Au cours des dernières semaines, nos candidat.e.s Ensemble pour l’Université sont venu.e.s à votre rencontre, dans les composantes et dans les services, à Toulouse et dans les sites en Région. Nous avons souhaité instaurer avec vous une relation de confiance et d’honnêteté. Fidèle à notre volonté de transparence, nous exposons ici les éléments qui permettront à chacun.e. de comprendre notre position vis-à-vis de l’organisation d’un débat contradictoire entre les différent.e.s candidat.e.s aux élections.

 

RAPPEL DES FAITS

Le 25 octobre, un représentant des listes du Snesup portées par Florence Mouchet nous a adressé par mail une proposition de prendre part à un débat réunissant les trois principaux.ales candidat.e.s. Sans concertation véritable, une date, une heure et un lieu étaient indiqués pour ledit débat.

Voici la réponse que nous avons apportée : « Après consultation de [notre] collectif, il ressort que nous souhaiterions pouvoir en discuter de vive voix entre les 3 listes. Cette réunion permettrait d’échanger sur la pertinence d’un tel format et d’en mesurer ensemble l’intérêt et les limites vis-à-vis de la communauté. Notre responsabilité collective est ici engagée ». Le même jour, une réponse par mail du même représentant refusait la demande de dialogue, tout en indiquant que la « 3e liste » avait décliné la proposition d’un débat.

Nous avons alors formulé une deuxième demande selon les termes suivants : « Nous réitérons notre demande de pouvoir échanger avec vous de vive voix quant à la pertinence d’un tel débat, afin d’en mesurer ensemble les intérêts pour la communauté, en responsabilité partagée ». Ce dernier mail est resté sans réponse. Plus »

Les mouvements du printemps dernier ont révélé et renforcé des lignes de clivage entre les membres de notre personnel. Nous devons sortir des oppositions stériles et redynamiser le « vivre ensemble », le « travailler ensemble », où chaque collègue, titulaire ou contractuel, et quels que soient sa catégorie ou son lieu de travail, sera justement considéré dans son rôle.

En tant que BIATSS, nous sommes toutes et tous profondément engagé.e.s dans nos missions et pleinement concerné.e.s par le devenir de notre établissement. Au quotidien, dans les composantes et les services, nous sommes, nous aussi, les garants de son bon fonctionnement, en étant au contact des usagers et en accompagnant la mise en œuvre des missions de formation et de recherche.

Conscient.e.s des enjeux qui traversent notre université, nous entendons participer aux réflexions et aux débats en portant des propositions, au sein des listes Ensemble pour l’Université, afin de :

RECONNAÎTRE NOS COMPÉTENCES ET VALORISER NOS EXPERTISES

  • Viser une plus grande adéquation grade-fonction pour assurer des salaires et des traitements à hauteur des missions exercées, y compris au moment des recrutements ;
  • S’appuyer sur nos expertises pour conduire le projet d’établissement et intégrer des personnels BIATSS à l’équipe de gouvernance ;
  • Mettre en place une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences pour inscrire les créations ou les transformations de postes dans une politique pluriannuelle ;
  • Stabiliser une méthodologie garantissant enfin la transparence et le respect du dialogue dans la détermination des choix lors de la campagne d’emplois ;
  • Optimiser le mouvement interne en accompagnant les agents dans la prise de fonctions nouvelles ;
  • Accompagner les volontés de mobilité et ouvrir de nouvelles perspectives d’évolution de carrière.

Plus »

Les mardi 6 et mercredi 7 novembre, notre communauté universitaire élira ses représentants aux trois instances de direction de notre établissement : le Conseil d’Administration (CA), la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire (CFVU) et la Commission Recherche (CR).

