Affichage : 31 - 40 sur 50 RÉSULTATS

Camille Bourdier / O Delà du Labo #4

powered by Advanced iFrame. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Son terrain d’observation, ce sont les images réalisées dans les grottes et sur les parois rocheuses à l’air libre, à la Préhistoire. Son objectif : donner du sens à ces images en l’absence de textes signifiants.

Archéologue, Camille Bourdier, chercheuse et maîtresse de conférences à l’UT2J, travaille sur les cultures successives à l’origine de ces peintures rupestres. Nous avons l’image de sociétés très stables et inchangées depuis des millénaires, presque dénuées d’histoire. Une idée reçue car leurs images nous révèlent autant de ruptures et de filiations inattendues, un grand dynamisme de la création artistique entre tradition et innovation, probablement révélateur de changements au sein de ces sociétés.

Découvrir comment l’iconographie intervient-elle dans nos vies sociales, dans nos rapports entre individus, entre groupes sociaux, entre cultures ? Une ambition pour la chercheuse désireuse de montrer notre altérité tout en mettant en valeur ce qui nous lie, faisant de nous une seule et belle humanité.

Fiche technique

Auteur(s) : Franck Delpech, Camille Bourdier, Elodie Herrero, Nathalie Michaud.

Producteur : Université Toulouse – Jean Jaurès. (DTICE / CPRS)

Réalisateur(s) : Franck Delpech / Nathalie Michaud

Editeur : SCPAM /  Université Toulouse – Jean Jaurès

Date de réalisation : Juin 2019

Durée du programme : 9 min

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à Université Toulouse – Jean Jaurès et aux auteurs.

WEB-DOC / Archéologie du bâti ou comment lire un mur

powered by Advanced iFrame. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

L’archéologie du bâti est une méthode d’analyse des élévations qui repose sur une lecture stratigraphique des maçonneries.

Il s’agit d’une approche essentielle pour identifier et interpréter l’ensemble des transformations qu’une construction a pu connaitre au cours du temps.

Pour atteindre ce but, les structures bâties nécessitent d’être relevées, décrites et analysées de manière rigoureuse.

Ce web-documentaire propose à partir d’une série de vidéos, un parcours présentant les différentes étapes à suivre pour réaliser une étude archéologique du bâti, depuis l’étude documentaire jusqu’à la restitution des états anciens. Le cadre retenu est celui de l’ancienne église Saint-Martin à Moissac qui présente une longue histoire architecturale, avec des états architecturaux échelonnés de l’Antiquité au XXème s.

Voir le Web-documentaire

Voir le projet UOH

Fiche technique

Auteur Scientifique :
BASTIEN LEFEBVRE, Université Toulouse – Jean Jaurès, UMR 5608 Traces

Avec la collaboration de NELLY POUSTOUMIS, Université Toulouse – Jean Jaurès, UMR 5608 Traces

Réalisation vidéo : FRANCK DELPECH et NATHALIE MICHAUD

Montage vidéo : FRANCK DELPECH

Conception graphique et réalisation du webdocumentaire : NATHALIE MICHAUD

Images vidéo : FRANCK DELPECH, JEAN JIMENEZ, NATHALIE MICHAUD

Prises de vues aériennes (Drone) : JOAN JIMENEZ / Colibri Vision

Animations 3D : JACQUES AGUILA

Commentaire off : EURIELL GOBBÉ-MÉVELLEC

Sous-titrage : HÉLÈNE GENIEZ

Musique générique : CÉDRIC PEYRONNET

Musique des séquences du Webdocumentaire : FRANCK DELPECH

Moyens techniques : DTICE / UNIVERSITÉ TOULOUSE – JEAN JAURÈS

Production :
UNIVERSITÉ TOULOUSE – JEAN JAURÈS
UNIVERSITÉ OUVERTE DES HUMANITÉS

CONF / MAI 68, ou le triomphe de la ‘société du spectacle’ ? / Pascal Ory

powered by Advanced iFrame. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Mai 68, ou le triomphe de la ‘Société du spectacle’ ? / Pascal Ory, conférence présentée dans le cadre des Savoirs partagés et animée par Emeline Jouve, Emeline Jouve, maitre de conférences en langue et littérature anglaise à Institut National Universitaire Jean-François Champollion. Toulouse, Hôtel d’Assézat, 4 avril 2018.

