Messes de l’Homme Armé

A partir du milieu du XVe siècle, la musique religieuse va connaitre beaucoup d’évolution.

Guillaume Dufay est l’un des premiers compositeurs à penser la messe comme une œuvre unitaire. Nous allons retrouver un thème commun qui va permettre d’unifier les cinq parties de l’ordinaire de la messe: Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus et Agnus Dei. Ce thème est emprunté à une mélodie préexistante qui dans l’écriture polyphonique (qui passe de plus en plus de 3 voix à 4 voix) va être placée à la voix de Ténor. La messe va prendre pour nom celui du thème emprunté. On parle de messe à Ténor ou de messe à Cantus Firmus.

Messe de l’Homme Armé

Le cantus firmus de cette messe est fondé sur la mélodie profane d’une chanson très populaire au XVe siècle dont une version du timbre est le suivant :

homme armé

Entre 1450 et le XVIIe siècle de nombreux compositeurs utilisent cette mélodie. On recense une quarantaine de messes dites « de L’Homme Armé »

EXEMPLES :

1)    Dans la messe de l’homme Armé de G. Dufay, ce timbre est écrit à la partie de Ténor avec principalement des notes en valeurs longues. Aux trois autres voix, il propose un contrepoint autour de cette mélodie. En regardant la partition on peut facilement distinguer l’écriture de cette mélodie qui sert d’élément principal à la construction polyphonique des trois autres voix.

2)    Josquin Des Prés a écrit deux messes de l’homme Armé. A la différence de G.Dufay, Josquin recherche davantage un équilibre au niveau de la construction de ses phrases mélodiques. Il y a donc un dialogue, une complémentarité rythmique au niveau des différentes voix. La mélodie de l’homme armé voyage et peut par exemple se retrouver à la partie de superius. Pour cela l’imitation est donc un procédé de base de l’écriture musicale. Cliquez ici pour écouter (Missa l’homme armé super voces musicales)

3)    Pour la messe de l’homme armé de Pierre De La Rue on parle de messe paraphrase. Dans ce cas, le cantus firmus circule librement dans toutes les voix au lieu de se limiter au ténor. D’autres procédés d’écriture sont utilisés comme par exemple le canon de proportion  qui sert d’élément de  base pour la construction de son agnus Dei 2.

1 response to Messes de l’Homme Armé


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.