Arts et innovations en Amérique latine

Des éditions cartoneras à la cyberculture

Sarita Cartonera, « ma foi au-delà de ma propre foi »

La maison d’édition alternative péruvienne Sarita Cartonera, propose des ateliers et programmes très particuliers qui touchent aux secteurs plus jeunes pour les sensibiliser et les approcher  à la culture, à l’art,  à l’écologie et à la littérature. Sarita Cartonera travaille avec les institutions publiques qui lui permettent une meilleure visibilité et un financement économique pour atteindre un but en commun : la démocratisation de la littérature et de la culture.

 

Sarita Cartonera, Lima, Pérou 

Le manifest de Sarita Cartonera presente la ligne éditoriale et positionnement de la maison d’édition.

. Photographie récupéré de http://libritocartonero.blogspot.com/2009/10/sarita-cartonera.html

Illustration du Libro Cartonero, par Sarita Cartonera

“Nous ne croyons pas aux dogmatismes. Cette question nous permet de changer de cap quand on a envie et sans avoir un sentiment de culpabilité (…) Ainsi comme Vallejo et Huidobro ont demandé, dans le cas de divergence avec l’attitude de ses magazines, la plus absolue hostilité, on croit aussi avec la rénovation constante, et que notre projet dure le temps que doit durer, sans atténuants (…) Rien de ça que vous me direz va m’éloigner de la rue, je sais trouver de l’espoir dans les rues, entre les ivres et les putes (…) Non, je marche à pied, je vois tout ce qui est grand et terrible en chacun de nous, je bénis la merde, j’embrasse le meurtrier, j’entends l’obscène, je dors entre des bidons et des déchets mais je garde dans mon cœur quelque chose d’innomé et je ne vais pas à le nommer; ceci est mon moteur, ma force, ma foi au-delà de ma propre foi”  (Akademia Cartonera, 2009).

La maison d’édition Sarita Cartonera a été fondée l’année 2004 à Lima, la capitale du Pérou. Cela a été la première maison d’édition du Pérou et qui a été fortement influencée par Eloisa Cartonera, Argentine. Aujourd’hui Pérou compte avec 11 éditoriales Cartoneras.

Sarita Cartonera est un projet solidaire créé par trois diplômés de lettres, qui ont vinculé leur formation professionnelle avec des travails sociales. Dans un premier moment sont Milagros Saldarriga, Tania Silva, Julio Vega ceux qui prennent cette initiative Cartonera, et plus tard est Jaime Luna qui rejoindra le projet.

 

Quelques exemples de titres publiés par Sarita Cartonera

Le choix du nom, Sarita Cartonera, fait-il référence à Sarita Colonia, icône populaire péruvienne, sainte non reconnue par l’église et patronne des marginés. Sarita  Colonia représente une esthétique chichaphénomène qui est née au Pérou pendant les années 70’s et qui inclut différentes manifestations artistiques.

En cliaquant ici, vous trouverez  un essai de Ksenija Bilbija, professeure de littérature latino-américaine, qui nous propose des informations plus détaillées sur Sarita Cartonera (en espagnol).

 

Une petite approche au contexte historique  

Pendant les années 90’s, et sous le mandat de Fujimori , Pérou a vécu grandes attaques à la démocratisation culturelle et égalitaire. Ils étaient supprimés grandes institutions sociales et culturales, et il y avait un grand arrête de la production littéraire alternative. En conséquence, Pérou a vécu une grande augmentation de l’analphabétisme à niveau national.

Après le coup d’État perpétré par Fujimori, le mandataire a mis en place une restructuration capitaliste qui porte le nom de Revolución anti imperialistasocialistahumanistalibertaria y cristianaPendant cette période, il y a eu une privatisation généralisée des entreprises publiques et la bourgeoisie ont repris le contrôle total de l’économie: disparition de la stabilité du travail, de la négociation collective des salaires et du contrôle des prix. On parle d’un régime politique oppresseur aussi favorable à la bourgeoisie et très obéissant aux dispositions du Fonds Monétaire International et des banques.

Cependant, l’année 2004, bas le mandant d’ Alejando Toledo Manrique une loi très importante a été promulguée pour promouvoir la reprise de la promotion culturelle, et qui conduira à l’ouverture du monde littéraire et culturel à la population : La Ley de la Democratizacion del Libro y del Fomento de la Lectura. Ley 28086   

Est pendant cette période où naît Sarita Cartoneraprotégée et reconnue par la loi péruvienne, et qui travaille consciente du problème avec le gouvernement et le ministre de culture du Pérou avec l’objectif d’éradiquer l’analphabétisme au Pérou et faciliter l’accès à la culture au major nombre de personnes.

 

ParticularitéSarita Cartonera

 À différence d’autres éditoriales alternatives, Sarita Cartonera est financée par la municipalité de Lima et a le soutien du gouvernement péruvien, comme on a déjà énoncé. Elle travaille avec institutions publiques comme le Ministère de Culture ou autres organismes comme la Agencia Española de Cooperación Internacional (AECI) ou la Oficina de Cooperación al Desarrollo de l’ambassade Belgue.

