmi laquelle nous vivons. L’autre idée, soufflée ici par le titre, est la symbolique d’une fête de la nature. Tel le Festival de Cannes qui met à l’honneur le cinéma, ce tapis de pelouse déroulé vient ici mettre en valeur chacun des espaces naturels qu’il rejoint et relie.

Damoclès, Ronces, 2017

Cet ensemble de suspensions, créé à partir de morceaux de ronces, est une expression physique de l’allégorie morale de l’Épée de Damoclès. Tout comme l’épée est tranchante et peut blesser, la ronce a elle des épines, blessantes. Cette œuvre offre une multitude d’interprétations et de questionnements possibles, à commencer par le choix de ne pas utiliser un seul morceau de ronces, mais des dizaines. Cela peut élever ce bois au même niveau de danger qu’une épée acérée, tout comme cela peut renvoyer à l’idée d’une épée de Damoclès au-dessus de la tête d’un grand (et indéfini) nombre de personnes, ce qui reviendrait alors à une représentation plus large de notre société actuelle.

Sitographie :

http://www.landarts.fr/index.html(consulté le 7/01/2019)

https://www.gaellevilledary.net(consulté le 7/01/2019)

https://www.artsper.com/fr/artistes-contemporains/france/1922/gaelle-villedary(consulté le 7/01/2019)

Post navigation