Colloque international – 2-3 février 2015

Education inclusive, la question de l’évaluation : des représentations aux pratiques évaluatives

1O ans après le vote de la loi française du 11 février 2005 pour "l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées"

Sous le haut patronage du
Ministère de l’éducation nationale,
de l’enseignement supérieur et de la recherche

Organisé à Toulouse par  l’UMR Education Formation Travail Savoirs (MA 122)  de l’Université Jean Jaurès  et l’École Nationale de Formation Agronomique – Entrée 3 Cognitions, pratiques et développement professionnels

L’éducation inclusive est fondée sur le droit à une éducation de qualité pour tous qui réponde aux besoins d’apprentissage fondamentaux et enrichisse l’existence des apprenants. Elle s’inscrit dans un mouvement international qui met en avant les principes de non-discrimination ou de reconnaissance des droits de la personne handicapée, dans le prolongement des principes de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948.

Afin de valoriser l’égalité des chances, les législateurs de différents pays proposent de prendre en compte les besoins des apprenants en situation de handicap en créant des parcours de scolarisation personnalisés et des dispositifs de formation et d’évaluation adaptés. Ces directives impliquent en général d’importants infléchissements et changements tant au niveau des systèmes éducatifs, des dispositifs pédagogiques que des pratiques professionnelles des acteurs. Pour les enseignants et les formateurs, il s’agit de faire face à des questions complexes :

  • Évaluer : débattre des valeurs sous-jacentes de l’évaluation : quels sont les acteurs de l’évaluation et leur formation ? Quelle évaluation des compétences (et dans quelles conditions d’exercice) des personnes à besoins particuliers tout au long de leur parcours ?
  • Adapter et diversifier l’évaluation en prenant en compte les capacités et les compétences des personnes à besoins particuliers.
  • Permettre la confrontation et la mutualisation de dispositifs d’évaluation existants : pour et vers une reconnaissance institutionnelle ?

Au cours de ce colloque, 3 axes de réflexion seront privilégiés :

1. La question de l’égalité et de l’équité sera    interrogée en prenant appui sur les propositions de l’Agence européenne pour le développement de l’éducation des personnes présentant des besoins particuliers : « La mise en œuvre, au sein de l’enseignement ordinaire, d’une méthode d’évaluation qui vise à accompagner le mieux et le plus loin possible les élèves dans leurs apprentissages. L’objectif général de l’évaluation est de promouvoir l’inclusion de tous les élèves présentant un risque d’exclusion, y compris les élèves présentant des besoins éducatifs particuliers »[1].

2. Les pratiques évaluatives seront étudiées et une attention particulière sera portée à l’agir évaluatif de l’enseignant et du formateur, à travers l’incidence des gestes évaluatifs des enseignants pour les élèves à besoins particuliers. Les représentations professionnelles des acteurs, leurs implications et engagements seront au cœur de la réflexion.

3. Une réflexion sur l’évaluation par compétences sera conduite. La prise en compte du statut de l’élève, des ses besoins, de ses difficultés ou handicaps mais aussi de ses capacités,  réinterroge la conception de la compétence et en particulier celle de son évaluation dont les dispositifs ne pourront plus laisser pour compte les potentialités des apprenants.

 Programme et liste des ateliers