3 avril 2017

2 pièces de théâtre

« Marées humaines, déchets plastiques »

Mardi 4 avril à 19h à l’Espace diversités laïcité (entrée gratuite)

Représentation théâtrale proposée par la classe de troisième cycle du Conservatoire de théâtre de Toulouse vous propose une création théâtrale sur la thématique « Mers et océans ».

Aidée à l’écriture par Filip Forgeau et encadrée par leur professeure Caroline Bertran-Hours, la jeune troupe a créé une pièce spécialement pour le Festival FReDD 2017.  Composée essentiellement à partir de textes écrits par les élèves et du travail d’improvisation sur le thème «Mers et Océans», cette pièce témoigne de l’engagement et de la vivacité créatrice d’un groupe de dix élèves en formation théâtrale. «L’écriture de plateau», dans une recherche collective et avec un imaginaire très ouvert, a conduit le groupe à intégrer dans sa dynamique, des extraits d’Ode maritime du poète portugais Fernando Pessoa.

Migrations, pollutions, dérives humaines ou plastiques… Une forme de théâtre marin commence à émerger, portée par des courants multiples.

Les élèves-comédiens: Jacobo Alvarez-Ananos, Olga David-Rigot,  Fanny Gelas-Mignon, Luna Julien-Escobar, Guillaume Langou, Romain Leguevaque, Adèle Marini, Eliot Saour, Agathe Voute, et la contribution de Gabriel Medina

Suivie d’un buffet bio et de la soirée court-métrages ! 

Toutes les photos de Katy Castellat sur cet album

« Après moi le déluge! Tribulations d’un utopiste » de la Compagnie des Géraniums

Samedi 1er avril à 19h Salle San Subra (entrée libre)

Alec Somoza, à la fois interprète, comédien, auteur et metteur en scène, a présenté samedi 1er avril Salle San Subra à 19h
sa pièce résolument rebelle. Avec humour mais sérieux, un ton ironique, décapant, hilare, il dénonce les travers de notre société de surconsommation et met en exergue de façon intelligente les destructions sociales et environnementales engendrées par le mode de vie et le système actuels. Pendant 1h30, on s’immerge dans le récit initiatique des aventures d’un doux naïf à la recherche d’un monde meilleur, revisitées avec autodérision et lucidité.

 

Crédits photos : Camille Cherques