Un site du Master Études romanes de l'UT2J

Étiquette : Mémoires

Médiatisation des incendies de la forêt de Leiria de 2017 : Enjeux sociétaux et environnementaux

L’énorme incendie du 15 octobre 2017 dans la forêt de Leiria (considérée comme le poumon du Portugal), a été un phénomène d’une ampleur inégalée dans l’histoire du pays. En effet, un grand incendie est survenu à Pedrógão Grande quatre mois auparavant, dans la même région.

Quelles leçons sont tirées de ce désastre ? Que nous apprend le traitement médiatique de cet événement sur la prise de conscience ou de son absence ? La préservation des forêts est-elle devenue un enjeu de société ? L’analyse d’articles récents sur le sujet de l’hebdomadaire régional Região de Leiria permet d’apporter quelques éléments de réponse.

Continue reading

La guerre civile espagnole : une mémoire polyphonique et internationale

« Aujourd’hui en Espagne, demain en Italie »

Carlo Rosselli, « Oggi in Spagna, domani in Italia », Giustizia e Libertà, 27 novembre 1936

Véritable théâtre de la résistance ayant également sollicitée des nations étrangères, le retentissement de la guerre civile espagnole peut aujourd’hui s’observer à travers le conflit de ses mémoires. Les différentes stratégies mémorielles mises en place ont participé d’une part à la pluralité de ses formes et de ses voix et de l’autre à sa migration au-delà des frontières espagnoles. La perspective italienne à travers sa littérature va marquer un enjeu supplémentaire dans ces mémoires en conflit et dans leur légitimité.

Continue reading

La Constitution de 1988 au Brésil rôle primordial pour la valorisation du personnage historique, Cosme Bento das Chagas.

L’esclavage au Brésil a eu lieu entre les années du xvie et xixe siècles et a été une forme d’exploitation de la main-d’œuvre des hommes et des femmes africains, soutenue par le trafic négrier à travers l’océan Atlantique. Entre les années 1838 et 1841, éclate une révolte nommée « Balaiada », qui a eu lieu à la province du Maranhão, aujourd’hui un état du Maranhão. La révolte a reçu ce nom en raison du surnom de l’un des principaux leaders, Manoel Francisco dos Anjos Ferreira, le « Balaio », nom du panier en paille qu’il fabriquait. Cosme Bento das Chagas est un autre leader, il a réussit à rassembler jusqu’à 3000 Noirs pendant la révolte de la Balaiada.

Continue reading

Un conquistador déboulonné au sommet d’une pyramide préhispanique

Depuis la mort de Georges Floyd, un homme afro-américain tué par un policier le 25 mai 2020 à Minneapolis (Etats-Unis), des actes iconoclastes se multiplient envers des statues identifiées comme colonialistes. Ce phénomène de « déboulonnage » s’est invité en Colombie avec une prolifération de ces opérations à plusieurs endroits stratégiques du territoire. Ces initiatives politiques, hautement symboliques, sont souvent appréhendées depuis la perspective de l’influence étatsunienne car ces évènements sont transversaux à une même époque. Or, si la communauté Misak, actrice du déboulonnage de Popayán, surfe sur la vague de Cancel culture, c’est surtout afin d’attirer l’attention sur des revendications actuelles qui leur sont propres. Le cas de la statue de Sebastián de Belalcázar dans la Ville Blanche (figure 1), soulève des problématiques locales particulières reliant mémoire coloniale et enjeux contemporains.

Bernard Gagnon, El Morro de Tulcán en Popayán, 2020.

Figure 1 : Le Morro del Tulcán à Popayán, Bernard Gagnon, 2020.

Continue reading

Le mythe de la naissance du soleil, récit universel

L’humanité s’est interrogée, depuis des temps immémoriaux, sur les origines des phénomènes naturels ainsi que sur l’existence des êtres vivants sur Terre. Les nombreux mythes, répartis sur les cinq continents, semblent de tous temps leur avoir apporté des éléments de réponse. Nous nous intéresserons, dans cet article, à cet élément du patrimoine mondial qu’est le mythe et, plus particulièrement, le mythe cosmogonique de la naissance du soleil.

Continue reading

Femme et patriarcat dans le cinéma : Quand le chien est au milieu du conflit

Alors que les hommes ont le monopole de la parole sur les moments clés de l’histoire, Marcela Said nous donne la vision d’une femme sur les répercussions de la dictature dans sa vie de femme bourgeoise chilienne. Dans son film Mariana (Fig. 1), sorti en 2017, elle exprime cette nouvelle vision à travers la relation entre le chien, le patriarcat et la femme dans le cinéma et la peinture. Cette deuxième lecture offre au spectateur une perspective plus complexe de la place du patriarcat qu’il n’y paraît.

Fig. 1 Affiche du film Mariana, Marcela Said, 2017
Continue reading