Il s’agit là d’une étape capitale pour l’avenir de notre Université. Depuis de longs mois, et suite à l’empêchement de ses instances, notre communauté a perdu sa capacité d’auto-gouvernance. Il s’agit aujourd’hui de renouer avec le fonctionnement collégial, auquel nous sommes particulièrement attaché.e.s. Aussi, le vote de tou.te.s est-il la garantie d’une réelle représentativité des élus dans nos instances. Nous en appelons donc à une participation la plus large possible des personnels et des étudiant.e.s. C’est là un enjeu démocratique majeur.

Nos conseils et commissions ont besoin de cohérence et de stabilité, c’est une leçon que nous tirons du passé récent. Pour cela, il est important que se dégage de ce scrutin une majorité claire et solide. L’abstention, la dispersion des votes, prennent le risque d’affaiblir la prochaine gouvernance et donc de fragiliser l’avenir de notre Université, alors même que les chantiers qui nous attendent sont nombreux et leurs enjeux fondamentaux.

Les listes Ensemble pour l’Université témoignent d’une volonté de conjuguer expérience et renouvellement pour redonner du souffle à notre gouvernance. Elles se sont constituées pour que notre Université retrouve la confiance et la stabilité nécessaire à ses actions, pour qu’elle puisse choisir son avenir, pour qu’elle continue de participer aux grands débats critiques sans mettre en péril son avenir et celui de ses étudiant.e.s.

Cet avenir nous appartient ! En refondant notre collégialité, nous nous donnons les moyens pour faire de notre université ce qu’elle doit être : le lieu d’une construction humaniste éclairée, où se combinent la liberté de pensée et la responsabilité face nos étudiant.e.s et à nos conditions de travail.

Emmanuelle GARNIER
et les candidat.e.s Ensemble pour l’Université

Notre communauté agit au quotidien sur tous nos campus et ceux-ci vivent grâce à de nombreuses initiatives. Notre « vivre ensemble » repose sur des valeurs fortes et partagées. Pour les étudiant(e)s comme pour les personnels, nous pouvons cependant encore conforter notre sentiment d’appartenance à notre communauté et témoigner notre attention à celles et ceux qui en ont le plus besoin.

ENCOURAGER LES INITIATIVES ET SOUTENIR NOS ASSOCIATIONS
Les associations et les initiatives étudiantes sont nombreuses et vivaces au sein de notre université, nous nous en félicitons. Elles sont un élément structurant de la vie de notre communauté universitaire, que ce soit en proposant des lieux de rencontre et de convivialité (les foyers), en offrant un large choix d’activités sportives et/ou culturelles ou d’activités éco-solidaires (AMAP, potager).
Elles sont aussi, pour les étudiant(e)s qui s’y engagent, un espace d’épanouissement et de développement, complémentaire de la formation institutionnelle, et participent ainsi d’un véritable parcours de vie étudiante. Les UE d’Ouverture ont permis d’ouvrir une voie et peuvent être renforcées. C’est pourquoi nous devons accompagner les associations dans leurs actions et encourager et valoriser les étudiants dans leur engagement culturel, citoyen, solidaire et sportif. Pour ce faire, nous proposons :
– D’assurer le maintien de la vitalité de nos initiatives étudiantes suite à l’intégration du FSDIE à la Contribution Vie Étudiante et de Campus, gérée par le CROUS. Il est essentiel ici que l’intégralité de la contribution acquittée par les étudiant.e.s soit utilisée à leur profit et non pour combler le déficit de l’Etat ; Plus »

Cette ouverture sur l’Europe et sur le Monde se manifeste par de nombreux aspects sur nos campus : la présence de nombreux étudiants d’une grande diversité d’origines géographiques, le fait que nos équipes de recherche collaborent au quotidien avec d’autres en Europe et dans le monde, l’existence de nombreux programmes d’échanges ainsi que de nombreuses conventions de partenariat. Cette ouverture est au cœur d’un projet universitaire ambitieux, aux antipodes des logiques de repli identitaire, à mille lieux des politiques de mise en concurrence.

