Mémoire

A l’issue des deux années de Master Ethique de la Santé et Recherche, afin de valider le diplôme, chaque étudiant doit présenter un mémoire de recherche. Il s’agit d’un volume de 70 à 100 pages (hors annexes) qui développe une réflexion.

Si le mémoire est soutenu à la fin de la formation, le travail de recherche qui le nourrit doit s’établir au plus tôt dans le cursus, notamment par la réflexion sur un thème que vous aurez choisi personnellement, en lien avec les grands thèmes développés dans le Master.

Le premier temps du travail sur le mémoire consiste ainsi pour chaque étudiant à se demander quel est le thème sur lequel il tend à travailler. Et à l’intérieur de ce champ thématique, quelle question il souhaite poser. Cette question sera autant que possible liée au stage effectué pendant la formation.

A ce stade, il faut considérer que le travail de recherche demandera un réel investissement, mobilisant du temps de lecture, de réflexion – éventuellement d’entretiens et d’analyse de données – et de rédaction. Toutes ces conditions impliquent de faire le choix d’une question porteuse d’enjeux qui vous importent à titre personnel.

Une fois le thème et la question majeure choisis, ils doivent être développés à l’écrit sous la forme d’un projet de recherche. Ce projet sera ensuite soumis au directeur de recherche que chaque étudiant aura choisi de solliciter. Le choix du directeur repose notamment sur le lien avec les thématiques choisies pour le mémoire.

Après lecture du projet, le chercheur sollicité peut soit donner son accord pour le suivi du mémoire, soit réorienter vers un collègue.

L’accord d’un directeur de recherche, une fois recueilli, doit être enregistré officiellement par le dépôt du sujet de mémoire. Et cela auprès du secrétariat de la discipline du directeur (formulaire). Cette démarche doit être faite durant le semestre 4 (au premier semestre du M2).