Des éditions cartoneras à la cyberculture

Étiquette : Contre-culture

Diario de una princesa montonera de Mariana Eva Pérez. Ou l’expression d’une voix qu’on voulait étouffer

Contextualisation

Mariana Eva Pérez est une politologue, dramaturge et écrivaine argentine née à Buenos Aires en 1977, en pleine dictature militaire (1976-1983). Elle est devenue orpheline à 15 mois, le 6 octobre 1978, lorsque ses parents ont été séquestrés par les Forces Armées alliées de la dictature à cause de leurs engagements politiques puis portés disparus. Après avoir été enlevée aux côtés de sa mère enceinte de 8 mois, elle a eu la chance d’être récupérée par l’un de ses cousins puis élevée par ses grands-parents paternels. En 2000 elle a retrouvé son frère, Guillermo Pérez Roisinblit, né en captivité et volé à la naissance, et ils ont pu rencontrer leur grand-mère, Rosa Roisinblit, vice-présidente de l’ONG Abuelas Plaza de Mayo.

La vice-présidente de l’organisation Abuelas Plaza de Mayo, Rosa Roisinblit, avec ses petits-enfants Guillermo Pérez Roisinblit et Mariana Eva Pérez, devant les tribunaux de San Martín, le 8 septembre 2016.
© Juan Mabromata / AFP

Cependant, comme pour de nombreux desaparecidos, le mystère reste entier concernant le destin des parents de l’autrice. On sait juste qu’ils s’appelaient José Manuel Pérez Rojo et Patricia Julia Roisinblit, qu’ils n’avaient pas 30 ans, qu’ils étaient tous deux membres de la Columna Oeste des Montoneros, le père responsable militaire et la mère infirmière, et qu’ils ont été séquestrés l’un dans le RIBA (Regional Intelligence Centre of Buenos Aires) et l’autre dans l’ESMA (Escuela de Mecánica de la Armada).

Rosa Roisinblit devant la photo de sa fille disparue, Patricia Julia Roisinblit.
Seules photos qu’il reste des parents de M. E. Pérez, non datées.

Pour comprendre le contexte de création et les motivations de Mariana Eva Pérez il est nécessaire de revenir brièvement sur la chronologie de l’histoire socio-politique argentine à l’issue des 7 ans de dictature (1976-1983).

Continue reading

Sarita Cartonera : la révolution éditoriale à Lima est « chusca »

Nada de lo que me digan me va a alejar de la calle, sé encontrar la esperanza en las calles, entre los borrachos y las putas, sin irme mas allà buscando el cielo…

Collectif, Manifeste de Sarita Cartonera
Murales représentant Santa Sarita Colonia à Milan, réalisé par les street-artists Hadok e Sef.01.

Remarquable exemple de conciliation entre revalorisation de la culture populaire urbaine, positionnement politique anti-autoritariste et négociation avec les espaces culturels institutionnels, Sarita Cartonera est la première maison d’édition cartonera péruvienne et la deuxième à être fondée, après Eloisa Cartonera.

Elle est née à Lima en 2004, fondée par Milagros Saldarriaga et Tania Silva, deux jeunes diplômées de la faculté de littérature de l’Université San Marcos. Un an avant, Milagros Saldarriaga rentre dans une librairie à Santiago de Chile et découvre un des livres de carton d’Eloisa Cartonera, fondée en 2001 à Buenos Aires. Touchée par l’initiative d’Eloisa Cartonera, elle ramène l’idée à Lima, où elle fonde Sarita Cartonera avec l’aide d’autres diplômés en littérature.

Continue reading

Le graff, entre histoire et controverse

Cette vidéo parle de MAL CREW (El Movimiento Artistico Libre), un collectif de Bogota de huit artistes graffeurs créé en 2009. Les œuvres sont spécifiques de part leur grandeur, on parle d’illustrations murales. Ce collectif souhaite intégrer des messages dans ces graffs, alliant un parfait mélange entre le sens des illustrations explicites ou évocatrices et des problématiques politiques et sociales, aussi bien passées que présentes.

Le graff est leur moyen pour intégrer la mémoire de l’histoire (fait historique) dans l’espace public.

« Nous utilisons le passé pour préparer le futur » – MAL Crew

En effet, l’espace public est un lieu où le sens de la controverse d’un graff peut agir comme un révélateur de la situation sociale du pays. Leurs graffs sont tournés autour de la corruption du système politique, mais aussi autour d’autres thèmes tels que l’écologie ou les cultures ethniques.

Continue reading

CIENEGUITA CARTONERA L’engagement collectif au service des mots

« Somos mujeres comunes con responsabilidades excepcionales »

« Nous sommes des femmes normales avec des responsabilités exceptionnelles »

En juin 2011 à Las Heras, le projet Cieneguita Cartonera voit le jour à l’initiative d’un groupe de femmes (Gabi, Rosi, Patricia, Raquel, Stella, Silvia, Nancy, Raquel, María, Fabiana, Lucy, Andrea et Adriana) inspiré par le mouvement cartonero déjà largement présent dans le paysage latino-américain. Cette maison d’édition alternative autogérée se donne pour but de proposer de nouvelles formes de communication au travers de la publication de livres artisanaux au contenu engagé socialement. Le local de la maison d’édition se transforme donc en centre culturel qui voit fleurir de nombreux projets sociaux, culturels et politiques au travers d’une expérience collaborative.

Continue reading