Ce n’est pas tout à fait un hasard si le mouvement étudiant de Mai 68 a voulu occuper, après la Sorbonne, l’Odéon. Ce n’est pas tout à fait hasard si le lieu où des soixante-huitards ont cherché, en juillet, à rejouer la pièce de mai fut le Festival d’Avignon.
Ce n’est pas tout à fait un hasard si le travail théorique le plus novateur en matière politique publié en langue française dans les années qui ont précédé Mai (novembre 1967, pour être précis) s’appelle « La société du spectacle » [de Guy Debord] qui réunit le concept économique de marchandise et le concept culturel de spectacle, renvoyant dos à dos le modèle bolchévique et le modèle capitaliste.

Pascal Ory essaie d’interpréter ce hasard qui n’en serait pas tout à fait un et montre en quoi l’Internationale situationniste a influencé la société post mai 68, et aura notamment un impact sur le terrain du théâtre.

« La spectacularisation de Mai est évidente dans la manière dont on nous raconte Mai et dans la manière dont Mai s’est d’emblée mis en scène (…) elle met en scène les manis, les meetings, ce sont évidemment des scénographies ». Il y aura des barricades et l’occupation des  lieux de travail « où l’on va trouver comme en [19]36, des artistes qui vont venir par solidarité présenter des spectacles, des chanteurs [comme] le théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis…».

Voir d’autre programmes sur CanalU

Fiche technique

Date de réalisation : 4 Avril 2018

Durée du programme : 67 min

Classification Dewey : Histoire de France (1958-1999 : Ve République), Culture, institutions sociales (institutions ou associations culturelles, action culturelle, comportements culturels, anthropologie culturelle, sociologie culturelle, économique, politique, religieuse)

Catégorie : Entretiens

Niveau : niveau Licence (LMD), niveau Master (LMD)

Auteur(s) : ORY Pascal

producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail

Réalisateur(s) : MICHAUD Nathalie

Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail et aux auteurs.

CONF / Mai 68 / « Ne pas avaler » : 1968 crise médiatique / Bibia Pavard

powered by Advanced iFrame. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

« Ne pas avaler » : 1968 crise médiatique / Bibia Pavard, conférence présentée dans le cadre des Savoirs partagés, Université Jean Jaurès, 13 février 2018.

Dans cette communication, il s’agit pour Bibia Pavard d’interroger la question du rôle des médias, de l’information et de la contre-information, des expérimentations et du renouveau médiatique lors de ces événements fixés dans les mémoires autour d’images et de slogans mythiques. Les études historiques développées depuis plus de 20 ans ont permis de ne plus réduire Mai 68 au Quartier Latin et à la crise étudiante en explorant notamment les mouvements ouvrier et paysan qui se sont développés dans l’année précédant les mois de mai et juin 68, en élargissant le périmètre d’observation à la crise sociale générale dépassant le seul cadre géographique français.

Voir d’autres programmes sur CanalU

Fiche technique

Date de réalisation : 13 Février 2018

Durée du programme : 58 min

Classification Dewey : Histoire de France (1958-1999 : Ve République), Médias documentaires, journalisme, presse, édition

Niveau : niveau Licence (LMD)

Auteur(s) : PAVARD Bibia

Producteur : Université Toulouse – Jean Jaurès – campus Mirail

Réalisateur(s) : MICHAUD Nathalie

Editeur : SCPAM / Université Toulouse – Jean Jaurès – campus Mirail

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse – Jean Jaurès – campus Mirail et aux auteurs.

ITW / Elsa Medina Castro, un regard photographique

powered by Advanced iFrame. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Elsa Medina est une photographe mexicaine résidant dans la ville de Mexico. Elle a commencé la photographie au début des années 1980 après une formation à l’Université de San Diego puis à la UNAM (Université Nationale Autonome du Mexique).

Photojournaliste pendant quinze ans -de 1986 à la fin des années 1990- à La Jornada, journal de référence de la gauche mexicaine, elle s’est maintenant tournée vers une photographie plus personnelle.

Dans cet entretien elle est interviewée par Marion Gautreau, enseignante-chercheuse en histoire de la photographie à l’Université Toulouse Jean Jaurès et coordinatrice du projet PICS (CNRS) FODOMEX sur le photojournalisme et la photographie documentaire au Mexique depuis 1968.

