Financements

Comment financer sa thèse???

Voilà bien la question que tous les doctorants, sans exception,  se posent. Bien-entendu, et comme nous le soulignons dans la rubrique « Futurs doctorants », il faut se la poser avant même s’être inscrit en doctorat car il existe encore bien trop d’abandons de thèse dus à un manque de fonds personnels. Financer sa thèse c’est payer son loyer, sa pitance, ses livres et autre matériel indispensable, ses abonnements de transports et déplacements divers (à l’étranger ou non), l’impression des manuscrits de la thèse, sans oublier le budget photocopies qui est, soyons honnête, assez conséquent.

Or, en Sciences Humaines et Sociales, nous ne vous apprendrons rien en vous disant que les financements sont rares… En effet, contrairement aux universités axées sur les sciences « dures » dont certaines refusent même des doctorants sans financements « officiels », les disciplines des SHS intéressent moins les investissements privés et publiques car elles sont considérées comme moins rentables. Des efforts sont tout de même faits chaque année afin d’aider les nouveaux thésards, mais les informations et les droits auxquels les doctorants peuvent prétendre sont souvent difficiles à dénicher… En SHS, faute de financement suffisant proposé par les universités, les étudiants sont contraints de se tourner vers des bourses privées, du mécénat ou autres. Il est donc compliqué de se retrouver dans la masse de financements possibles et nous ne pouvons donc prétendre vous donner ici une liste exhaustive.

Le mieux est d’abord de se renseigner auprès de son directeur de recherche (mais il faut être conscient que certains sont très mal informés à ce sujet) et auprès de son École Doctorale. Le TESC publie tout au long de l’année des appels à candidature pour des bourses et concours privés ou publiques. Bien entendu, ces offres concernent des sujets souvent très précis et ne s’adressent donc qu’à un nombre restreint de candidats. Mais il y a bien des heureux élus, alors pourquoi pas vous?

Voici quelques informations pour commencer vos recherches. Nous vous conseillons aussi vivement la lecture du guide des Aventures du doctorants (chapitre « Financer sa thèse? ») téléchargeable sur la page d’accueil du site de TESC. Bien entendu nous complèterons cette rubrique au fil du temps.

  • Le CDU (Contrat Doctoral Unique) : depuis la réforme des universités et du monde de la recherche publique, l’allocation de recherche attribuée aux doctorants par leur École Doctorale est devenue le CDU. Il faut savoir qu’il existe deux sortes de CDU : celui de type 1 axé sur les activités de recherche uniquement , et celui de type 2 permettant au doctorant d’effectuer des activités complémentaires (enseignement, valorisation de la recherche etc.). Il est évident qu’au vu des exigences du CNU et du CNRS, le contrat de type 2 s’avère bien plus intéressant pour le doctorant concernant son recrutement futur. Le TESC a d’ailleurs décidé de concentrer son budget sur ce dernier. L’obtention du CDU se fait par concours sur dossier à déposer auprès de son École Doctorale avant l’inscription en thèse. Attention à bien se renseigner concernant la date limite de dépôt des candidatures (24 juin  2011 pour le TESC). Il s’agit donc de préparer son dossier avant même la soutenance de son mémoire de Master 2. Après, il est malheureusement trop tard… Sachez aussi que le CDU ne dure que 3 ans. Attention donc si vous dépassez ce délais. Des informations plus détaillées se trouvent dans les Aventures du doctorant.
  • Le CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche) : il s’agit d’un contrat entre un doctorant, un partenaire public ou privé et une unité de recherche pour une thèse de 3 ans. Le salaire du doctorant est à définir avec l’employeur mais il ne peut être inférieur à 23 484 euros (brut) par an. Ce type de contrat doit être signé avant la 2ème année de doctorat. Toutes les infos sur le site de l’ANRT. Sachez que le TESC encourage vivement les Master 2 à rechercher ce type de financement.
  • le Mécénat : une entreprise désirant financer un projet de thèse dans le cadre de la loi Libertés et Responsabilités des Universités bénéficie d’une réduction d’impôt de 60% des versements effectués. Intéressant donc! L’École Doctorale publie le sujet de thèse et l’entreprise verse les fonds auprès de l’établissement délivrant le diplôme de doctorat. Autant dire qu’il est encore difficile de dénicher ce type de financement. Cependant on peut toujours aller faire un tour sur le portail Fondations et Mécénat.
  • Le financement personnel : mieux vaut ne pas se voiler la face! De très nombreux doctorants de SHS, ne bénéficiant d’aucune aide financière, sont contraints de trouver un travail en parallèle à leur thèse… Mais attention! C’est à chacun de mesurer objectivement ses capacités. Il faut se sentir capable d’assumer cette double casquette et certains jobs permettent plus facilement de le faire. Le métier d’Assistant d’Éducation est idéal dans le sens qu’il autorise une certaine souplesse (aménagement de l’emploi du temps, jour de congés offerts pour passer les concours, autorisations d’absences données facilement, mais attention à bien rattraper les heures manquées!), que les vacances scolaires sont payées et que c’est un boulot stable (limité à 6 ans d’activité). Chaque année les Bibliothèques Universitaires recrutent aussi des moniteurs pour travailler au sein de leurs structures. Le type de contrat peut varier, il faut donc voir avec les responsables du recrutement. Les appels à candidatures sont publiés chaque année sur le site de la BU du Mirail. Il existe aussi un panel de jobs étudiants, mais évitez tout de même d’effectuer un emploi trop prenant ou épuisant (à moins d’en avoir la force!).

