Fortipolis – 9 : Le Castéra à Labastide Monréjeau (64). L’habitat

Concernant l’habitat, l’opération s’est également révélée riche d’enseignements. D’abord, la majorité des sondages réalisés ont révélé des vestiges archéologiques. On peut donc estimer à au moins 2 ha la superficie occupée de manière structurée, au nord et à l’est du plateau. De plus, trois des sondages ont fait apparaître des vestiges de constructions. Il s’agit de bâtiments en terre et bois sur ossature de poteaux. Des fragments de terre brûlé attestent de l’utilisation du torchis pour les élévations (photo du milieu à gauche). Quant à eux, les sols sont en terre battue ou correspondent à des épandages de galets et de mobilier remobilisé (photos en haut à droite et en haut à gauche). Un niveau de cour ou de place si ce n’est une voierie a également été observé dans un des sondages (photo du bas). Enfin, le site a connu deux phases d’occupation au IVe-IIIe s. et au IIe-Ier s. av. Jésus Christ, soit immédiatement avant la Conquête romaine. Les caractéristiques de la fortification suggèrent que nous avons affaire à un site d’importance, jouant sans doute, au-delà de sa dimension défensive, un rôle politique et territorial. #Archeorama

Photographies – Philippe Gardes, Marion Nouvel
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.