Affichage : 61 - 63 sur 63 RÉSULTATS

Renouer avec la chaîne vertueuse de l’alimentation / Carlo Petrini

powered by Advanced iFrame. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Conférence organisée par le Centre d’Études du Tourisme, de l’Hôtellerie et des Industries de l’Alimentation (CETIA) de l’Université Toulouse II-Le Mirail et le Centre d’Étude et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir (CERTOP / UTM-CNRS).

Présentation par Jean-Pierre Poulain, professeur de sociologie au CETIA. Toulouse : Université Toulouse II-Le Mirail, 25 novembre 2011.

Dans cette conférence, Carlo Petrini présente tout d’abord les objectifs du mouvement Slow Food qu’il a créé en 1989 et le réseau mondial de communautés paysannes, Terra Madre.

Citant Brillat-Savarin dans La physiologie du goût (1825), « la gastronomie est la connaissance raisonnée de tout ce qui a rapport à l’homme, en tant qu’il se nourrit », il décrit les sciences gastronomiques dans leur dimension multidisciplinaire, touchant à l’agriculture, la zootechnie, la génétique, la chimie, l’anthropologie et la sociologie, l’économie et l’économie politique, etc.

Dans un troisième point, Carlo Petrini explique l’aberration du système alimentaire actuel fondé sur une production agricole intensive, abusant de produits chimiques responsables de l’appauvrissement des sols et la pollution de l’eau dont le manque pourrait être à l’origine de futurs conflits géopolitiques. Illustrant ses propos d’exemples, la disparition de la vache agérolese en Italie et l’introduction de la perche du Nil dans le lac Victoria, il pourfend une politique mondiale mercantiliste qui détruit la biodiversité naturelle et menace la planète d’un désastre autant écologique, qu’économique et social pour les paysanneries locales.

Face au risque d’une « crise anthropique », il prône un changement de système alimentaire grâce à de nouveaux paradigmes : redonner de la valeur à l’agriculture et à l’économie locale – dont il dit que « c’est une formule propre à garantir la démocratie participative » – et au retour à la terre accompagné d’un nécessaire changement de la Politique Agricole Commune pour aider préférentiellement les jeunes paysans dans leur choix d’une agriculture durable, et non plus majoritairement les grands propriétaires terriens.

Quand il parle de production, de distribution et d’exportation agricole, d’aspects environnementaux et de paysage, de sauvegarde de la biodiversité, du comportement des consommateurs… Carlo Petrini parle toujours de gastronomie.

Voir d’autres conférences sur Canal-U

Fiche technique


Auteur(s) : PETRINI Carlo
producteur : Université Toulouse II-Le Mirail
Réalisateur(s) : JIMENEZ Jean
Editeur : SCPAM Université Toulouse II-Le Mirail
Catégorie : Conférences
Niveau : Tous publics / hors niveau
Langue : Français
Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse II-Le Mirail et à l’auteur.
Date de réalisation : 25 Novembre 2011
Durée du programme : 87 min

La géographie des conflits

powered by Advanced iFrame. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Voir la vidéo sur Canal-U

La géographie des conflits, par Yves Lacoste. Cette conférence était organisée par les Cafés géographiques et le Conseil Scientifique de l’Université Toulouse II-Le Mirail dans le cadre des Mercredis de la connaissance. Ce thème était au programme des concours externes du CAPES et de l’Agrégation en 2011-2012.

