Il Saltozoppo di Gioacchino Criaco, una recensione

 Autrice: Rébecca Desplanque

Per l’occasione dell’undicesima edizione del festival Toulouse Polar du Sud che ha avuto luogo a Tolosa fra il 11 e 13 ottobre 2019, è stato invitato lo scrittore italiano Gioacchino Criaco, in lizza per il premio Violeta Negra Occitanie con il suo romanzo, Il saltopozzo, pubblicato dalla casa editrice Feltrinelli nel 2015 e recentemente tradotto in francese con il titolo La Soie et le Fusil (traduzione di Serge Quadruppani, casa editrice Métaillé, Parigi, 2018).

Continuer la lecture de « Il Saltozoppo di Gioacchino Criaco, una recensione »

Resoconto dell’intervista a Gioacchino Criaco

Autori: Carla Simonetti, Titouan El-Ghazzi–Kuhn, Johanna Clanchin

La chanson d’Aspremont, copertina

Di maniera generale, Gioacchino Criaco ha parlato molto della sua regione, ha detto anche che lo stile letterario dei Calabresi è influentato da una chanson de geste… 

La prima domanda dell’intervista, era sui suoi riferimenti letteriari. Gioacchino ha risposto che in Calabria c’è una scuola letteriaria antichissima : la « Canzone d’Aspromonte ». È il primo riferimento che tutti in Calabria usano, è il primo poema. Il modo di scrivere è epico e sociale. È un tipo di scritura che tutti i Calabresi usano. È un loro modo di stare nella realtà. Secondo lui, la « Canzone d’Aspromonte » è veramente il riferimento obbligatorio per chi vuole scrivere in Calabria. 

Continuer la lecture de « Resoconto dell’intervista a Gioacchino Criaco »

Bibliothécaire et libraire. Une vie parmi les livres

Où? Dans la salle LA060 du CRL (Bâtiment Erasme)

Quand? Mardi 12 novembre 2019, entre 12h30 et 13h45

Qui sont ces mystérieux personnages qui se cachent derrière les rayons des librairies, ou qui rangent vos livres à la fin d’une journée d’étude dans les bibliothèques? Comment s’appellent-ils, comment sont-ils arrivés là?

Et encore, pourquoi aujourd’hui est-il aussi important de travailler avec l’objet livre? Comment ces métiers ont-ils changé avec le temps?

Si vous voulez connaître la réponse à ces questions et que vous êtes curieux d’en savoir plus sur ces deux métiers, celui de bibliothécaire et celui de libraire, ne ratez pas la rencontre avec des représentants du CRL de l’Université Jean Jaurès et de la librairie Etudes Le Mirail!

Ils seront à votre disposition mardi 12 novembre de 12h30 à 13h45 dans la salle LA060 pour vous raconter leurs parcours, leur travail au quotidien et répondre à toutes vos questions.

La rencontre s’inscrit dans le cours L3 (IT00505) d’Accompagnement aux métiers de la culture de M. Troisi.

Recensione di « L’arte di essere fragili »

Di: Luna Laboute

Una volta, in un corso di filosofia, il mio professore ci ha detto di leggere il nuovo libro di Alessandro d’Avenia, chiamato L’arte di essere fragili. Attraverso le relazioni epistolari del poeta Leopardi, l’autore tratta del soggetto delicato dell’adolescenza. Curiosa di scoprire questa figura della letteratura italiana in un modo diverso dalla sua opera, l’ho letto. La prima cosa « seducente » relativa a questo libro è la maniera in cui l’autore tratta l’argomento. Bisogna sapere che Alessandro d’Avenia è oggi un professore in Italia, usa le testimonianze dei suoi studenti come struttura, e inoltre ha una scrittura semplice, leggera, che si vuole delicata ed al stesso tempo poetica. Questi processi creano la particolarità del libro: Alessandro d’Avenia ci parla, a noi, senza essere moralista o senza fare il signor « so tutto io, ascoltami! ».