Voir d’autres ressources sur CanalU

Fiche technique

Date de réalisation : 1 Décembre 2017
Durée du programme : 34 min
Classification Dewey : Études biographiques relative à la photographie (biographies, études critiques sur un seul photographe, photographes), Études biographiques relatives à la presse illustrée (photographes de presse, photojournalisme, photojournalistes, reporters photographes)
Niveau : niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche
Disciplines : Arts visuels et plastiques
Auteur(s) : GAUTREAU Marion, MEDINA Elsa
Producteur : Université Toulouse – Jean Jaurès – campus Mirail
Réalisateur(s) : MICHAUD Nathalie
Editeur : SCPAM / Université Toulouse – Jean Jaurès – campus Mirail
Langue : Espagnol
Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse – Jean Jaurès – campus Mirail et aux auteurs.

CONF / Sur les traces de « Little Foot » / Laurent Bruxelles

powered by Advanced iFrame. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Dans cette conférence, Laurent Bruxelles, géomorphologue à l’Institut de recherches archéologiques préventives (Inrap) et chercheur au laboratoire TRACES à l’Université Toulouse Jean Jaurès, présente la découverte par Ronald Clarke de l’Australopithecus prometheus surnommé « Little Foot » [Petit Pied] et ses propres travaux en vue de la datation du squelette retrouvé dans une des grottes de Sterkfontein, près de Johannesbourg en Afrique du Sud.

Cette grotte située dans une région de dolomies constituées il y a 2,5 milliards d’années, sur des fonds marins peu profonds, a été creusée par les eaux sur 400 m. de galeries labyrinthiques étagées qui, en se comblant progressivement de sédiments, ont piégé de très nombreux fossiles. À la fin du XIXe siècle, les mineurs sud-africains exploitant la calcite des stalagmites des grottes, extraient également des vestiges osseux qu’ils signalent au paléoanthropologue Raymond Dart. Celui-ci mettra au jour, en 1924, le crâne fossilisé d’un jeune hominidé d’une nouvelle espèce, l’Australopithecus africanus, inaugurant une longue série de découvertes dans cette région, notamment celles de Robert Broom (« Mrs. Ples » en 1947), de Phillip Tobias (qui identifia l’espèce Homo habilis) et de Ronald Clarke, découvreur en 1997 de « Little Foot ».

Jusqu’en 2006, en fonction de la méthode de datation utilisée, les résultats des études sur l’âge de « Little Foot » ont dérouté les spécialistes et c’est à la demande des anthropologues sud-africains que Laurent Bruxelles a reconstitué l’histoire géomorphologique de la vallée de la Blauawbankspruit et de la grotte dans laquelle furent mis au jour les ossements. En étudiant la structure karstique, les brèches sédimentaires, les inversions stratigraphiques ainsi que les modifications des planchers stalagmitiques, il est parvenu à rassembler les données nécessaires à la datation de « Little Foot ».

« Little Foot » a plus de 3,6 millions d’années et son squelette constitue un élément important pour la connaissance, d’une part, du groupe des pré-humains se situant antérieurement aux Parenthropes (Homo robustus) et aux Homo habilis et, d’autre part, la connaissance des origines et de l’évolution de l’espèce humaine.

Conférence présentée dans le cadre de la Fête de la Science 2015, Université Toulouse – Jean Jaurès – campus Mirail, 7 octobre 2015.

Voir d’autres conférences sur CanalU

Fiche technique

Date de réalisation : 7 Octobre 2015

Durée du programme : 46 min

Classification Dewey : Géomorphologie (création et modification des reliefs topographiques par les processus de dépôt et d’érosion, création et modification du relief terrestre), Découverte des vestiges archéologiques, méthodes archéologiques, interprétation (techniques de datation)

Niveau : Tous publics / hors niveau

Disciplines : Géographie physique, humaine, économique et régionale, Archéologie préhistorique

Auteur(s) : BRUXELLES Laurent

Producteur : Université Toulouse – Jean Jaurès-campus Mirail

Réalisateur(s) : BASTARD Bruno

Éditeur : SCPAM / Université Toulouse – Jean Jaurès – campus Mirail

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse – Jean Jaurès-campus Mirail et aux auteurs.

