Affichage : 1 - 10 sur 15 RÉSULTATS

SPECTACLE / Les fâcheux d’après Molière

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Représentation des Fâcheux d’après Molière
par les étudiants de l’université Toulouse – Jean Jaurès
Vendredi 8 avril 12h30 et 20h
À La Fabrique (Université Toulouse – Jean Jaurès, campus Mirail)
Les « fâcheux », ce sont des emmerdeurs. Ce sont ces importuns qui vous empêchent d’atteindre votre but. Et le but d’Eraste, c’est de rejoindre son amoureuse : Orphise. Mais ce chemin si simple, si clair, si intemporel qui les sépare devient un labyrinthe inextricable : un véritable dédale de fâcheux. Un cauchemar de casse-pieds à éviter, de bêtises à supporter, de bals inopinés qui vous entraînent à l’opposé de là où vous porte votre coeur.
Les Fâcheux, c’est une comédie-ballet.
C’est même la première comédie-ballet, créée au temps de Louis XIV.
Et une comédie-ballet, c’est (un peu) l’ancêtre de la comédie musicale.
Dans Les Fâcheux, il y a donc des musicien·ne·s, des comédien·ne·s, des danseurs et danseuses qui jouent ensemble.
Ces musicien·ne·s, comédien·ne·s, danseurs et danseuses sont des étudiant·e·s qui se sont réuni·e·s très régulièrement et se sont entouré·e·s de professeurs et de professionnel·le·s du spectacle vivant (musique, danse baroque et théâtre) pour amener le plus loin possible ces Fâcheux.
« Je suis partie sur l’idée du labyrinthe et du cauchemar loufoque, quelque part entre David Lynch et Lewis Caroll. L’idée est de jouer avec la fantaisie de cette accumulation d’empêcheurs de tourner en rond, qui permet de donner toute leur place à la fois à l’esthétique baroque et aux enjeux théâtraux, rendus ainsi à leur intensité presque vitale. Si l’on ne s’échappe pas du labyrinthe ou du cauchemar – aux fâcheux donc –, qui sait ce qu’il se passe ? » Alice Tabart, Mise en scène.
Résumé de la pièce
Éraste, un jeune gentilhomme amoureux d’Orphise, voit ses projets de mariage contrariés par le tuteur de celle-ci. Il doit se rendre à un rendez-vous amoureux avec elle, mais une dizaine d’importuns retardent à des titres divers et sous les prétextes les plus variés l’exécution de son projet : le malheureux doit tour à tour écouter les propos d’un musicien amateur qui vient de composer une courante (Lysandre), d’un vicomte qui lui demande d’être son témoin pour un duel (Alcandre), d’un joueur de cartes dépité de sa malchance (Alcippe), de deux amants qui s’interrogent sur un point de casuistique amoureuse (Orante et Clymène), d’un chasseur intarissable (Dorante, dont le portrait est suggéré à Molière par Louis XIV lui-même), d’un savant pédant souhaitant présenter un placet au roi, d’un homme voulant proposer au souverain le moyen de multiplier la fortune de l’État (Caritidès), d’un autre qui propose de transformer toutes les côtes en ports de mer (Ormin), d’un ami qui prétend ne plus le quitter pour le protéger de ses ennemis (Filinte). Enfin survient le tuteur (Damis), qui entend faire assassiner le jeune homme, mais qui est lui-même attaqué par les valets d’Éraste. Le généreux jeune homme le tire de ce mauvais pas et obtient ainsi la permission d’épouser Orphise.

Fiche technique

Auteur(s) : Collectif d’étudiants comédiens, danseurs, musiciens et chanteurs de l’UT2J

Producteur : Université Toulouse – Jean Jaurès / Service communication

Réalisateur(s) : Daniel Lacoste et Jessica Teso

Editeur : Université Toulouse – Jean Jaurès

Date de réalisation : 8 avril 2022

Durée du programme : 106 min

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à Université Toulouse – Jean Jaurès et aux auteurs.

SÉRIE : Thèse qui peut #9 / Sandya SISTAC

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Dans le cadre de la Fête de la Science 2021, toutes les bibliothèques du campus, en collaboration avec le CPRS, se sont associées pour vous proposer une nouvelle édition de « Thèse qui peut ! », qui s’est déroulé du 4 au 8 octobre 2021. Ainsi, la recherche s’invite dans les centres de ressources et à la BUC avec de nombreux doctorant.es et docteur.es venus présenter leurs travaux et leurs parcours. Nous vous invitons à les écouter !

Épisode #9 : Sandya Sistac (laboratoire PLH) : « Athênê dans l’épopée ho­mérique. Étude anthropologique d’une puissance divine et de ses réseaux relationnels »

Fiche technique

Auteur(s) : Sandra SISTAC

Producteur : Université Toulouse – Jean Jaurès. (DTICE / CPRS)

Réalisateur(s) : Nathalie MICHAUD

Editeur : SCPAM /  Université Toulouse – Jean Jaurès

Date de réalisation : octobre 2021

Durée du programme : 6 min

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à Université Toulouse – Jean Jaurès et aux auteurs.