Image de la section de livres et titres de Sarita Cartonera dans une bibliothèque

Soit les institutions publiques, soit la Cartonera, travaillent pour finir avec l’analphabétisme et ils ont l’atteint de démocratiser et rendre plus accessible la culture à la population.  On peut apprécier qu’existe une négotiation entre la culture minoritaire et la culture dominante Les classes populaires ont besoin d’un soutien institutionnel pour rendre visible le problème qui englobe un grand nombre de gens du pays et le porter aux débats des dirigeants pour proposer des solutions qui, bien entendu, doit résoudre le gouvernement. Ainsi, Sarita Cartonera peut aussi donner voix et diffusion à son projet et amplifier ses perspectives dans une ligne éditoriale indépendante et alternative. 

Si on continue avec les particularités de cette Cartonera, dans Sarita Cartonera  les auteures et les auteurs qui publient dans l’éditorial cèdent leurs droits de façon gratuite, mais reçoivent le 10% du total des ventes, un percentage usuel dans les maisons d’édition conventionnellesAinsi, les artistes plastiques et les editors travaillent sans rémunération. 

Il faut expliquer que l’’intention initiale de Sarita Cartonera a été promouvoir la culture entre les plus jeunes et donner la possibilité de publier ouvrages aux auteures et auteurs péruviennes non connues. Mais, quelques années plus tard, et en vue que déjà existent autres Cartoneras ou maisons d’édition alternatives qui permettent et donnent déjà un espace à la littérature non conventionnelle, Sarita Cartonera a redirigé leur objectif à éditer et publier ouvrages littéraires bien connus dans latino-amérique, mais que leurs publications n’entrent pas ou ne se trouvent pas au Pérou. En quelque sorte, l’éditorial facilite la circulation de la littérature entre payses latino-américaines. 

« No puede existir democracia si solo algunos tienen acceso al arte y la cultura », Sarita Cartonera

Sarita Cartonera travaille pour  faire plus accessible la littérature à la population et la vinculer avec des activités solidaires et inclusives. Cela, grâce à son projet communautaire, met en réseau et permet la confluence d’écrivains, editors, artistes plastiques et jeunes de secteurs populaires qui sont là pour un objectif commun : la littérature. 

 

Quels types d’ouvrages publie Sarita Cartonera? 

Le catalogue de Sarita Cartonera “inclue des écrivants péruviens de renommés comme Oswaldo Reynoso et Mario Bellatin, et aussi d‘autres comme Paul Guillén, Edgard Saavedra, Romy Sordómez et Carlos Yushimito” (Bilbija, 2007), et en plus, et comme particularité de ce Cartonera, elle publie aussi des ouvrages d’auteures et auteurs étrangers comme Luisa Valenzuela, Pedro Lemebel, Ricardo Piglia et César Aira, entre d’autres.

Image des différénts ouvrages proposées par la maison d’édition  Sarita Cartonera, Lima, Pérou

Les actualisations de leurs titres et les communiqués de presse, normalement sortent dans les principaux journaux du pays. Leurs ouvrages on peut les trouver en librairies, en kiosques universitaires, en organisations de développement social, en la Biblioteca Nacional del Perú et sur leur site web.

Ainsi, les livres Cartoneros publiés par Sarita Cartonera on peut les trouver sur plusieurs sites internet.

 

 

Je vous propose une liste où vous pouvez trouver facilement les publications de Sarita Cartonera :

-Biblioteca Nacional del Peru

-Université de Wisconsin

La feria del libro de Peru

-Casa de la Literatura Peruana

-Museo de Arte de la Universidad Nacional Mayor de San Marcos

-Libreria Sur

Catalogue de maisons d’édition independentes

 

Ateliers et nouvelles initiatives de Sarita Cartonera 

Depuis le 2005 Sarita Cartonera a promu différentes initiatives et ateliers qui sont organisés en cohérence avec la ligne éditoriale et l’existence de la Cartonera.

L’atelier pour antonomase de la Cartonera et qui a eu un grand succès jusqu’à aujourd’hui a été Libros, un modelo para amar. LUMPA. Le programme a été créé en 2005, et est dirigé à une fonction éducative et de formation des lecteurs actifs et lectrices actives. L’atelier consiste à mettre en place un espace de création littéraire et création plastique dans les lycées. Les étudiantes et étudiants doivent confectionner un livre cartonero à partir de l’interprétation des textes choisis pour procéder à la publication des livres cartoneros. Dans ce projet collaborent diverses artistes plastiques et professeurs de littérature. Grâce à cet atelier, en 2006 a été possible d’organiser une exposition de livres dans le Museo del Arte del Centro Cultural San Marcos.

LUMPA est aujourd’hui un des travails principaux de Sarita Cartonera et elle a inspiré autres projets d’Agents Culturales dans l’Université de Havard. Voir le programme ici

Atelier de Sarita Cartonera, Lima, Pérou

Ensuite il y a eu des autres programmes et ateliers pour diffuser la culture comme Sarita CulTour crée en 2005 avec le but de sortir la culture et la littérature de la capitale et la conduire ailleurs, vers l’intérieur du pays.