Continuer la lecture de « Recensione di « L’arte di essere fragili » »

Bellocchio racconta Buscetta: « Il traditore »

Quand? Avant-prémière dimanche 13 octobre à 16h30

Où? Cinéma ABC

« Quando è entrato nella mafia?

La mafia non esiste. Cosa Nostra, si chiama. »

Au début des années 1980, la guerre entre les parrains de la mafia sicilienne est à son comble. Tommaso Buscetta, membre de Cosa Nostra, fuit son pays pour se cacher au Brésil. Pendant ce temps, en Italie, les règlements de comptes s’enchaînent, et les proches de Buscetta sont assassinés les uns après les autres. Arrêté par la police brésilienne puis extradé, Buscetta, prend une décision qui va changer l’histoire de la mafia : rencontrer le juge Falcone et trahir le serment fait à Cosa Nostra.

Marco Bellocchio, l’un des scénaristes italiens les plus importants, fait son retour sur le grand-écran avec un film sur la vie du repenti de mafia Tommaso Buscetta pour explorer les contradictions et les secrets de l’Italie dévoilés lors du maxi-processo bâti par les juges Falcone et Borsellino.

Si vous songez à connaître les moments les plus obscurs de l’Histoire italienne, Marco Bellocchio est un interprète sans paire…

La fameuse invasion des ours en Sicile

Quand? À partir du 9 octobre

Où? Au cinéma l’ABC de Toulouse

« Tout commence le jour où Tonin, le fils du roi des ours, est enlevé par des chasseurs dans les montagnes de Sicile… »

Tiré du roman homonyme de Dino Buzzati de 1945 La fameuse invasion des ours en Sicile arrive sur le grand écran. Présenté dans la section Un certain regard du Festival de Cannes, le film réalisé par Lorenzo Mattotti promet de conquérir grands et petits.

Bande-annonce officielle en VO

Pour le réalisateur, porter ce livre sur le grand-écran était un processus naturel: « c’est une sorte de boîte magique, ce livre. Il y a de l’amour pour raconter aux enfants, le jeu du narrateur qui joue et qui parle toujours. » 

Extrait du roman de Dino Buzzati:

Dunque ascoltiamo senza batter ciglia
la famosa invasione degli orsi in Sicilia.

La quale fu nel tempo dei tempi
quando le bestie eran buone e gli uomini empi.
In quegli anni la Sicilia non era
come adesso ma in un’altra maniera:
alte montagne si levavano al cielo
con la cima coperta di gelo
e in mezzo alle montagne i vulcani
che avevano la forma di pani.
Specialmente uno ce n’era
con un fumo che pareva una bandiera
e di notte ululava come ossesso
(non ha finito di ulular neppure adesso).

Nelle buie caverne di queste montagne
vivevano gli orsi mangiando castagne,
funghi, licheni, bacche di ginepro, tartufi
e se ne cibavano finché erano stufi.

Les Ritals s’invitent à Toulouse

Quand? Samedi 12 octobre 2019 à 20h30

Où? À l’auditorium Saint Pierre des Cuisines à Toulouse

Billets: 20€ prix de base, 10€ prix étudiant (contacter Mme Vinciguerra pour en profiter)

La rédaction de Radici (Editalie éditions), revue bilingue de culture italienne, s’occupe d’Italie bien au-delà de la presse écrite.

Affiche du spectacle Les Ritals, une production Editalie

En effet, depuis 2017, ils ont porté sur scène le texte « Les Ritals » de François Cavanna avec les musiques de Grégory Daltin et l’interprétation de l’acteur Bruno Putzulu, en passant même par le célèbre Théâtre du Chêne noir d’Avignon pendant son festival d’été.

Le producteur Rocco Femia commente ainsi le spectacle:

« Un récit drôle et émouvant où Cavanna nous raconte son enfance italienne des bords de
Marne, sa « Ritalie Nogentaise » comme il l’appelait. C’est le bonheur populaire, l’élégance prolétaire, la richesse des humbles dans toute sa splendeur.

