Le luth au service de la voix, partie II

G.Campi, Bildnis eines LautenspielersJohn Dowland est le plus grand compositeur et luthiste de la fin du XVIe siècle. Son répertoire est principalement destiné à son instrument : pièces pour luth seul, lute songs (chanson pour une voix et luth), oeuvres pour consort (ensemble de violes et luth), mais nous allons nous intéresser à ses 3 livres de chansons à 4 parties et luth pour démontrer la proximité de la tablature pour luth avec la polyphonie vocale.

En 1597 Dowland publie son « First Booke of songes and Ayres » (premier livre de chansons et airs), il publia le deuxième et le troisième en 1600 et 1603. Chaque livre comporte plus de 20 chansons et ils correspondent aujourd’hui à une part importante du répertoire vocal de cette époque en terme de qualité, de nombreuses chansons font parties des plus connues de tout le répertoire renaissance (Can she excuse my wrongs, Come heavy sleep, I saw my lady weeps, Flow my tears, Shall I Sue, Come again…). Ces ouvrages eurent beaucoup de succès à leur publication.

Ces chansons sont présentées sur deux pages qui contiennent le Cantus avec la tablature d’accompagnement pour luth, les paroles et les 3 autres voix (altus, tenor, bassus), Come Again :

ca

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ca2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette musique est faite pour être interprétée et arrangée avec la plus grande liberté, les musiciens de l’époque avaient un choix immense entre :

-chanter le Cantus (ou le faire jouer à la flute à bec par exemple) en s’accompagnant au luth

-ajouter une viole pour faire le bassus ou un contrechant (ténor ou altus)

– chanter 2, 3 ou 4 voix a capella ou avec le luth

– jouer la polyphonie avec un consort ou n’importe quel ensemble instrumental

– combiner plusieurs de ces façons d’arranger dans une même version

etc.

Ainsi, la tablature pour luth doit avoir une grande cohérence avec la polyphonie vocale pour pouvoir s’adapter naturellement à toutes ces possibilités d’interprétation.

Le luth est écrit à 4 voix dans la première partie (jusqu’à delight) puis à 3 voix dans le refrain, qui est répété une fois à chaque verset. La voix de basse (du luth) est presque identique note pour note avec la voix de Bassus, les seules différences se situent dans l’octaviation vers le bas de la note dominante (ré) par le luth dans les cadences… Dowland a donc simplement fait un copié/collé par rapport au bassus pour écrire la voix de basse du luth.

Allez, je vais être sympa et vous épargner le déchiffrage de l’imprimé original, voici une transcription moderne :

ca 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ca4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par contre cette transcription moderne ne respecte pas scrupuleusement la polyphonie réelle du luth dans les voix intermédiaires ou les notes seront davantage tenues par le luthiste (exemple : les noires si et ré de la troisième mesures sont en fait des blanches, le do noire mesure 5 est en fait une ronde…)

La voix supérieure du luth est un contrechant qui met le Cantus en valeur en évoluant en mouvement contraire par rapport à celui-ci. Ce contrechant est une ornementation de la mélodie typique de l’écriture du luth qui ne peut tenir les notes aussi longtemps que la voix, le luthiste joue donc des notes brèves qui « remplissent » le son et amplifient le luth par rapport aux voix.

A mon humble avis pour écrire les voix intermédiaires du luth Dowland s’est basé sur la basse et la voix supérieure puis a rempli les accords comme les doigts le permettent, ces deux voix sont écrites en parallèle et sont utilisées principalement sur les temps forts pour renforcer l’impact rythmique du luth.

Ce qui est intéressant et montre le génie musical de Dowland dans l’écriture de cet accompagnement au luth (comme tous les accompagnements de ses songs) c’est qu’il peut très bien être joué seul comme une pièce à part entière tout en pouvant s’adapter à tous les arrangements possibles comme nous l’avons vu précédemment. Cette cohérence parfaite entre l’écriture de la polyphonie vocale et l’écriture de la polyphonie sur un instrument n’a aucun égal dans l’Histoire de la Musique.

Quelques versions :

Voix et luth : http://www.youtube.com/watch?v=UoRbncF9UHw

Ensemble vocal a capella : http://www.youtube.com/watch?v=L8vkvHJ2K8Q

4 voix, flûte et luth : http://www.youtube.com/watch?v=QsW_w2iYPuA

petite surprise : http://www.youtube.com/watch?v=55jnH3rqcoU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.