TRANSITION-VELO

En milieu urbain, face au développement de l’épidémie et en un temps très court, les individus réévaluent leurs options de déplacement. Le vélo apparaît alors à plusieurs égards comme une option de mobilité urbaine résiliente et fiable à court et long termes, compatible à la fois avec un contexte de crise sanitaire et les objectifs de développement durable. Les habitudes de mobilités étant difficiles à changer, profiter d’une modification de comportement pendant la crise sanitaire pour transformer durablement les pratiques et habitudes de mobilités urbaines devient pour beaucoup de villes une opportunité à saisir et un défi à relever. La mise en place d’un système de VLS efficient agissant favorablement sur le développement général de l’usage du vélo en milieu urbain, le projet pluridisciplinaire que nous présentons propose d’étudier et de caractériser l’impact de la pandémie sur l’utilisation des Vélo en Libre Service en comparant les situations de Toulouse et de Lyon. Les méthodes utilisées relèvent de l’analyse mathématique de données désagrégées de trajets de vélos, de trafic routier et de billetterie de transport en commun, et d’enquêtes par entretiens. L’objectif est d’aider les opérateurs et pouvoirs publics à se saisir rapidement de ces transformations d’usage pour à la fois répondre au mieux à une situation d’urgence créée par la pandémie et se préparer aux crises futures, comprendre les opportunités actuelles en terme d’usage de vélos et mettre en place les conditions d’une pérennisation de nouvelles pratiques cyclables.

  • contact : bertrand.jouve@univ-tlse2.fr