Everett Shinn et le réalisme américain

Everett Shinn est un artiste du réalisme américain ayant œuvré à la charnière entre le XIXe et le XXe siècle.

Everett Shinn naît en 1876 à Woodstown, dans le New Jersey. Après avoir étudié le dessin industriel à Philadelphie, il intègre l’Académie des beaux arts de Pennsylvanie en 1893. Dans le même temps, il débute une carrière d’illustrateur de presse dans divers journaux à Philadelphie puis à New York. Sa rencontre avec les membres de l’Ashcan School, dont William Glackens et John Sloan, l’incite à développer ses talents dans d’autres domaines. À la fin de sa vie, Everett Shinn est membre de la National Academy of Design (1943) et de l’American Academy of Arts and Letters (1946). Il meurt à New York en 1953.

Everett Shinn, Fifth Avenue, 1910 ; pastel sur papier beige, 31,4 x 38,7 cm ; Brooklyn Museum

D’abord illustrateur, Everett Shinn n’abandonne jamais cet aspect de son art : jusqu’au début des années 1940, il illustre plusieurs rééditions des histoires de Charles Dickens. Le style des illustrations de Shinn, des diagonales lancées au charbon et au pastel qui dépeignent l’énergie de ses scènes urbaines, se retrouve dans ses autres travaux. Jeune, l’artiste ne fait pas de nette distinction entre ses illustrations de presse et ses travaux artistiques plus conventionnels : les mêmes sujets traversent ses différents médias et ses expositions regroupent ses peintures, ses pastels et ses illustrations.

Everett Shinn, Jumping the Hole in the Ice (illustration for Peter Rabbit), date inconnue ; encre sur papier ; Smithsonian American Art Museum

En lien avec l’Ashcan School, Everett Shinn s’attache à peindre la réalité de la vie urbaine et des figures qui la traversent. Il s’aventure dans la représentation des classes les plus pauvres de la société new-yorkaise, leur misère, leur violence. Ces sujets, représentatifs du réalisme américain, placent les membres de l’Ashcan School en opposition avec l’art académique traditionnel.

Everett Shinn, The Fight, 1899 ; aquarelle et encre sur papier,
20,96 x 33,66 cm ; collection privée

Pendant un voyage en Europe avec son épouse, dans les années 1890, Shinn se familiarise avec les scènes mondaines et de théâtre de Manet, Degas et Forain. Ces nouvelles influences marquent un tournant dans l’art d’Everett Shinn. Il peint de plus en plus de scènes de théâtre, milieu qui lui est familier car il a réalisé plus d’une commande de décor et qu’il a des activités de producteur. Il dessine les comédiens en action et expérimente de nouveaux points de vue.

Everett Shinn, A French Music Hall, 1906 ; huile sur toile, 61 x 74,9 cm ;
collection privée
Everett Shinn, The White Ballet, 1904 ; huile sur toile, 74,93 x 93,35 cm ; Smithsonian American Art Museum

Bien qu’il se soit essayé à diverses techniques telles que la peinture à l’huile, l’aquarelle, le pastel sec et la gouache, Everett Shinn est surtout réputé pour ses travaux au pastel gras. Ses traits grossiers, spontanés, donnent à ses dessins une impression d’immédiateté, comme un cliché photographique. Cette impression est confortée par son souci du détail, hérité de son travail d’illustrateur de presse, avant l’apparition de la photographie.

Everett Shinn, Eviction (Lower East Side), 1904 ; gouache sur papier et carton,
23,3 x 33,3 cm ; Smithsonian American Art Museum