Affichage : 21 - 28 sur 28 RÉSULTATS

DOCU / Miracle au Sertão?

Résumé

Le film « Miracle au Sertão ? » a été tourné dans l’intérieur de l’État de Bahia, au Nordeste du Brésil, dans un sertão marqué depuis toujours par la sécheresse, la misère paysanne et un féodalisme agraire encore puissant. Il rend compte de l’une des expériences les plus impressionnantes de développement rural qu’aient connue les campagnes brésiliennes.

Une expérience qui est d’abord une aventure humaine exceptionnelle, celle de l’APAEB, une association de paysans des environs de Valente, petite ville de la région de production du sisal. Soutenue par l’aile progressiste de l’Église catholique qui aide l’organisation de mouvements paysans, elle a réussi en moins de vingt-cinq ans à restructurer la culture du sisal et à promouvoir, contre vents et marées, un développement tous azimuts, économique, social et culturel.
A travers le témoignage des principaux acteurs de l’APAEB, le film raconte les épisodes les plus marquants de cette longue marche et montre une économie solidaire en action, qui combine esprit d’entreprise et exigences sociales. La renaissance surprenante de tout un territoire, au cœur de la région du sisal : un miracle au sertão ?

* Ce film a obtenu le Grand prix Macif du film d’Économie Sociale et Solidaire en 2009.

Voir d’autres documentaires sur Canal U

Fiche technique

Date de réalisation : 2 Décembre 2008

Durée du programme : 53 min
Classification Dewey : Géographie du Brésil, Production agricole (aspects économiques de l’agriculture…)
Niveau : niveau Licence (LMD), niveau Master (LMD)
Auteur(s) : HUBSCHMAN Jacques
Producteur : Université Toulouse II-Le Mirail
Réalisateur(s) : SARAZIN Claire
Editeur : SCPAM Université Toulouse II-Le Mirail
Langue : Français, Brésilien
Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.

DOCU / Villages fantômes

Résumé

Dans le Sobrarbe, en Aragon (Espagne), des dizaines de villages furent abandonnés entre les années 1950 et 1965.

Le processus de reproduction socio-économique s’est interrompu à ce moment là… mais il reste certains témoins et quelques traces de ce qu’il s’est passé. De manière scientifique, ce sont les mécanismes de l’émigration, anciens et plus récents, et les causes du dépeuplement que l’auteur étudie et essaie de faire connaître à travers ce film.

Un documentaire réalisé à partir de témoignages, s’appuyant sur une importante documentation et une riche iconographie : images d’hier et d’aujourd’hui, musiques, ambiances, tout un environnement sonore qui transporte dans un monde inconnu, celui d’un Sobrarbe peuplé de fantômes… les fantômes de ces villages à l’abandon qui, seuls, peuvent faire imaginer ce que pouvait représenter cette société paysanne vivant en autarcie.

[Version française : commentaire en français, entretiens en espagnol sous-titrés en français].

Film réalisé grâce au concours du Musée Pyrénéen (fonds Briet) et de la ville de Lourdes, des Musées de Huesca et San Juan de Plan (collections photographiques), de Max Daumas (collection personnelle).

Voir d’autres documentaires sur CanalU

Fiche technique

Date de réalisation : 1 Mai 2005
Durée du programme : 58 min
Classification Dewey : Géographie de l’Espagne, Mouvement des communautés rurales vers les communautés urbaines (exode rural)
Disciplines : Géographie physique, humaine, économique et régionale
Auteur(s) : CUESTA José María
Producteur : Université Toulouse II-Le Mirail
Réalisateur(s) : JIMENEZ Jean
Editeur : SCPAM Université Toulouse II-Le Mirail
Langue : Français, Espagnol
Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.

DOCU / Colombie, la fédération nationale des caféiculteurs : un empire menacé

Résumé

C’est au XXe siècle seulement que la Colombie a rejoint les grands pays producteurs de café. Cette montée en puissance provient de la mise en place d’un très important front de colonisation intérieure, principalement à partir de la région de Medellin, qui occupe progressivement les vastes et nombreux versants montagnards situés plus au sud.