Cette production revient, en quelque sorte, sur l’émigration italienne en France, au travers d’une écriture originale comme celle de Cavanna qui prend une résonance particulière à l’heure de la crise de l’immigration dans nos sociétés. Et qui mieux que Bruno Putzulu et Grégory Daltin pour lui donner vie ? Il était logique que ces deux-là se rencontrent autour de l’Italie. »

Pour plus d’info: https://www.radici-press.net/les-ritals/

Toulouse Polars du Sud est de retour… et ça va faire peur!

Quand? Du 11 au 13 octobre 2019

Où? Au Forum de la Renaissance (Ligne A du métro, station Basso Cambo)

Toulouse Polars du Sud, le Festival international des littératures policières toulousain, placé cette année sous le parrainage de l’écrivain cubain Leonardo Padura Fuentes, est de retour pour fêter son onzième édition.

Pas moins de 57 auteurs de polars, noirs et policiers seront présents à l’évènement, en passant de l’Amérique latine à l’Occitanie, sans oublier – bien sûr – l’Italie.

Sur place, de jeudi à dimanche, vous aurez la précieuse opportunité de rencontrer les écrivains italiens Maurizio De Giovanni et Gioacchino Criaco.

Le premier originaire de Naples, le deuxième de Calabre, ils ont fait tous les deux le choix de raconter leurs territoires, parfois difficiles et pleins de contradictions, mais si fascinants…

Gioacchino Criaco présentera le noir La Soie et le Fusil (titre original: Il Saltozoppo). Maurizio De Giovanni présentera un des livres de sa série sur le commissaire Ricciardi, un enquêteur ombrageux et plein de secrets, mais qui cache une sensibilité inouïe…: Les Pâques du commissaire Ricciardi (titre original: Vipera. Nessuna resurrezione per il commissario Ricciardi).

Les deux romans sont aussi en concours pour obtenir le prix Violeta Negra.

Gioacchino Criaco e Maurizio De Giovanni prendrons partie à la table ronde « Ecrire l’Histoire ou l’actualité » de dimanche 13 octobre à 14h.

Présentation du livre « Nos 15 ans: rencontres du cinéma italien à Toulouse »

Quand ? Jeudi 27 Juin, à 19 h

Où ? Au cinéma ABC (métro Jeanne d’Arc), Toulouse

Quinze ans déjà que, juste avant Noël, l’association toulousaine Cinéma Paradiso nous offre en cadeau la richesse du cinéma italien contemporain.

Tous les ans depuis quinze ans, pendant une semaine, le public toulousain a la possibilité de côtoyer réalisateurs et acteurs dans l’atmosphère conviviale du cinéma ABC, d’explorer la production cinématographique italienne et de profiter d’un apéro dans le goût du Pays.

Au fil du temps, le festival Les Rencontres du cinéma italien à Toulouse est devenu un évènement incontournable pour les passionnés du cinéma italien et pour ceux qui le découvrent.

Pour fêter cet important anniversaire, l’association a voulu marquer le coup avec la publication d’un petit ouvrage appelé Nos 15 ans. Rencontres du cinéma Italien à Toulouse, imprimé dans le département Documentation, Archives, Médiathèque et Édition de l’Université Jean Jaurès avec la collaboration, entre autres, de notre professeur Antonella Capra.

« Ce livre n’est pas un bilan quantifié, mais plutôt un regard sur ses réalisateurs, leur démarche et leur héritage », nous lisons dans l’introduction du petit ouvrage. En effet, l’équipe du festival, chapeautée par sa fondatrice Christine Grèzes, cherche à comprendre les spécificités du cinéma italien contemporain, trop souvent comparé à son aîné de l’« âge d’or ».

Banlieue, cinéfoot, crise, cuisine, enfance, hommage au cinéma, littérature, mafia, migration, politique et histoire, road movie et société italienne : voici les volets qui font l’objet de ce livre, enrichi d’une préface du prestigieux réalisateur Marco Tullio Giordana.

Ce soir, à 19 h, donnons-nous donc rendez-vous au cinéma ABC pour la présentation du livre Nos 15 ans. Rencontres du cinéma Italien à Toulouse, suivi de la projection du film Nuovo Cinema Paradiso du réalisateur Giuseppe Tornatore (1988).