L’ambition universitaire de l’ouverture est aussi l’expression d’un projet humaniste. Elle réclame un portage politique clairement assumé. Cette ambition doit constituer le socle des études, de l’enseignement et de la recherche. La mobilité internationale doit être possible pour toute la communauté universitaire. Plus qu’un simple service, les Relations Européennes et Internationales doivent incarner une ambition pour notre université : celle de l’ouverture au monde, de l’éducation à l’altérité. Au-delà des activités concrètes portées par un service indispensable à la mise en œuvre pratique des choix de notre politique internationale, cette ambition nouvelle se décline en trois grands axes

ENCOURAGER ET FACILITER LES MOBILITÉS ENTRANTES ET SORTANTES DES ÉTUDIANTS ET DES PERSONNELS :

  • En instaurant une politique des langues aussi active que diversifiée à l’UT2J ;
  • En renforçant les collaborations avec les instituts culturels toulousains dont l’offre peut contribuer à préparer nos étudiants et personnels à la mobilité ;
  • En développant les partenariats et les échanges avec des universités étrangères.

Plus »

Une université qui a eu « mal à sa recherche »

Si notre Université est reconnue pour la qualité de sa production scientifique dans les domaines qui sont les siens (Arts, Lettres et langues, Sciences Humaines et Sociales, sans oublier les Sciences Techniques et la Technologie), la crise que nous avons traversée ces derniers mois a mis sur la sellette la recherche. Du côté de l’AG, les acteurs de la recherche ont parfois été accusés d’égoïsme et d’avoir fracturé la communauté : la recherche serait « riche », coupée du reste de la communauté, isolée dans sa tour d’ivoire ; elle « siphonnerait » la capacité des composantes à assurer leur mission de formation. De leur côté, les acteurs de la recherche considèrent que l’Établissement ne soutient pas assez l’activité scientifique, ne lui apporte pas les moyens nécessaires à son développement.

Notre établissement a semblé oublier que ce qui le constitue et fait la force des universités au sein des établissements de l’enseignement supérieur, c’est précisément l’articulation étroite entre formation et recherche : nombre de ses membres contribuent simultanément à ces deux missions ; les formations se nourrissent des résultats et des réflexions de la recherche ; en retour, celle-ci est aussi nourrie par les questionnements et les travaux des étudiant.es.

  Plus »

Pour garantir la solidité et la transparence de l’action collégiale au fondement même de l’Université, les listes Ensemble pour l’université appellent à ce que soit acté un nouveau contrat de gouvernance entre la présidence, les conseils centraux, les instances représentatives des personnels, les composantes et les services administratifs, ainsi que la communauté étudiante. Les statuts de notre établissement le permettent, notre responsabilité nous y oblige pour retrouver la confiance dans un projet commun.

POUR UN DIALOGUE SOCIAL JUSTE ET RESPECTUEUX

Dans une université, une équipe présidentielle ne gouverne pas seule : elle travaille notamment avec les instances représentatives du personnel et doit instaurer avec elles un « dialogue social » juste, constructif, et respectueux du rôle de chacun. Les entrelacs entre les partenaires sociaux et les instances de gouvernance entravent la conduite du dialogue social, instillent une méfiance au sein de notre communauté, et affaiblissent notre université dans son fonctionnement.

Les listes Ensemble pour l’Université souhaitent remettre au cœur du fonctionnement de notre université un principe fondamental, à savoir la reconnaissance et le respect du strict rôle de chacun : les conseils centraux mettent en œuvre une politique ; les instances représentatives du personnel défendent les conditions de travail des personnels dans le cadre d’un processus de négociation. Privée de cet espace de négociation, la démocratie universitaire ne peut plus s’exercer, comme l’a montré la situation du printemps dernier. Plus »

La réussite de tou.te.s les étudiant.e.s, quels que soient leurs projets, leurs aspirations et leurs ambitions, est une mission essentielle de l’université.