Yves Lacoste : « Il faut distinguer différents types de conflits à la surface du globe, en fonction de leur ampleur, de leur contexte politique, des caractéristiques des adversaires : ainsi après le gigantesque conflit que fut la Seconde Guerre mondiale, les luttes pour l’indépendance de la 2° moitié du XX° siècle, et les confrontations entre « monde libre » et « monde communiste » elles aussi de la 2° moitié du XX°, n’existent plus aujourd’hui. Les conflits qui viennent d’éclater au sein de différents pays arabes ne sont pas au premier chef géopolitiques (leurs enjeux sont surtout sociaux, et non pas territoriaux), mais leurs contre – coups seront sans doute géopolitiques.
Il est utile de prendre un cas précis pour montrer le grand intérêt du raisonnement géographique dans l’analyse des conflits. Le problème israélo-palestinien (appelé d’abord israélo-arabe) est assurément le conflit le plus ancien (il date de 1948, mais remonte en fait aux années trente) qui apparaît aujourd’hui, comme pouvant devenir encore plus dangereux au plan international, bien qu’il porte seulement sur 35.000 Km2 (au sens large, Israël 26.000 Km2) soit l’équivalent de la surface de la Bretagne. Une donnée éco-géographique première est presque toujours ignorée de toutes les analyses des origines de ce conflit : le fait que l’étroite plaine littorale (200 km x 25-40) qui correspond à la partie aujourd’hui la plus peuplée du territoire israélien, était extrêmement peu peuplée (sauf le cordon littoral) au milieu du XIX° siècle, à cause de la présence de nombreux marais et de ce fait du paludisme. Sans cela, les immigrants sionistes n’auraient pas pu y acheter des terres à des notables arabes et commencer à s’implanter en Palestine, avec l’accord de l’empire ottoman ». [source : Cafés géographiques].

Fiche technique

Auteur(s) : LACOSTE Yves

Réalisateur(s) : Nathalie MICHAUD

Producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès

Date de réalisation : 30 mars 2011

Durée du programme : 121 min

Niveau : niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche

Disciplines : Géographie physique, humaine, économique et régionale

Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail

Langue : Français

Conditions d’utilisation : Tous droits réservés à l’Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail et aux auteurs.

Le monde et la diversité des langues

powered by Advanced iFrame. Get the Pro version on CodeCanyon.

Résumé

Voir la vidéo sur CanalU

Le monde et la diversité des langues, par Claude HAGÈGE, chercheur en linguistique et professeur au Collège de France. Cette conférence a été organisée par l’Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL), l’UFR des langues et le Conseil Scientifique de l’Université Toulouse II-Le Mirail, dans le cadre du programme « Les mercredis de la connaissance ». Elle a été suivie d’un débat avec l’auditoire, animé par Solange Hibbs, Jean-Louis Breteau et François-Charles Gaudard, professeurs à l’Université Toulouse II-Le Mirail.

Selon les estimations, on compte, dans le monde contemporain, entre cinq mille et sept mille langues différentes, compte non tenu des dialectes et usages régionaux. Ces langues sont rangées en un certain nombre de familles, de l’indo-européenne à la sino-tibétaine, en passant par l’ouralienne, la sémitique, l’africaine, l’amérindienne, etc. Les langues appartenant à une même famille peuvent, néanmoins, être typologiquement très différentes. Certains esprits, hier comme aujourd’hui, prônent une unité linguistique, qui se réaliserait autour d’une langue unique, réputée faciliter les échanges à travers le monde. En réalité, aucune langue n’a jamais eu de diffusion mondiale, qui soit de nature à faire qu’elle supplante toutes les autres, et il ne semble pas, malgré ce qui est déclaré ici ou là, que l’anglais ait aujourd’hui cette vocation. En effet, face à sa présence sur les cinq continents, on voit s’affirmer des langues fortement promues par les pays où elles se parlent, de l’allemand au portugais, de l’espagnol au chinois, et de l’arabe au français, lequel prend tout naturellement sa place dans ce concert en faveur de la diversité linguistique du monde.

Fiche technique

Auteur(s) : Conférence organisée par l’Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL)

Réalisateur(s) : Jean JIMENEZ

Producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès

Date de réalisation : 5 mai 2010

Durée du programme : 120 min

Niveau : niveau Licence (LMD), niveau Master (LMD)

Disciplines : Linguistique

Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail

Langue : Français

Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l’Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail et aux auteurs.