Fondamentalement animée par de petits producteurs, cette colonisation à créé une identité nouvelle qui perdure encore très fortement aujourd’hui, celle du « païsa », le petit caféiculteur indépendant. L’autre élément favorable au développement et à la permanence de cette puissante caféiculture tient sans nul doute à l’existence de la Fédération Nationale des Caféiculteurs Colombiens (Federación Nacional de Cafeteros de Colombia).

Le fonctionnement de cet organisme privé à fonctions publiques, né en 1927, a souvent été critiqué mais son existence et ses fonctions n’ont jamais été véritablement été discutées. La Fédération conserve un rôle majeur dans l’économie colombienne. Elle contrôle toujours l’essentiel de la filière nationale et assure la promotion des régions productrices.

Toutefois la grave crise actuelle [la baisse des cours du café entre 1990 et 2004] remet en cause une partie des garanties qu’elle apportait aux caféiculteurs, alors que l’importance de celles-ci lui conférait une originalité certaine dans le monde des organisations nationales de producteurs. Face à la diminution de leurs revenus tirés de la production de café, les petits producteurs ont accru et diversifié la culture vivrière (banane, manioc, haricots, guanabana, etc).

[Documentaire en version française avec entretiens en espagnol sous-titrés en français.]

Voir d’autres documentaires sur Canal U

Fiche technique

Date de réalisation : 1 Février 2004
Durée du programme : 52 min
Classification Dewey : Géographie du Nord Ouest de l’Amérique du Sud.Colombie.Equateur, café (agriculture), Production agricole (aspects économiques de l’agriculture…)
Niveau : niveau Master (LMD), L3
Disciplines : Géographie physique, humaine, économique et régionale
Auteur(s) : TULET Jean-Christian
Producteur : Université Toulouse II-Le Mirail
Réalisateur(s) : BASTARD Bruno
Editeur : SCPAM Université Toulouse II-Le Mirail
Langue : Français, Espagnol
Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.

DOCU / Kilimanjaro, le café au bois dormant

Résumé

Au Kilimanjaro, la caféiculture a été introduite à la fin du XIXe siècle. Le café s’est inséré dans des systèmes vivriers de production intensive.
S’appuyant sur l’exceptionnelle fertilité des sols, l’extension de la caféiculture a accompagné l’accroissement démographique de la région dont les densités sont parmi les plus fortes d’Afrique. Le café a été une véritable conquête sociale pour les paysans Chagga qui occupent les flancs Sud et Est de la montagne.

A partir de 1973, la caféiculture a connu un lent déclin. Les arbres ont vieilli et les paysans ont de plus en plus de difficulté à maintenir le niveau de production et de qualité qui a fait la réputation de leur café sur les marchés mondiaux. Depuis 1995, le gouvernement, le secteur coopératif et les opérateurs privés se sont lancés dans une campagne de relance du café qui concerne d’abord les grandes plantations.

Dans une économie de plus en plus libéralisée, les paysans qui assurent encore 90 % de la production, auront-ils la capacité financière et foncière pour entrer dans cette dynamique ?

[Version française : commentaire en français, entretiens en anglais et en swahili sous-titrés en français].

Voir d’autres documentaires sur Canal U

Fiche technique

Auteur(s) : CHARLERY DE LA MASSELIÈRE Bernard, DEVENNE François
Réalisateur(s) : BOUHARAOUA Samir
Editeur : Université Toulouse II-Le Mirail , SCPAM Université Toulouse II-Le Mirail
Niveau : niveau Licence (LMD)
Date de réalisation : 2 Avril 2000
Durée du programme : 54 min
Langue : Français
Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.

DOCU / Venezuela. Le café malgré le pétrole

Résumé

La caféiculture du Venezuela est l’une des plus vieilles de l’Amérique du Sud. Elle a été aussi l’une des plus importantes, ce pays ayant été le deuxième producteur mondial à la fin du XIXème siècle.

