The project

logoANR

SyMiLa a pour but de documenter pendant qu’il en est encore temps, la variation syntaxique fine des dialectes des langues romanes de France, menacés d’extinction, de mettre nos résultats empiriques à la disposition de la communauté scientifique et de commencer à en tirer les conséquences pour la théorie linguistique.

La comparaison syntaxique des langues, que ce soit à des fins typologiques, diachroniques et/ou théoriques, s’effectue généralement à partir de langues « standard » bien documentées, sur des données et paramètres relativement larges. Or, des travaux récents(par exemple dans le domaine italien) ont montré que la comparaison de dialectes proches était indispensable. Ce champ de recherche, dit syntaxe dialectale ou micro-variation syntaxique, quoiqu’en plein essor en Europe et au-delà, est à ce jour, en dehors du domaine basque et plus récemment breton,  quasiment inexploré en France, aussi bien d’un point de vue empirique que théorique. L’objectif de ce projet est de contribuer à combler ce vide. Pour cela, il développera deux axes.

 Axe « Données existantes »

(Resp. : Anne Dagnac, U. de Toulouse 2, CLLE-ERSS )

Il s’agit de rendre exploitables et commencer à exploiter des données exitantes « masquées ». L’ Atlas Linguistique de la France, publié par Edmont et Gilliéron au début du XXè siècle, bien qu’il ait été conçu et publié dans une optique principalement phonologique et lexicale (9 volumes grand format de cartes classées par entrées lexicales indiquant toutes leurs variantes phonétiques), a en effet été partiellement élaboré à partir de données syntaxiques, contrairement à la plupart des Atlas régionaux ultérieurs. Les enquêtes ont été effectuées au tournant du XXème siècle, alors que les dialectes régionaux jouissaient d’un plus grand dynamisme qu’aujourd’hui, et elles couvrent de façon systématique 629 points d’enquête de l’ensemble du domaine gallo-roman. Si elles donnent quelques grandes lignes directrices de la (morpho)-syntaxe de base de ces dialectes,  en l’état, du fait de leur découpage pour publication sur des cartes lexicales, elles sont difficilement accessibles.

Le projet permettra de reconstituer toutes les structures syntaxiques à l’origine de ces cartes avec leurs variantes, et de les rendre disponibles sous la forme, notamment, d’une base de données relationnelle articulée à des outils cartographiques.

 Axe « Nouvelles enquêtes »

(Resp. : Patrick Sauzet, U. de Toulouse 2, CLLE-ERSS, )

Ces données seront prolongées par de nouvelles enquêtes, à visée cette fois spécifiquement syntaxique, de façon à uniformiser et approfondir les phénomènes couverts, individuellement et dans leurs relations. Les questions de typologie syntaxique et de covariation dans les langues romanes et en général, débattues au niveau international, notamment les plus centrales pour la connaissance des langues romanes, seront prises en compte pour la rédaction des questionnaires d’enquête, afin que les données des dialectes romans de France puissent enrichir ces débats.Plus approfondies, les nouvelles enquêtes couvriront les dialectes occitans, le franco-provençal, le catalan de France et une partie des dialectes primaires d’oïl (picard, gallo, vendéen, …). Les résultats en seront versés dans la même base de données.

Axe « Formalisation syntaxique »

(Resp. Dominique Sportiche, ENS/Jean Nicod)

Outre l’accès aux données et leur récolte, le projet a pour objectif leur insertion dans les débats en cours au niveau international portant sur des questions de typologie syntaxique et de covariation dans les langues romanes et en général. Ces questions, notamment les plus centrales pour la connaissance des langues romanes, seront prises en compte pour la rédaction des questionnaires d’enquête,, afin que les données des dialectes romans de France puissent enrichir ces débats avec pertinence.

Dans un premier temps, les recherches s’articuleront autour des point suivants :

  • Structures de la phrase simple, expression du sujet
  • Négation
  • Clitiques et combinaisons de clitiques
  • Zone du complémenteur
  • Accords dans le domaine nominal