Les listes Ensemble pour l’Université entendent affirmer leur engagement profond dans la formation et portent des propositions concrètes, au plus près de nos réalités d’organisation et dans le souci d’honorer nos missions au service des étudiant.e.s.

FAIRE ÉVOLUER NOTRE OFFRE DE FORMATION

Les réformes concernant la licence et l’approche du nouveau contrat quinquennal ouvrent un chantier colossal, qui revient à construire en quelques mois de nouvelles maquettes que nous aurions dû élaborer en deux ans.

Soyons réalistes et ayons confiance en ce que nous savons faire ! Commençons par tirer le meilleur des maquettes existantes qui conjuguent la richesse des contenus de formation et la souplesse de leur organisation.

Améliorons ce qui peut l’être ! La mise en œuvre récente des « disciplines associées » a renforcé notre offre de formation et permis aux étudiant.e.s d’acquérir des compétences plurielles, en construisant leurs parcours selon leurs attentes, leurs besoins et leurs envies.

Les listes Ensemble pour l’Université comprennent et approuvent la nécessité de penser des parcours de formation individualisés mais resteront vigilantes quant à la cohérence, la qualité et la lisibilité des diplômes délivrés. Plus »

Les événements de l’année dernière ont profondément affecté notre communauté. Les meurtrissures liées à la situation de paralysie de notre université ont été renforcées par le sentiment que se jouait l’éternel affrontement entre des camps très établis, entre des forces politiques embourbées dans des oppositions anciennes et parfois éloignées des véritables enjeux.

Ces sentiments, même confus, traduisent une volonté profonde de notre communauté de changer les pratiques de gouvernance et de renouer avec une autre idée de notre université : celle  d’une  université cohésive où chacun.e peut prendre part aux débats, placer sa confiance dans le dialogue social  et retrouver ainsi le sens de son engagement personnel et professionnel.

Les élections aux conseils centraux devront répondre à ces attentes ; les listes Ensemble pour l’Université seront au rendez-vous.

Certains voudront voir dans ces listes un simple effet d’habillage du collectif « Ensemble Autrement ». Tout en assumant cette filiation, nous sommes résolu.e.s à mettre en œuvre l’ouverture et le renouvellement, nécessaires pour que notre université retrouve stabilité et apaisement. Plus »

ORIENTATIONS POUR CONSTRUIRE ENSEMBLE NOTRE PROJET D’ÉTABLISSEMENT

Les élections aux conseils centraux des 6 et 7 novembre auront lieu dans un contexte particulier dont nous avons tous conscience. Leurs résultats seront déterminants pour l’avenir de notre université.

Nous appelons donc, dans ce contexte tendu, à remettre à l’honneur une éthique de responsabilité et appelons chacun.e à se faire l’arbitre de la bonne tenue des débats.

Ces élections doivent être aussi une opportunité pour construire et mettre en œuvre ensemble un nouveau projet pour notre université. Les listes Ensemble pour l’Université entendent organiser ce projet autour de trois objectifs majeurs :

RÉAFFIRMER LES AMBITIONS PÉDAGOGIQUES, SCIENTIFIQUES, CULTURELLES ET CITOYENNES DE NOTRE UNIVERSITÉ
↳ En offrant à tou.te.s les étudiant.e.s les meilleures conditions de formation, quels que soient leurs attentes, leurs choix et leurs projets : culturels, scientifiques et/ou professionnels. L’insertion professionnelle, si elle est un objectif, ne prend tout son sens que motivée par des choix libres et éclairés.
↳ En (re)mobilisant l’ensemble des personnels autour d’un projet fondé sur une véritable considération à l’égard de chacun.e dans ses fonctions, et sur la confiance et la convivialité dans les relations.
↳ En réaffirmant le rôle de la recherche comme force de notre Université dans sa relation à la formation pour participer au nécessaire questionnement du monde qui nous entoure par la circulation et la mise en dialogue des savoirs et des expressions critiques. Plus »