Depuis cette période, se sont construits une société et un paysage dont les caractéristiques se repèrent encore actuellement : terroirs caféicoles bien identifiés, haciendas aujourd’hui abandonnées, parfois transformées en musées, vieux villages caféicoles, traditions de consommation beaucoup plus élaborées qu’ailleurs. En privilégiant les activités et la consommation urbaine, le pétrole a ruiné la caféiculture comme bien d’autres activités agricoles.

Dès lors, la plupart des plantations n’ont fait que végéter. Toutefois, depuis une dizaine d’années, une renaissance se manifeste avec le développement de plus en plus rapide de plantations nouvelles en variétés à haut rendement. Le Venezuela juxtapose ainsi, parfois dans un même terroir, des formes de production très anciennes et des plantations très technicisées. Il apparaît aujourd’hui à la fois comme un conservatoire et comme un champ d’expérimentation de techniques nouvelles.

[Version française : commentaire en français, entretiens en espagnol sous-titrés en français].

Voir d’autres documentaires sur Canal U

Fiche technique

Date de réalisation : 1 Décembre 1998
Durée du programme : 53 min
Classification Dewey : Géographie du Venezuela, café (agriculture), Production agricole (aspects économiques de l’agriculture…)
Disciplines : Géographie physique, humaine, économique et régionale
Auteur(s) : TULET Jean-Christian
Producteur : Université Toulouse II-Le Mirail
Réalisateur(s) : JIMENEZ Jean
Editeur : SCPAM Université Toulouse II-Le Mirail
Langue : Français
Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.

DOCU / Paysans et paysages en Biros

Résumé

Dans le Biros (Ariège, France), le paysage rural a été profondément marqué au cours du XXème siècle par la dépopulation, l’abandon des terroirs et l’enfrichement.

Cependant, on rencontre encore des paysages d’aspect traditionnel et étroitement liés à l’activité de quelques éleveurs et retraités : ce paysage est le produit d’un travail manuel constant, de pratiques imposées par les contraintes de la montagne.

Le propos du film est de retracer le cycle des travaux, les difficultés auxquelles sont confrontés les éleveurs ainsi que les évolutions actuelles du paysage.

Voir d’autres documentaires sur Canal U

Fiche technique

Date de réalisation : 1 Juillet 1997

Durée du programme : 26 min
Classification Dewey : Les effets de l’action humaine sur l’écologie, Alimentation des animaux (pâturage, rassemblement en troupeaux, parcs d’engraissement), Biographies et témoignages d’agriculteurs et de paysans, Élevage des animaux
Niveau : Tous publics / hors niveau

Auteur(s) : MÉTAILIÉ Jean-Paul
Producteur : Université Toulouse – Jean Jaurès – Mirail
Réalisateur(s) : JIMENEZ Jean
Editeur : SCPAM / Université Toulouse – Jean Jaurès – campus Mirail
Langue : Français
Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse – Jean Jaurès et aux auteurs.

DOCU / Hitos y ritos en los Montes de Pas

Résumé

Esta pelÍcula nos invita a descubrir los Montes de Pas, en Cantabria (España). Altomar posesión de sus ayuntamientos y de su territorio, los hombres de 1689 ignoraban que aquellos rituales eran anteriores a nuestra era y se integraban en un sistema de señas de identidad de rancio abolengo. Hoy día, esos, hitos y paisajes, que por magia de la cámara nos descubren los archivos, siguen conservando una fuerza evocadora como símbolos de una comunidad regida por unas instituciones cuya transcendencia, más fundamental de lo que parece, llega hasta nosotros, como un eco, a través de los siglos. Espacio natural y cultural, los Montes de Pas, con su belleza, son un aldabonazo en nuestra consciencia y merecen un amparo especial.

