Corneille (Guillaume Cornelis Beverloo)

Guillaume Cornelis Beverloo, connu sous le pseudonyme Corneille, est né en 1922. A 18 ans, il intègre l’Académie des Beaux-Arts d’Amsterdam afin d’y suivre des cours de dessins et de gravures, mais y juge l’enseignement trop académique. Il réalise en 1946 sa première exposition personnelle, et expose en 1947 à Amsterdam avec Karel Appel. Il voyage ensuite en Hongrie où il est invité à exposé, et y découvre les œuvres de Paul Klee et de Wassily Kandinsky, peintres expressionnistes, mais aussi les arts primitifs au musée de l’homme. En 1948 à Amsterdam, il participe à la création du Groupe Expérimental Hollandais (Experimentele Groep in Holland). Le groupe publie la revue REFLEX et annonce déjà l’esprit de CoBrA : en révolte contre l’art culturel et préconisant la spontanéité dans l’art, l’action plutôt que la description.

En Novembre 1948, alors qu’il a 26 ans, Corneille cofonde avec Karel Appel, Constant Nieuwenhuis, Asger Jorn (qui ont participé au Groupe Expérimental Hollandais) et Christian Dotremont le mouvement CoBrA. Créé en réaction contre les formalismes qui dominent à l’époque comme le surréalisme, le groupe cherche à retourner à une forme d’art épargnée par les normes occidentales, à des images archétypiques. Selon Corneille, CoBrA c’est la « redécouverte d’un art élémentaire, sauvage, populaire ».

The Gay Rhythm of the Town (Le rythme joyeux de la ville) 1949. Huile sur toile, 58,5 x 49 cm. Stedelijk Museum, Amsterdam

Après la dissolution du groupe, Corneille effectue un voyage en Afrique du Nord en 1949, puis en Amérique du Sud en 1958. Il s’inspirera de ces civilisations, de leurs mythes et de leurs croyances très liés aux signes, dont il empruntera les motifs. Alors qu’il peignait avant avec des couleurs sourdes et peu vives, il utilise les couleurs chaudes et nuancées. Entre-temps, il s’initie à la gravure à l’eau et à la céramique. A partir des années 60, Corneille commence à peindre en étendant ses toiles à terre. Il revient à une peinture plus figurative, évoquant sa participation à CoBrA. Son art est brut, énergique et violent. Il utilise des couleurs vives, du rouge, de l’indigo, du vert, ainsi que des matières denses, dont les lignes rappellent les matières organiques et minérales.

Le voyage du grand soleil rouge, 1963. Huile sur toile, 114.5 x 162.5 cm. Stedelijk Museum, Schiedam

A partir des années 70, il fait intervenir une série de symboles qui reviennent souvent dans ses tableaux comme des oiseaux, des femmes, des chats. C’est à l’aide de ce répertoire de formes abstraites ou figuratives qu’il se crée au fil des années, qu’il peut représenter sa vision métaphorique du monde, de l’univers.

Petite Musique du Printemps, 1987. Huile sur toile, 100 x 100 cm. Die Galerie, Francfort-sur-le-Main

Corneille a exposé ses oeuvres colorées dans de nombreuses villes en Europe et dans le monde entier. Il meurt en 2010 et est inhumé à sa demande près de Van Gogh. Il est aujourd’hui représenté dans les musées hollandais et de prestigieuses galeries.

Bibliographie