Autre programme important est  Libros Fascinantes mis en place l’année 2007, et qui mêle la littérature, l’art et l’écologie. Le but de cet atelier, qui présent une grande nouveauté, est que les artistes plastiques développent exclusivement une couverture unique pour les livres, en fonction de l’interprétation qu’ils font sur la lecture.

 

Quelques curiosités

Pour finaliser, je vais vous expliquer que Sarita Cartonera a mis son projet en réseau avec autres CartonerasEloisa Cartonera en Argenine, Yerba Mala Cartonera en Bolivie; et Animita Cartonera  au Chili pour une bonne diffusion de la bonne littérature.

Le réseau de Cartoneras énoncée a publié un dictionnaire de paroles qui redéfinissent les mots-clés d’une éditoriale. À partir de ce dictionnaire, les maisons d’édition annoncent la ligne politique des maisons d’édition alternatives.

Sur ce blog vous pouvez trouver des informations pertinentes à différents Cartoneras qui ont plusieurs initiatives culturales et sociales. Allez-y, recherchez et découvrez nos infos.

 


 

Bibliographie

Amador, I. (2014). Sarita Cartonera – El editorialista. [online] Eleditorialistadotcom.wordpress.com. Disponible en: https://eleditorialistadotcom.wordpress.com/tag/sarita-cartonera/ (consulté le 26 Fev. 2019)

Beatriz Martínez Arranz  (2013) ¡Fuerza Cartonera! Un estudio sobre la cultura editorial cartonera y su comunicación. Diseño de un plan 2.0 para Aida Cartonera. Universidad de Valladolid, Valladolid.

Bilbija, Ksenija (2017) Semblanza de Sarita Cartonera (2004-2011). En Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes – Portal Editores y Editoriales Iberoamericanos (siglos XIX-XXI) – EDI-RED: http://www.cervantesvirtual.com/nd/ark:/59851/bmcg75f4  (consulté le 4 Fev. 2019)

LR, R. (2007). Editorial Sarita Cartonera ofrecerá taller de fabricación de libros. [online] Larepublica.pe. Disponible en: https://larepublica.pe/tendencias/261246-editorial-sarita-cartonera-ofrecera-taller-de-fabricacion-de-libros (consulté le 25 Fev. 2019)

Rpp.pe. (n.d.). Sarita cartonera: Noticias, Imágenes, Fotos, Vídeos, audios y más. [online] Disponible en: https://rpp.pe/noticias/sarita-cartonera (consulte le 26 Fev. 2019)

Valenzuela, L. (2016). Taller de escritura breve – Luisa Valenzuela. [online] Luisavalenzuela.com. Disponible en: https://www.luisavalenzuela.com/taller-de-escritura-breve/ (consulté le 16 Fev. 2019)

Vargasluna, J. (n.d.). Sarita Cartonera: Experiencia de un proyecto literario, comunitario y solidario. [online] Sobre Edición. Disponible en : https://sobredicion.wordpress.com/2006/11/15/sarita-cartonera-experiencia-de-un-proyecto-literario-comunitario-y-solidario-2/ (consulté le 6 Fev. 2019)

 

1 Comment

  1. Es muy interesante ver la forma que se ha trabajado y relacionado la editorial Sarita Cartonera con el trágico periodo de los años 90. Normalmente, cuando se habla de la presidencia de Alberto Fujimori, siempre se aborda desde el lado económico o desde sus crímenes contra la humanidad, pero poco se trata las repercusiones negativas sobre la cultura y el desarrollo personal del grueso de la población. Por ello, enhorabuena por este trabajo, muy interesante todo lo dicho sobre la editorial, pero, también, la profundidad que se ha dado a este trabajo.

    Cuando pones en tu entrada “Sarita Cartonera travaille pour faire plus accessible la littérature à la population et la vinculer avec des activités solidaires et inclusives ». me hace preguntarme en cómo podría pensarse, en todo este ámbito, los espacios de venta de libros informales. En Lima, el grueso poblacional suele realizar sus compras de libros en comercios informales, donde el material son duplicados ilegales de los comercializados en el mercado formal. De hecho, se escucha con orgullo «lo bien que se piratea de los originales»

    En el 2009 se calculó que los libros duplicados ilegalmente obtenían ingresos de 13.7 millones por año, Por ello, se debe tener en cuenta que, a pesar de que las instituciones culturales del país apoyen a casas editoriales como Sarita Cartonera, que tienen tan noble intención, no tienen una verdadera y eficaz actuación para cambiar la situación de informalidad que envuelve al país.

    Si bien Lima es la capital y teóricamente es donde el Estado puede tener mayor eficacia, nos encontramos que es aquí donde esta el mayor comercio informal de libros del país « Amazonas ». En estos espacios se encuentran libros de todo tipo de género y donde podemos encontrar distintos perfiles de compradores.

    Creo que sería muy interesante poder reflexionar acerca de las formulas existentes en el país para acercar la cultura a la población popular teniendo en cuenta estas dos vertientes.

    Enhorabuena por tu trabajo.

Laisser un commentaire