SÉRIE : Thèse qui peut #3 / Sylvia POLDERZONI

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Dans le cadre de la Fête de la Science 2021, toutes les bibliothèques du campus, en collaboration avec le CPRS, se sont associées pour vous proposer une nouvelle édition de « Thèse qui peut ! », qui s’est déroulé du 4 au 8 octobre 2021. Ainsi, la recherche s’invite dans les centres de ressources et à la BUC avec de nombreux doctorant.es et docteur.es venus présenter leurs travaux et leurs parcours. Nous vous invitons à les écouter !

Épisode #3 : Silvia Federzoni (laboratoire CLLE) : « Typologie des chaînes de référence à la lumière de corpus annotés diversifiés »

Fiche technique

Auteur(s) : Sylvia POLDERZONI 

Producteur : Université Toulouse – Jean Jaurès. (DTICE / CPRS)

Réalisateur(s) : Nathalie MICHAUD

Editeur : SCPAM /  Université Toulouse – Jean Jaurès

Date de réalisation : octobre 2021

Durée du programme : 6 min

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à Université Toulouse – Jean Jaurès et aux auteurs.

SÉRIE : Thèse qui peut #2 / Lea POLVERINI

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Dans le cadre de la Fête de la Science 2021, toutes les bibliothèques du campus, en collaboration avec le CPRS, se sont associées pour vous proposer une nouvelle édition de « Thèse qui peut ! », qui s’est déroulé du 4 au 8 octobre 2021. Ainsi, la recherche s’invite dans les centres de ressources et à la BUC avec de nombreux doctorant.es et docteur.es venus présenter leurs travaux et leurs parcours. Nous vous invitons à les écouter !

Épisode #2 : Léa Polverini (laboratoire LLA-CRÉATIS) : « Révoltes et dérision dans les littératures arabes modernes et contemporaines (R. Boudjedra, D. Chraïbi, A. Cossery, A. Khal, M. RabT) »

Fiche technique

Auteur(s) : Lea POLVERINI 

Producteur : Université Toulouse – Jean Jaurès. (DTICE / CPRS)

Réalisateur(s) : Nathalie MICHAUD

Editeur : SCPAM /  Université Toulouse – Jean Jaurès

Date de réalisation : octobre 2021

Durée du programme : 6 min

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à Université Toulouse – Jean Jaurès et aux auteurs.

SÉRIE : Thèse qui peut #1 / Camille LE GAL

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Dans le cadre de la Fête de la Science 2021, toutes les bibliothèques du campus, en collaboration avec le CPRS, se sont associées pour vous proposer une nouvelle édition de « Thèse qui peut ! », qui s’est déroulé du 4 au 8 octobre 2021. Ainsi, la recherche s’invite dans les centres de ressources et à la BUC avec de nombreux doctorant.es et docteur.es venus présenter leurs travaux et leurs parcours. Nous vous invitons à les écouter !

ÉPISODE #1 : Camille Le Gall (laboratoire CAS) : « Sociolectes, idiolectes et communication grotesque : identifier et traduire les voix de la marge dans les romans de Zora Neale-Hurston, Carson McCul­lers et William Faulkner. »

Fiche technique

Auteur(s) : Camille Le Gal

Producteur : Université Toulouse – Jean Jaurès. (MIN / CPRS)

Réalisateur(s) : Nathalie MICHAUD

Editeur : SCPAM /  Université Toulouse – Jean Jaurès

Date de réalisation : octobre 2021

Durée du programme : 6 min

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à Université Toulouse – Jean Jaurès et aux auteurs.

CONF / De la littérature en temps de crise… Migratoire / Alexis Nuselovici

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

De la littérature en temps de crise… migratoire / Alexis Nuselovici [alias Alexis Nouss], est une conférence organisée  par le Laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes, sous la responsabilité scientifique d’Isabelle Keller-Privat et présentée par Stéphanie Lima, professeure de Géographie humaine et environnement (Univ. UT2) dans le cadre du labex « Nouveaux horizons de l’hospitalité : enjeux mémoriels, artistiques, philosophiques et politiques« . Université Toulouse-Jean Jaurès, 14 janvier 2020.

La place et le rôle de l’hospitalité dans la vie sociale n’a jamais été aussi sensible qu’en cette époque où les vagues successives de réfugiés politiques et de migrants économiques (dont la distinction est souvent difficile, voire impossible à effectuer) posent inlassablement la question d’une éthique et d’une praxis de l’accueil dans le monde contemporain.

Celui-ci s’est en effet construit simultanément, ainsi que le rappelle René Schérer, autour de deux utopies contradictoires : celle d’une « hospitalité du seuil […] indispensable comme condition première de la pensée qui a inventé, à partir de sociétés recevantes, l’idée d’une société nouvelle » et celle d’une cité platonicienne qui s’articule jalousement autour de la préservation de son équilibre interne. Partant du statut historique et juridique de l’étranger, du xenos grec qui a donné naissance à la notion de xenia, comment l’étranger, auquel la cité athénienne reconnaissait des droits, est devenu ce chercheur d’asile à la fois exclu des structures sociales et linguistiques hégémoniques et qui pourtant se réapproprie le monde et la langue depuis les marges pour les réinvente de l’intérieur ?

