Affichage : 1 - 2 sur 2 RÉSULTATS

SÉRIE DOCU / Des châtaigniers et des hommes

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Série de 20 films.

Le châtaignier, l’arbre à pain, est souvent méconnu. On ignore que les forêts où il abonde aujourd’hui étaient autrefois des vergers.
Au fil des siècles, il avait su prendre une place importante dans nos sociétés en offrant de multiples ressources. Il a joué, dans le Sud-Ouest de l’Europe, un rôle primordial dans les sociétés rurales et dans les massifs siliceux de moyenne montagne, notamment en France, dans les Cévennes ou le Rouergue. Peu exploité de nos jours, la châtaigneraie offre cependant de nombreuses potentialités en termes de production de fruits, de bois ou de patrimoine naturel et paysager.

La châtaignier, aujourd’hui, est l’objet de certaines attentions. D’abord parce qu’il est attaqué par un insecte ravageur redoutable, le cynips, venu d’Asie, ensuite parce que la châtaigne se présente comme un produit paradoxal : de ressource considérée autrefois comme nourriture du pauvre, elle devient aujourd’hui un produit de luxe, un produit bio, novateur et original pour nos sociétés.

Cette série documentaire, comprenant 19 ressources, peut être utilisée en complément à des cours magistraux en géographie de l’environnement ou en écologie, ainsi qu’en agronomie ou également comme support d’exercices dans des travaux dirigés.

En dehors des publics universitaires concernés, en raison des nombreuses thématiques abordées, ces documentaires offriront également la possibilité d’une utilisation par des formations continues ou par les professionnels, ainsi que par les techniciens des Parcs (Nationaux ou Régionaux), les animateurs de pays, etc.

Ces films sont quasiment tous sous-titrés pour une meilleure accessibilité.

Voir la collection documentaire

Fiche technique

Date de réalisation : 30 Décembre 2016
Niveau : Tous publics / hors niveau
Disciplines : Gestion des ressources naturelles et des déchets, Ecosystèmes et biodiversité, Dynamique des milieux naturels, Institutions, acteurs, sociétés et territoires, Gestion et aménagement des territoires

Auteur(s) : BRIANE Gérard, JIMENEZ Jean
Producteur : UVED, Université Toulouse – Jean Jaurès
Réalisateur(s) : JIMENEZ Jean

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Licence Creative Commons : Attribution, Pas d’utilisation commerciale, Partage dans les mêmes conditions

CONF / YVES LACOSTE, la géographie des conflits

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Voir la vidéo sur CanalU

La géographie des conflits / Yves Lacoste. Conférence organisée par les Cafés géographiques et le Conseil Scientifique de l’Université Toulouse II-Le Mirail dans le cadre des Mercredis de la connaissance. Université Toulouse II-Le Mirail, 30 mars 2011. [Thème au programme des concours externes CAPES et Agrégation 2011-2012].

Yves Lacoste : « Il faut distinguer différents types de conflits à la surface du globe, en fonction de leur ampleur, de leur contexte politique, des caractéristiques des adversaires : ainsi après le gigantesque conflit que fut la Seconde Guerre mondiale, les luttes pour l’indépendance de la 2° moitié du XX° siècle, et les confrontations entre « monde libre » et « monde communiste » elles aussi de la 2° moitié du XX°, n’existent plus aujourd’hui. Les conflits qui viennent d’éclater au sein de différents pays arabes ne sont pas au premier chef géopolitiques (leurs enjeux sont surtout sociaux, et non pas territoriaux), mais leurs contre – coups seront sans doute géopolitiques.
Il est utile de prendre un cas précis pour montrer le grand intérêt du raisonnement géographique dans l’analyse des conflits. Le problème israélo-palestinien (appelé d’abord israélo-arabe) est assurément le conflit le plus ancien (il date de 1948, mais remonte en fait aux années trente) qui apparaît aujourd’hui, comme pouvant devenir encore plus dangereux au plan international, bien qu’il porte seulement sur 35.000 Km2 (au sens large, Israël 26.000 Km2) soit l’équivalent de la surface de la Bretagne. Une donnée éco-géographique première est presque toujours ignorée de toutes les analyses des origines de ce conflit : le fait que l’étroite plaine littorale (200 km x 25-40) qui correspond à la partie aujourd’hui la plus peuplée du territoire israélien, était extrêmement peu peuplée (sauf le cordon littoral) au milieu du XIX° siècle, à cause de la présence de nombreux marais et de ce fait du paludisme. Sans cela, les immigrants sionistes n’auraient pas pu y acheter des terres à des notables arabes et commencer à s’implanter en Palestine, avec l’accord de l’empire ottoman ». [source : Cafés géographiques].

Fiche technique

Auteur(s) : LACOSTE Yves

Réalisateur(s) : Nathalie MICHAUD

Producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail

Date de réalisation : 30 mars 2011

Durée du programme : 121 min

Niveau : niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche

Disciplines : Géographie physique, humaine, économique et régionale

Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail et aux auteurs.