La réussite de tou.te.s les étudiant.e.s, quels que soient leurs projets, leurs aspirations et leurs ambitions, est une mission essentielle de l’université.

Les listes Ensemble pour l’Université entendent affirmer leur engagement profond dans la formation et portent des propositions concrètes, au plus près de nos réalités d’organisation et dans le souci d’honorer nos missions au service des étudiant.e.s.

FAIRE ÉVOLUER NOTRE OFFRE DE FORMATION

Les réformes concernant la licence et l’approche du nouveau contrat quinquennal ouvrent un chantier colossal, qui revient à construire en quelques mois de nouvelles maquettes que nous aurions dû élaborer en deux ans.

Soyons réalistes et ayons confiance en ce que nous savons faire ! Commençons par tirer le meilleur des maquettes existantes qui conjuguent la richesse des contenus de formation et la souplesse de leur organisation.

Améliorons ce qui peut l’être ! La mise en œuvre récente des « disciplines associées » a renforcé notre offre de formation et permis aux étudiant.e.s d’acquérir des compétences plurielles, en construisant leurs parcours selon leurs attentes, leurs besoins et leurs envies.

Les listes Ensemble pour l’Université comprennent et approuvent la nécessité de penser des parcours de formation individualisés mais resteront vigilantes quant à la cohérence, la qualité et la lisibilité des diplômes délivrés.

ADAPTER NOTRE ORGANISATION

L’arrêté Licence du 30 juillet 2018 prévoit la création d’une « direction des études » pour renforcer l’accompagnement individuel de nos étudiant.e.s. Cette nouvelle fonction, récemment mise en débat dans les UFR et les départements, devra être articulée avec les missions de la commission « Formation Orientation Insertion » et bénéficiera, dans sa mise en œuvre, des expertises croisées de services tels que le SCUIO-IP ou la DIVE, par exemple.

Proposons des outils aux étudiant.e.s avant les chaînes d’inscription ! Chaque étudiant.e est l’acteur.trice de son parcours de formation et doit donc pouvoir disposer facilement de documents pour le construire. Nous prévoyons le déploiement d’un vaste plan d’information et d’accompagnement, à destination des nouveaux étudiant.e.s, en amont de la rentrée et tout au long de l’année.

Facilitons l’assistance aux cours ! Depuis trop longtemps, les étudiant.e.s et les enseignant.e.s-chercheur.e.s souffrent de l’absence d’intervalles entre les cours. L’adoption d’un nouvel horaire pour les journées de cours, qui ménagerait quinze minutes de pause entre deux cours, est une proposition que nous souhaitons soumettre très rapidement aux différentes instances, afin d’améliorer de façon très concrète la qualité de vie sur nos campus.

AFFIRMER L’ARTICULATION ENTRE FORMATION ET RECHERCHE

Les travaux de recherche permettent de renouveler les savoirs, d’offrir des formations toujours plus pointues. Adopter une posture de chercheur.e dans notre mission d’enseignement, c’est aussi se questionner en permanence et aider les étudiant.e.s à développer leur esprit critique.

La formation, quant à elle, invite à rendre intelligibles des savoirs, à les partager avec le plus grand nombre et contribue ainsi à une dynamique – nécessaire et souhaitable – de diffusion de la recherche. Parallèlement, les étudiant.e.s ne doivent pas être sous-estimé.e.s dans leur réflexion et dans leur créativité : en proposant d’autres questionnements, d’autres points de vue, ils.elles sont les partenaires d’une recherche toujours en mouvement.

Permettons donc aux étudiant.e.s de participer davantage à la recherche, incitons les UFR, les départements et les unités de recherche à organiser en commun des invitations de chercheur.e.s, des séminaires et des journées d’étude. Des initiatives comme « Faites de la recherche » de l’UFR SES sont bienvenues et pourraient être généralisées.

VISIBILISER ET VALORISER L’INVESTISSEMENT PÉDAGOGIQUE

Pour s’inscrire dans une démarche d’amélioration continue de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage des étudiant.e.s, il convient de mieux prendre en compte l’investissement pédagogique dans l’avancement de carrière.

Les listes Ensemble pour l’Université proposent que cet investissement soit pleinement et justement reconnu, par la mise en œuvre d’un dossier de valorisation pédagogique et par l’octroi de congés pédagogiques (sur le modèle des CRCT) pour des enseignant.e.s ou enseignant.e.s-chercheur.e.s qui souhaitent s’engager dans le développement de formations innovantes.

La reconnaissance passe également par une visibilisation des pratiques pédagogiques. Il y a ici un intérêt à ce que ce travail soit mené en collaboration au niveau du site toulousain (Service interUniversitaire de Pédagogie, réseau des conseillers pédagogiques, services de soutien), tout en veillant à consolider en interne les fonctions d’accompagnement pédagogique.

DÉVELOPPER LA FORMATION TOUT AU LONG DE LA VIE

Penser l’offre de formation doit aussi prendre en compte les spécificités de tous les publics. Pour cela il s’agira de concevoir dès l’accréditation une offre intégrée entre la formation initiale et la formation continue, qui renforce la mixité des publics et facilite les échanges. Favorisons ainsi l’ouverture de notre université sur son environnement.

Les formations courtes sont une opportunité et peuvent servir de laboratoire pour l’expérimentation de pratiques pédagogiques. Nous proposons d’intégrer des modules de remise à niveau sur les compétences de base et les savoirs numériques en formation continue comme en formation initiale. Nous pourrons mettre en place un système de binômat entre étudiant.e.s et stagiaires, afin de faciliter les échanges d’expériences et les circulations des savoirs.

RENFORCER LES TECHNOLOGIES NUMÉRIQUES

L’exigence de maîtrise et d’adaptabilité aux outils numériques est de plus en plus pressante. Certain.e.s de nos collègues ont une expertise reconnue dans le domaine et les services support (DTICE, DSI…) nous épaulent efficacement.

Pourtant, notre université ne fait pas suffisamment usage des possibilités pédagogiques offertes par le numérique. Or, celui-ci peut être un outil très pertinent, en particulier dans l’accompagnement du parcours étudiant. C’est pourquoi les listes Ensemble pour l’Université proposent d’ouvrir une vaste réflexion sur ce thème, qui pourra conduire, par exemple, à la création de MOOC d’orientation, à l’élaboration de tests de positionnement et d’outils de remise à niveau ou encore au renforcement de tutorat étudiant.

Il nous faut soutenir et enrichir notre Service d’Enseignement à Distance dans son ouverture au numérique ; croiser les différents niveaux de réflexion sur le numérique au sein de l’université, faire se rencontrer, échanger, produire, expérimenter les acteur.trice.s de nos campus, enseignant.e.s, chercheur.e.s, étudiant.e.s, les services (Forco, SCUIOP, SED, DTICE, DSI, DISCO), et l’ensemble des RUN (Référents Usages du Numérique) qui agissent au niveau des départements ; faire une place plus importante aux étudiant.e.s dans la définition des projets touchant au numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.