La Guerre ou la Bataille de Marignan

Cette œuvre est la base thématique du la Missa Super « La Bataille » exposée dans l’article précédent. On retrouve le thème musical mais pas tant une esthétique commune.

« La Guerre », ou « La Bataille de Marignan »…

 

Escoutez, tous gentilz Galloys,
la victoire du noble roy Francoys.
Et orrez, si bien escoutez,
Des coups ruez de tous costez.
Phiffres soufflez, frappez tabours,
Tournez, virez, faictes vos tours,
Avanturiers, bons compagnons
Ensemble croisez vos bastons,
Bendez soudain, gentils Gascons,
Nobles, sautez dens les arçons,
La lance au poing hardiz et promptz
Comme lyons!
Haquebutiers, faictes vos sons!
Armes bouclez, frisques mignons,
Donnez dedans! Frappez dedans!
Alarme, alarme.
Soyez hardiz, en joye mis.
Chascun s’asaisonne,
La fleur de lys,
Fleur de hault pris
Y est en personne.
Suivez Francoys,
Le roy Francoys,
Suivez la couronne
Sonnez, trompettes et clarons,
Pour resjouyr les compaignons.

 

Et après la « grande cadence » :

 

Fan frere le le fan fan fan feyne
Fa ri ra ri ra
A l’estandart tost avant
Boutez selle gens d’armes à cheval
Frere le le lan fan fan fan feyne
Bruyez, tonnez bombardes et canons
Tonnez gros courtaux et faulcons
Pour secourir les compaignons.
Von pa ti pa toc von von
Ta ri ra ri ra ri ra reyne
Pon, pon, pon, pon,
la la la . . . poin poin
la ri le ron
France courage, courage
Donnez des horions
Chipe, chope, torche, lorgne
Pa ti pa toc tricque, trac zin zin
Tue! à mort; serre
Courage prenez frapez, tuez.
Gentilz gallans, soyez vaillans
Frapez dessus, ruez dessus
Fers émoluz, chiques dessus, alarme, alarme!
Courage prenez après suyvez, frapez, ruez
Ils sont confuz, ils sont perduz
Ils monstrent les talons.
Escampe toute frelore la tintelore
Ilz sont deffaictz
Victoire au noble roy Francoys
Escampe toute frelore bigot.

 

On trouve une fantastique imitation des instruments et des « bruits ». On a ici le cadre, le décor au moyen des sons. L’écoute fait sourire, sachant qu’elle fut reprise par le groupe « King’s Singer » avec le français comme langue et non pas le vieux français.

 

Place dans l’histoire :

La Bataille de Marignan reste gravée car elle dura 2 jours entiers (13 et 14 septembre 1515). Pour son rapport directe avec les musiques de l’époque qui en traite, voici un passage écrit par Jean-Pierre OUVRARD :

« Si c’est bien pour célébrer la victoire de François 1er sur les Milanais et leurs troupes suisses, à Marignan en septembre 1515, que Janequin écrivit la fameuse Chanson de la Guerre, l’œuvre ne fut publiée à Paris qu’en 1528, dans les Chansons de Maistre Clément Janequin. Ce n’est guère que dans une tablature de luth italienne de 1540 qu’elle apparaît avec le titre, depuis fort répandu, de Bataglia de Maregnano : on la trouve aussi souvent désignée comme Bataille. Janequin n’est pas le premier à utiliser un argument militaire dans la musique vocale : déjà au XIVème siècle de nombreuses caccie italiennes avaient exploité des appels guerriers ou des sonneries de fanfare. Le titre A la bataglia apparaît dans une œuvre instrumentale de H. Isaac. Mais c’est surtout dans une chanson anonyme italienne à 3 voix (Ms. Pixerécourt, Paris, BN, fr.15123) qu’on trouve déjà un usage imitatif des cris de combat, dans la manière du « quodlibet » de la fin du XVème Siècle.  »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.