Affichage : 1 - 6 sur 6 RÉSULTATS

CONF / EDGAR MORIN, la sociologie peut-elle prévoir ?

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Voir la vidéo sur CanalU

La sociologie peut-elle prévoir ? Edgar MORIN. Conférence donnée dans le cadre de l’Institut d’Études Doctorales. Université Toulouse II-Le Mirail, mars 2000. Présentation de la conférence par René Souriac (vice-président de l’UTM), Michel Bressolette (directeur de l’IED) et Daniel Filâtre (directeur de l’UFR de sociologie).

Dans cette conférence, Edgar Morin propose une réponse à la question de savoir si la sociologie, l’histoire et la philosophie aussi, peuvent permettre de prévoir l’avenir. La connaissance d’un présent complexe, ou du moins la conscience que l’on en a, permet-elle de  » savoir ce qui est promis à la décadence rapide et ce qui va germer dans le futur » ?
Convoquant tour à tour Euripide, Hegel, Pascal, Bartholomeo De Las Casas, Ortega y Grasset ou Lévi-Strauss, la philosophie des Lumières et les Droits de l’homme, les « technosciences », la biologie, la physique ou la cybernétique et même la science-fiction, Edgar Morin rend compte de la difficulté, voire de l’impossibilité, de toute prévision : « On n’est jamais sûr d’avoir une connaissance de ce qui va contribuer à l’imprévisibilité de notre futur ». Les événements imprévus, perturbateurs et inassimilables tels que l’on en a connus dans l’histoire ancienne ou récente, l’évolution des courants majoritaires dominants face aux contre-courants ainsi que les interactions continues entre les événements au niveau local et au niveau mondial ne permettent pas de prédire le futur. Surtout à l’heure de la globalisation et des changements induits par les avancées de la recherche scientifique sur le vivant, sur le génome. Ce moment où  » l’Humanité peut remporter une première victoire de façon non mythologique sur la mort », et où, paradoxalement, « pèse sur l’Humanité la menace d’une mort collective et totale dûe aux risques nucléaires et écologiques » ne permet aucune prévision. « Nul ne possède un observatoire d’où il puisse déclarer que l’on n’inventera pas des formes sociales nouvelles, la créativité humaine ne peut pas être déclarée comme close ». Néanmoins, malgré ces facteurs d’incertitude, Edgar Morin pense que la sociologie peut proposer une « problématisation du futur » qui serait assortie de vigilance, fondée sur un pari pour certaines valeurs et qui, plutôt qu’un plan programmé, mettrait en œuvre une stratégie modifiable selon le hasard des événements… « et puis, il faut s’attendre à de l’inattendu ».

Fiche technique

Auteur(s) : MORIN Edgar

Réalisateur(s) : Jean JIMENEZ

Producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail

Date de réalisation : 1 mars 2000

Durée du programme : 83 min

Niveau : Tous publics / hors niveau, 1er cycle, 2ieme cycle

Disciplines : Théories sociologiques et méthodologie

Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail et aux auteurs.

 

Film d’animation / La vie de Sarah

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Après plusieurs années de travail de bureau, Sarah se marie en 2013. Elle démissionne alors pour accompagner son mari en voyage d’études dans un pays du Golfe. De retour en Belgique durant leurs vacances d’été 2014, l’influence d’un couple d’amis de son mari les pousse à partir en Syrie. A leur arrivée, mari et femme sont immédiatement séparés. Sarah doit cacher son visage. C’est le premier signe de violence.

Fiche technique

Film réalisé dans le cadre du projet  Histoire en héritage

Auteur : Isabelle SERET

Réalisation graphique, animation, montage  : Michel GAUBERT – DTICE

Date de réalisation : Mai 2018

Durée du programme : 5 min 19

Thème : Lutte et sensibilisation contre la radicalisation.

Langue : Français

COLLOQUE / Parler du quotidien au quotidien dans les médias sociaux

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Voir l’intégralité des journées d’étude sur Canal U

Journées d’études « Parler du quotidien au quotidien dans les médias sociaux » organisées par des doctorant.es en Sciences de l’Information et de la Communiation et Sociologie du laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales (LERASS) et du laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires-Centre d’Etude des Rationalités et des Savoirs (LISST-CERS), Université Toulouse Jean-Jaurès, 22-23 mars  2017.