Ce film nous invite à découvrir les Montes de Pas, en Cantabrie, dans la nord de l’Espagne. En prenant possession de leurs municipalités et de leur territoire, les hommes de 1689 ignoraient que ces rituels étaient bien antérieurs à notre ère et s’intégraient dans un système de signes identitaires de longue tradition. Ces pierres dressées, ces paysages, ainsi que les images d’archives, tirées du Privilegio de Villazgo, revivent grâce à la magie de la caméra. Ils possèdent toujours une force évocatoire forte, symboles d’une communauté régie par des institutions dont la transcendance, plus fondamentale qu’il n’y paraît, parvient jusqu’à nous, tel un écho, à travers les siècles. Espace naturel et culturel, les Montes de Pas, par leur beauté et leur mystère, frappent notre conscience et méritent une protection particulière. Conservé aux archives de Vega de Pas, le texte de constitution des trois municipalités des Montes de Pas, le Privilegio de Villazgo de 1689, comporte de nombreuses pages consacrées à la délimitation et au bornage du territoire ainsi qu’à la description des scènes rituelles de possession qui ont eu lieu, aussi bien au village que sur les confronts. En empruntant à nouveau les chemins parcourus par les hommes de 1689, coulant notre regard dans leur paysage en évoquant les conduites symboliques in situ, ce film devait souligner combien reste importante cette reconnaissance de l’identité de l’espace d’une communauté.

Voir d’autres documentaires sur Canal U

Fiche technique

Date de réalisation : 1 Février 1996
Durée du programme : 31 min
Niveau : niveau Licence (LMD), niveau Master (LMD)
Disciplines : Anthropologie et Ethnologie, Civilisation espagnole et latino-américaine, Géographie physique, humaine, économique et régionale
Auteur(s) : LEAL Arnaldo
producteur : Université Toulouse II-Le Mirail
Réalisateur(s) : JIMENEZ Jean
Editeur : SCPAM Université Toulouse II-Le Mirail
Langue : Espagnol
Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.

DOCU / Camps de femmes

Résumé

Le 21 janvier 1939 fut créé, à Rieucros (près de Mende, en Lozère), le premier camp de concentration français, dénomination officielle retenue par le Préfet du Tarn, le 31 décembre 1941. D’abord peuplé par des étrangers suspects, il sera réservé, après la déclaration de guerre, aux femmes étrangères et françaises. Ce camp se déplacera à Brens (près de Gaillac, dans le Tarn) en février 1942, puis à Gurs (Pau) en juin 1944.

Grâce aux témoignages des dernières rescapées, dispersées à travers l’Europe, grâce aussi au regard porté par l’écrivain Michel Del Castillo, interné avec sa mère à Rieucros, ce film retrace la vie quotidienne et les luttes de ces femmes à l’intérieur du camp, internées politiques ou de droit commun, militantes communistes ou résistantes opposées au régime de Vichy, françaises, allemandes, polonaises ou espagnoles antifascistes, juives, prostituées raflées à Toulouse, femmes accusées de marché noir, etc.

Sur l’internement de ces femmes, l’historienne Rolande Trempé apporte une mise en perspective politique et historique, entrecoupée des témoignages de Fernande Valignat Cognet, Dora Schaul Davidson, Reina Melis Wessels, Michel Del Castillo, Angelita Bettini Del Rio, Camille Planque Alvarez, Raymonde David Fitoussi, Colette Sanson Lucas, Janina Socha, Steffi Spira, Ursula Katzenschein.

* Film produit avec le soutien du Ministère des anciens combattants et victimes de guerre.Utilisation d’archives photographiques issues du fonds documentaire de l’Association pour Perpétuer le Souvenir des Internées des Camps de Brens et Rieucros (A.P.S.I.C.B.R.) ou bien d’archives personnelles].

Voir d’autres documentaires sur CanalU

Fiche technique

Date de réalisation : 1 Novembre 1994

Durée du programme : 63 min
Classification Dewey : Histoire de France 1939-1945
Niveau : Tous publics / hors niveau

Auteur(s) : TREMPÉ Rolande
producteur : SCPAM Université Toulouse II-Le Mirail
Réalisateur(s) : AUBACH Claude
Langue : Français