Que peut l’histoire ? Les étudiants en discussion avec Patrick BOUCHERON

powered by Advanced iFrame. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Que peut l’histoire ? : les étudiants en discussion avec Patrick Boucheron, rencontre-débat organisée dans le cadre du festival « L’Histoire à venir : du silex au Big Data », présentée par Manon Champier (doctorante en histoire) et animée par des étudiants, Université Toulouse Jean Jaurès, 19 mai 2017.
Thème 1 : Le métier d’historien
Avec Lisa Marbourd (étudiante en licence d’histoire, Université Toulouse Jean Jaurès), Juliette Navarro, Baptiste Puget (préparation à l’École normale supérieure (khâgne, lycée Saint-Sernin de Toulouse).
Thème 2 : Comment écrit-on l’Histoire aujourd’hui ?
Avec Pauline Chambon et Laetitia Voivenel (étudiantes en Master 1 Monde médiévaux, UT2), Morgane Kouanda (étudiante en Licence d’Histoire, UT2).
Thème 3 : Enseignement et transmission de l’Histoire
Avec Guillaume Balfet (étudiant en Master 1 en Histoire, UT2), Quentin Vanteront (étudiant en licence, UT2).
Thème 4 : Engagement et Histoire
Avec Maïté Recasens (doctorante en Histoire moderne), William Delpech (étudiant en Droit), Élodie Lebeau (doctorante en Histoire de l’art).

« Ce que peut l’histoire » : tel était le titre de sa Leçon inaugurale de Patrick Boucheron au Collège de France le 17 décembre 2015. C’est en partant de cette interrogation que l’historien engage une conversation avec plusieurs étudiants sur sa vision de jeunesse du métier d’historien, sur le rôle de l’historien, sur ce que peuvent dire ou faire les historiens aujourd’hui, dans le dialogue avec les citoyens, pour éclairer le passé et penser l’avenir. Patrick Boucheron n’hésite pas à évoquer son parcours, ses expériences personnelles, son ressenti propre, ses convictions et ses engagements politiques, démontrant son talent pour la vulgarisation et son souci de transmettre les savoirs.
« Nous avons besoin d’histoire car il nous faut du repos. Une halte pour reposer la conscience, pour que demeure la possibilité d’une conscience – non pas seulement le siège d’une pensée, mais d’une raison pratique, donnant toute latitude d’agir. Sauver le passé, sauver le temps de la frénésie du présent : les poètes s’y consacrent avec exactitude. Il faut pour cela travailler à s’affaiblir, à se désœuvrer, à rendre inopérante cette mise en péril de la temporalité qui saccage l’expérience et méprise l’enfance. « Étonner la catastrophe », disait Victor Hugo ou, avec Walter Benjamin, se mettre à corps perdu en travers de cette catastrophe lente à venir, qui est de continuation davantage que de soudaine rupture.
Voici pourquoi cette histoire n’a, par définition, ni commencement ni fin. Il faut sans se lasser et sans faiblir opposer une fin de non-recevoir à tous ceux qui attendent des historiens qu’ils les rassurent sur leurs certitudes, cultivant sagement le petit lopin des continuités. L’accomplissement du rêve des origines est la fin de l’histoire –elle rejoindrait ainsi ce qu’elle était, ou devait être, depuis ces commencements qui n’ont jamais eu lieu nulle part sinon dans le rêve mortifère d’en stopper le cours.
Car la fin de l’histoire, on le sait bien, a fait long feu. Aussi devons-nous du même élan revendiquer une histoire sans fin –parce que toujours ouverte à ce qui la déborde et la transporte– et sans finalités. Une histoire que l’on pourrait traverser de part en part, librement, gaiement, visiter en tous ses lieux possibles, désirer, comme un corps offert aux caresses, pour ainsi, oui, demeurer en mouvement
». (P. Boucheron, Leçon inaugurale, Collège de France, décembre 2015).

Voir d’autres programmes sur CanalU

Fiche technique

Date de réalisation : 19 Mai 2017

Durée du programme : 91 min
Classification Dewey : Recherche historique et historiographie
Catégorie : Conférences
Niveau : niveau Licence (LMD), niveau Master (LMD)
Disciplines : Histoire générale, Enseignement supérieur

Auteur(s) : BOUCHERON Patrick
producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
Réalisateur(s) : MICHAUD Nathalie
Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
Langue : Français
Mots-clés : histoire (recherche), historiens, histoire (étude et enseignement), professeurs d’histoire
Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse-Jean Jaurès et aux auteurs.