Fiche technique

Date de réalisation : 22 Mars 2017

Durée du programme : 31 min

Classification Dewey : Médias numériques (sociologie), Réseaux sociaux en ligne
Niveau : niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche
Disciplines : Processus sociaux, changements sociaux, Médias

Auteur(s) : NAULIN Sidonie
Producteur : Université Toulouse – Jean Jaurès – campus Mirail
Réalisateur(s) : SARAZIN Claire
Editeur : SCPAM / Université Toulouse – Jean Jaurès – campus Mirail
Langue : Français
Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse – Jean Jaurès et aux auteurs.

CONF / ARMAND FRÉMONT, la France a t-elle encore une identité géographique?

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Voir la vidéo sur CanalU

La France de 2012 a-t-elle encore une identité géographique ? / Armand Frémont. Conférence-débat organisée dans le cadre des Mercredis de la connaissance et les Cafés géographiques à Toulouse, présentée par Bernard Charlery de la Masselière et animée par Robert Marconis, Université Toulouse- II-Le Mirail, 27 avril 2012.

L’identité de la France est un objet obscur. Le territoire national avait trouvé son aboutissement à la frontière physique. Aujourd’hui la solidarité, la socialité et l’être ensemble ne se définissent plus uniquement par référence à une étendue spatiale continue sur laquelle s’exerce la souveraineté de l’État-national. Les frontières qui se dessinent à travers les réseaux sociaux ou la conscience partagée d’enjeux devenus planétaires sont à géométrie variable.
De façon assez paradoxale, Paul Vidal de la Blache, le fondateur de l’École française de Géographie, voyait dans la carte de la répartition, sur le territoire français, des masses minérales qui constituaient la diversité des identités régionales, « une grande figure d’harmonie, une individualité maîtresse, mais dans laquelle s’inscrivent des individualités secondaires, des régions étendues de physionomies diverses […] une heureuse combinaison qui a facilité chez nous la fusion des races, qui a présidé à l’unité de notre histoire ». Le ou les territoires de cette « heureuse combinaison » sont aujourd’hui à réinventer.
Certes, l’identité géographique de la France est solidement fixée au moins depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, en fait depuis la Troisième République : le territoire de l’hexagone national est reconstitué (cas de l’Alsace et de la Lorraine réglé), la centralisation en tous domaines intégrée, la parcellisation communale intangible, les paysages constitutifs d’une image géographique unifiée assimilés, par l’école notamment.
Ces figures expriment une certaine permanence des champs de référence du débat sur la république nationale. De façon très incertaine, la République s’est imaginée et imposée, dans un esprit à la fois moderniste et nationaliste, à partir en particulier de trois lobbies : agricole, colonial et laïc. L’identité nationale a été travaillée en profondeur par ce qui, dans la violence souvent, a pris le statut de mythes, au sens anthropologique du terme. Il n’est donc pas étonnant de les retrouver -tels quels ou leurs avatars- réactivés dans le débat actuel sur l’identité de la France, au moment où la nation doutant à nouveau d’elle-même a du mal à se projeter dans une vision cohérente de son devenir.
On peut s’interroger sur la pérennité des formes de cette identité : l’Europe, la mondialisation, la mobilité de la population, internet…mais aussi les mouvements régionaux, la régionalisation, l’outre-mer, l’émigration et le passé colonial, l’école elle-même, modifient la donne initiale. Vers une autre France, plus ouverte sur le monde, ou bien vers un repli identitaire ? Le grand débat en cours comprend incontestablement une forte composante géographique.

Fiche technique

Auteur(s) : FRÉMONT Armand, CHARLERY DE LA MASSELIÈRE Bernard

Réalisateur(s) : Nathalie MICHAUD

Producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail

Date de réalisation : 25 janvier 2012

Durée du programme : 125 min

Niveau : niveau Licence (LMD)

Disciplines : Sociologie des cultures, Géographie physique, humaine, économique et régionale

Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail et aux auteurs.