Il convient d’ajouter à cette liste des informations sur des financements ponctuels.

  • Chargés d’enseignement, Vacataires et Contractuels : impossible de vivre de ce type d’emploi car le salarié est limité légalement à 96h eqTD. Cependant cela peut faire un bon apport financier tout en améliorant votre CV et vos compétences de futur enseignant-chercheur. Chargés d’enseignement et vacataires sont cependant soumis à certaines exigences : soit avoir une activité professionnelle principale (d’au moins 900h de travail ou 300h d’enseignement), soit être âgé de moins de 28 ans, soit être retraité de l’UTM.
  • ATER (Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche) : tout est dans le titre : « temporaire ». En effet, les ATER exercent une charge d’enseignement et de recherche (s’ils le peuvent, autant être honnête car la préparation des cours prend énooooormément de temps!) tout en préparant un doctorat, une HDR ou un concours. Cependant ce contrat ne peut être renouvelé qu’une seule fois! Il peut être à temps plein ou à mi-temps (les universités préférant clairement le temps plein car ça leur coûte bien moins chers!). Bien sûr un poste d’ATER est très bien vu dans un CV de chercheur mais les places sont chères et la liste de candidats souvent assez longue…
  • Prix et concours : de nombreuses fondations et institutions françaises et internationales décernent chaque année des prix scientifiques récompensant les travaux de recherche de doctorants ou post-doctorants. Il convient de consulter les sites de ces institutions mais sachez que TESC publie régulièrement des informations concernant ces concours. A vous de saisir votre chance!
  • Bourses sur fonds propres des laboratoires : depuis 2000 ces bourses sont attribuées par l’UTM aux doctorants ayant déposé une demande à la rentrée. Le financement ne peut excéder 4 573,47 euros et l’attribution est décidée en commission. Sont prises en compte : les ressources personnelles du doctorant et la qualité de recherche attestée par le Directeur de la formation doctorale et le Directeur de l’équipe d’accueil. Le dossier est à télécharger chaque année sur le site de l’UTM ou sur l’ENT.

Pour les salariés souhaitant reprendre des études et effectuer un doctorat, sachez qu’il existe une diversité de dispositifs qui peuvent aider en matière de financement (le DIF et autres). Pour les salariés et agents de la fonction publique vous pouvez obtenir une prise en charge dans le cadre du droit à la formation continue (accord avec l’employeur, CIF). Enfin pour les demandeurs d’emploi il est important de savoir que vous pouvez conserver vos allocations le temps de la thèse (se renseigner auprès de votre conseiller Pôle Emploi). Dans tous les cas il convient de prendre contact avec le Service Commun de la Formation Continue, secteur Reprise d’Étude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.