Comprendre les enjeux de l’hospitalité aujourd’hui, c’est donc, fondamentalement, réactiver la mémoire des différentes formes et pratiques que celle-ci a assumées pour envisager, d’une part, la situation asymétrique induite par les lois et les codes de l’hospitalité entre les « accueillants » et les « accueillis » (Gotman, 2001) et, d’autre part, comment la réflexion sur l’hospitalité induit un bouleversement phénoménologique et éthique qui interroge notre rapport au proche et au lointain, à l’extérieur et à l’intérieur, à la sphère individuelle et politique, et fait émerger « la pluralité des mondes » (Le Blanc, Brugère).

Dans cette conférence, le linguiste Alexis Nouss explore les questions de l’exil et de hospitalité à travers la littérature : « L’enjeu est celui d’un changement paradigmatique, radical, dans notre perception de la migration. Et, dans ce changement paradigmatique, l’audace de croire que la littérature a peut-être un rôle à jouer ».  Comment la littérature est-elle aux fondements d’un parcours scientifique engagé jusqu’à l’action politique ? Dans quelle mesure nourrit-elle un mode d’empathie qui invite à l’engagement et constitue-t-elle un premier pas vers la conscience politique ?

Fiche technique

Auteur(s) : NUSELOVICI Alexis [alias NOUSS]

Réalisateur(s) : BOUHARAOUA Samir

Producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail

Date de réalisation : 14 Janvier 2020

Durée du programme : 58 min

Niveau : niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche

Disciplines : Littérature moderne et contemporaine, Morale (éthique)

Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse Jean Jaurès et aux auteurs.

Voir la vidéo sur CanalU

CONF / Déambuler, dériver, errer dans le Paris de Modiano / Régine Robin

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Séminaire organisé par Jean-Yves Laurichesse (laboratoire Laboratoire Patrimoine, Littérature, Histoire, équipe Littérature et Herméneutique-PLH-ELH) et Nathalie Cochoy (Laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes, axe « Poéthiques »), Université Toulouse Jean Jaurès, 23 mars 2018.
Illustration : photographie de Jean-Yves Bonzon.

S’appuyant sur sa propre passion de la flânerie dans les rues et les cafés des grandes villes, Régine Robin explore les déambulations parisiennes dans les romans de Patrick Modiano.

Voir toute la collection POETHIQUES sur CanalU

Fiche technique

Date de réalisation : 23 Mars 2018

Durée du programme : 68 min

Niveau : niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche, L3

Disciplines : Littérature française et de langue française

Collections : Collection Poéthiques

Auteur(s) : ROBIN Régine

Producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail , SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail

Réalisateur(s) : BOUHARAOUA Samir

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse – Jean Jaurès et aux auteurs.

COLLOQUE / ProusTime 1. Proust et les traces persistantes du passé

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Voir l’intégralité du colloque sur CanalU

ProusTime 1. Proust et les traces persistantes du passé, organisé par l’Équipe Littérature et Herméneutique (ELH) du laboratoire de recherche Patrimoine, Littérature, Histoire (PLH), sous la direction scientifique d’Isabelle Serça.
Museum de Toulouse, Quai des savoirs, 25 janvier 2017.

ProusTime 1. Mémoire et traces : Des archives environnementales aux archives papier, des traces mnésiques aux traces historiques, de la mémoire individuelle à la mémoire collective, de l’histoire de la terre à celle des sociétés humaines.

Le projet de recherche transdisciplinaire ProusTime vise à penser le temps avec Marcel Proust, des sciences humaines aux sciences exactes en passant par les arts et réunit une douzaine de chercheurs toulousains de domaines très éloignés (astrophysique, neurosciences, économie, histoire, linguistique, arts plastiques, etc.). L’objectif est de confronter les conceptions du temps et de la mémoire que proposent différents domaines à partir de la représentation et de la forme stylistique qu’en offre « À la recherche du temps perdu ».

La littérature étant le terreau sur lequel se fonde le projet, chaque séance s’articule sur une des notions transversales que l’on dégage du texte de Proust, dont on examine comment elles résonnent dans d’autres domaines : « traces », « mémoire »,  « variation », « interpolation/anachronisme ». La littérature est en effet au cœur de la réflexion dans la mesure où ces rapprochements, que l’on veut précis et rigoureux malgré la distance qui sépare les différentes disciplines, se fondent sur des passages de Proust, dont la lecture à voix haute viendra ponctuer la séance.

Fiche technique

Date de réalisation : 2017

Niveau : niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche

producteur : Université Toulouse – Jean Jaurès-campus Mirail

Réalisateur(s) : BOUHARAOUA Samir

Editeur : SCPAM / Université Toulouse – Jean Jaurès – campus Mirail

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’université Toulouse – Jean Jaurès et aux auteurs.