COLLOQUE / Mémoire et histoire de l’esclavage dans le monde atlantique

powered by Advanced iFrame. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Voir l’intégralité du colloque sur Canal U

Colloque « Mémoire et histoire de l’esclavage dans le monde atlantique« , organisé dans le cadre du programme de recherche de l’accord franco-brésilien CAPES-COFECUB et du labex SMS Mémoires de l’Esclavage aux Amériques (MESCLAM) Université Toulouse – Jean Jaurès – campus Mirail, 17-18 octobre 2016.
Panel 5 : Les lieux de mémoire.

Fiche technique

Date de réalisation : 25 Avril 2017

Classification Dewey : Histoire des États-Unis (1953-2001), Histoire du Mexique (1867 à nos jours), Entrée et sortie du territoire national (émigration, immigration, passeports, quotas, visas, expulsion)
Niveau : Tous publics / hors niveau, L1
Disciplines : Histoire Moderne et Contemporaine : Monde, Civilisation espagnole et latino-américaine, Civilisation anglaise et américaine

Producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
Réalisateur(s) : JIMENEZ Jean
Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail

WEB-DOC / Autour des statues-menhirs des monts Lacaune et du Ségala Tarnais

Résumé

Dans « AUTOUR DES STATUES-MENHIRS DES MONTS LACAUNE ET DU SÉGALA TARNAIS », Christian Servelle (Archéologue et géologue à la DRAC Midi-Pyrénées) nous fait découvrir le mystère des statues menhirs et nous donne des clés pour la lecture de ces dernières.

Voir le Web-documentaire

Fiche technique

AUTEUR : Christian Servelle
REALISATION : Nathalie Michaud
PRODUCTION : UT2J / UOH
Année : 2015
NIVEAU : Enseignement supérieur, L1, Licence, L2, L3, M1,Master, M2

PROPOSITION D’UTILISATION
Cette ressource peut constituer un très bonne introduction à l’archéologie et à ses méthodes. Il s’agit d’une initiation grand public qui peut toucher aussi les étudiants de Licence 1, qui redécouvrent la période après des années de lycée et de collège durant lesquelles la Préhistoire n’est plus au programme. D’autres niveaux de connaissance sont également visés, qui s’adressent cette fois à des publics de plus en plus spécialisés.

LANGUE : français

WEB-DOC / Lames de pierre polie

Résumé

Dans « LAMES DE PIERRE POLIE » , Christian Servelle nous explique les différentes étapes de façonnage des lames de pierre, les usages, mais nous présente aussi deux sites majeurs d’extraction de la matière première : le site de la Fenasse dans le Tarn et le gisement de cinérite siliceuse du Rouergue de Réquista.

Une séquence spécifique est également consacrée à la « lithothèque » des cinérites siliceuses du bassin houiller de Brousse-Broquiès en Aveyron.

Voir le Web-documentaire

Fiche technique

AUTEUR : Christian Servelle
RÉALISATION :  Nathalie Michaud
PRODUCTION : UT2J / UOH
Année : 2015

NIVEAU :Enseignement supérieur, L1, Licence, L2, L3, M1,Master, M2

OBJECTIF PÉDAGOGIQUE
Les objectifs pédagogiques du projet sont multiples, les contenus proposés s’adaptant facilement à différents niveaux de lecture et de compréhension et donc à différents publics. Autrement dit, les divers éléments accessibles peuvent aussi bien concerner des étudiants en archéologie préhistorique –qui restent quand même la cible première- à différents moments de leur cursus, que des étudiants non spécialistes ou des publics non universitaires, quel que soit leur âge, ou presque.

PROPOSITION D’UTILISATION
Cette ressource peut constituer un très bonne introduction à l’archéologie et à ses méthodes. Il s’agit d’une initiation grand public qui peut toucher aussi les étudiants de Licence 1, qui redécouvrent la période après des années de lycée et de collège durant lesquelles la Préhistoire n’est plus au programme. D’autres niveaux de connaissance sont également visés, qui s’adressent cette fois à des publics de plus en plus spécialisés.

LANGUE DE L’APPRENANT : français