Des éditions cartoneras à la cyberculture

Étiquette : dictature

Diario de una princesa montonera de Mariana Eva Pérez. Ou l’expression d’une voix qu’on voulait étouffer

Contextualisation

Mariana Eva Pérez est une politologue, dramaturge et écrivaine argentine née à Buenos Aires en 1977, en pleine dictature militaire (1976-1983). Elle est devenue orpheline à 15 mois, le 6 octobre 1978, lorsque ses parents ont été séquestrés par les Forces Armées alliées de la dictature à cause de leurs engagements politiques puis portés disparus. Après avoir été enlevée aux côtés de sa mère enceinte de 8 mois, elle a eu la chance d’être récupérée par l’un de ses cousins puis élevée par ses grands-parents paternels. En 2000 elle a retrouvé son frère, Guillermo Pérez Roisinblit, né en captivité et volé à la naissance, et ils ont pu rencontrer leur grand-mère, Rosa Roisinblit, vice-présidente de l’ONG Abuelas Plaza de Mayo.

La vice-présidente de l’organisation Abuelas Plaza de Mayo, Rosa Roisinblit, avec ses petits-enfants Guillermo Pérez Roisinblit et Mariana Eva Pérez, devant les tribunaux de San Martín, le 8 septembre 2016.
© Juan Mabromata / AFP

Cependant, comme pour de nombreux desaparecidos, le mystère reste entier concernant le destin des parents de l’autrice. On sait juste qu’ils s’appelaient José Manuel Pérez Rojo et Patricia Julia Roisinblit, qu’ils n’avaient pas 30 ans, qu’ils étaient tous deux membres de la Columna Oeste des Montoneros, le père responsable militaire et la mère infirmière, et qu’ils ont été séquestrés l’un dans le RIBA (Regional Intelligence Centre of Buenos Aires) et l’autre dans l’ESMA (Escuela de Mecánica de la Armada).

Rosa Roisinblit devant la photo de sa fille disparue, Patricia Julia Roisinblit.
Seules photos qu’il reste des parents de M. E. Pérez, non datées.

Pour comprendre le contexte de création et les motivations de Mariana Eva Pérez il est nécessaire de revenir brièvement sur la chronologie de l’histoire socio-politique argentine à l’issue des 7 ans de dictature (1976-1983).

Continue reading

Fabian Rodriguez et la crise actuelle vénézuélienne

Suite à l’arrivée au pouvoir d’Hugo Chavez en 1998 et tout au long de 18 ans de la Révolution Bolivarienne le gouvernement vénézuélien a essayé d’instaurer un courant de pensée révolutionnaire. Au début de la révolution ce mouvement avait gagné la sympathie du peuple vénézuélien et des artistes. En 2005,  le gouvernement a pris la décision de centraliser l’activité artistique ayant comme conséquence la disparition des grands programmes de culture et laissant sans financement un grand nombre de festivals, concours, journaux, musées régionaux, bibliothèques et librairies.  Selon plusieurs artistes, cette mesure a aussi affecté la souveraineté des institutions et a créé une division dans le secteur artistique donnant lieu à un secteur « officiel » et un secteur indépendant. Alberto Barrera Fyszka, écrivain exilé au  Mexique, affirme qu’au Venezuela le secteur officiel artistique est le seul qui reçoit un financement de l’État. En même temps, il accuse le gouvernement d’exiger la loyauté acritique à ceux qui reçoivent du financement. En conséquence, ce panorama a permis l’apparition d’un mouvement artistique né de la nécessité d’exprimer leur mécontentement envers ces politiques répressives et face à l’actuelle crise politique, économique, sociale et humanitaire que vit le pays.

Fabian Rodriguez et son travail

Dans le cadre de ce mouvement indépendant intervient Fabian Rodriguez, cinéaste et directeur créatif du producteur audiovisuel « Cometa Negra ». Fabian est né à Mérida, au Venezuela. Continue reading

Difficile à avaler : la dernière intervention artistique censurée dans un Brésil de moins en moins démocratique

Le travail du collectif « És uma maluca » a été reproduit dans la rue à Rio, après être interdit par le gouvernement

Performance faite en janvier dans une rue du centre de Rio (Julio Cesar Guimarães/UOL)

Pendant deux mois, une recette indigeste de gâteau a résonné parmi les quatre murs de l’un des centres culturels les plus importants de Rio de Janeiro. Loin de stimuler les visiteurs de la Casa França Brasil dans les aventures gastronomiques, l’audio qui a été reproduit en boucle et qui énumérait les étapes nécessaires à la préparation du gâteau visait à accentuer une manifestation très familière au Brésil.

Nous nous permettons d’ouvrir une rapide parenthèse pour expliquer la raison de la recette présentée dans le musée : pendant la dictature militaire (1964-1985), chaque fois qu’un article était censuré par l’État, les journaux publiaient une recette culinaire. L’idée était de manifester contre l’interdiction.

Au fil des années, ce qui était une routine est devenue une anecdote du journalisme, et les brésiliens nés après les années 1980 se sont habitués à penser qu’ils jouissaient de toute la liberté d’expression du monde, en particulier à l’époque d’Internet. Continue reading