Hubert Matiúwáa (1986) de son nom d’origine Hubert Martinez Calleja est un écrivain mexicain d’origine Mé’phàà. Il écrit en tlapanelco (ou langue mè’phàà) et en espagnol. Il est originaire de Chilacayota, une petite ville de l’État de Guerrero au sud-est du Mexique. Il quitte sa ville pour faire ses études à l’université autonome de Guerrero, où il fait une licence de philosophie et de littérature, puis réalise un doctorat d’études latinoaméricaines à l’Université Nationale Autonome de México (UNAM). Il revient dans sa région natale pour développer l’initiative Gusanos de la Memoria, un centre autogéré et une maison d’édition qui œuvrent pour encourager la création littéraire, la récupération de la mémoire orale, audiovisuelle et photographique des cultures originaires de la sierra de Guerrero. Il travaille prioritairement avec les enfants et les jeunes des communautés rurales.


Crédit image: Salvador Jaramillo, 2020.

Une production littéraire qui dérange

Les langues dites « minoritaires » dans les littératures d’Amérique Latine ont en commun leur pratique qui se développe avant tout comme un moyen de défense et de reconnaissance d’une identité culturelle et collective. Souvent menacée d’extinction, la sauvegarde de ces langues passe par la transmission d’une tradition orale au développement d’une littérature écrite. Ces langues cohabitent avec la langue dominante nationale (espagnol, portugais, anglais) pour en faire des écritures et des éditions bilingues, des traductions et créent des formes de métissage linguistique. On remarque la prédominance de certains genres littéraires comme modes de transmission privilégiés, en particulier la poésie pour les langues autochtones. La circulation de ces productions littéraires et les modes de publication passent en large mesure par le soutien de politiques gouvernementales de promotion linguistique par le biais de subventions, de festivals, de prix littéraires. Il existe néanmoins de plus en plus de maisons d’éditions indépendantes qui se consacrent à la mémoire et au présent des peuples autochtones et à la publication d’une production littéraire. La valorisation des langues et la volonté de rendre visibles et audibles certains groupes sociaux minoritaires est un acte politique. Cette production vient questionner les canons littéraires dominants et les récits nationaux issus de la colonisation. Pour leurs auteurs, elle est aussi un levier pour dénoncer les méfaits des politiques nationales intégrationnistes et les conséquences dévastatrices des politiques économiques néo-libérales pour certaines communautés (racisme, stigmatisme, extractivisme, exactions du crime organisé). 

Des univers parallèles poétiques

La pratique littéraire de Hubert Matiúwàa est particulière et unique en son genre. La langue mé’phàà est fondamentalement orale et il n’y avait pas d’alphabet et de système d’écriture adapté pour retranscrire les sons de la langue à l’écrit. Hubert Matiúwàa est un pionnier qui entreprend de doter d’un système écrit une langue orale. De plus, du fait qu’il s’auto-traduise systématiquement, son œuvre se caractérise par une sorte de dédoublement constant: deux systèmes linguistiques et leur dualité langue/culture. S’agit-il de deux œuvres en une? La littérature d’Hubert emprunte des figures et des symboles de la nature, des procédés et des structures à la culture et à la tradition orale du peuple Mè’phàà. Mais il s’inspire de cette riche tradition de  mythes et de légendes pour construire son propre univers poétique. 

Dans Mañuwìín / Cordel Torcido (2018), il mêle son expérience et son imagination dans un dialogue avec le monde. C’est un recueil de poèmes qui a la structure d’une encyclopédie des mythes, de fables et d’histoires de la culture Mè’phàà. Chaque poème raconte un événement, décrit un personnage ou développe une situation à mi-chemin entre le mythique et le quotidien. On y trouve ainsi des enseignements, mais aussi de l’humour, de la fantaisie et de la critique sociale.

VI

Niwatse inuu numbaa,

 niráka agu ná xoxtoò júbä,

 ajngáa ló nixpithá mina,

 niyáxil ne indií,

 niyáxil ne gàá,

 nìtàà ne xoxtuùn wájen,

 nitháán buanuu:

— Ndáyóo xó màgajàà xuajian ló,

 mà nè gúkú ñawúun khamí xoxtoò

 xó ixè ná niríwii bìyú àphà.

— Rígè ñajún xtóo,

 inuu ne magima

 tsínuu mbí yuu Xáxa —

nitháán ànà.

Xkuánii nigéê gowóo numbaa

xkuánii nitháán buanuu rí nigiduùn jùmù

xuajian ló.

VI

Aclaró el día,

la luz cayó como cuchillo sobre la tierra, 

nuestra lengua se repartió,

  la guardó el ocelote,

 la guardó el armadillo,

 y se encuevó en los muertos,

 los abuelos dijeron:

— Necesitamos 

que crezca nuestro pueblo

 y tenga brazos

 como el árbol del águila.

— Ésta es mi piel  

y sobre ella

cicatrizará la historia de Xáxa —  

dijo el venado.

Nació la primera casa del mundo,

la memoria de Mañuwiíìn. (1)

Cordel Torcido. Xáxa en la casa del tiempo p. 24-25

(1) Mañuwiíìn est le nom en Mè´phàà de Malinaltepec, Guerrero. […]


Ixè

—Ajngáa ló’

 mamidii nè ná idu iya,

 mastrakamijna nè gàjmàá ina,

 majne gúkú ne xó xtáya,

 asndo majanu

mbii rí mataxii nè ixè —nitha xiñu’

El árbol

—Nuestra 

lengua brotará 

por siempre 

en manantiales, 

se colgará con las hojas,

 se escamará en los tallos

 hasta hacerse árbol —dijo la abuela.

Cordel Torcido. Abuela Luna que amanece p.78-79


Son oeuvre  reflète également le contexte social et politique pour dénoncer les différentes formes de violence, de racisme, de marginalisation économique et exclusion culturelle qui affligent le peuple Mé’phàà. Le livre Tsína rí nàyaxà’ / Cicatriz que te mira (2018) présente diverses formes de résistance qui façonnent l’espoir. Il raconte l’histoire d’un combat pour la défense de l’identité et du territoire mené par une famille Mè’phàà et aborde les différents problèmes causés par le trafic de drogue dans la région du Guerrero, comme la migration vers les zones de culture du pavot, la conséquente déforestation et l’exploitation sexuelle des filles et des garçons organisées par le crime organisé.

Nìwá’nu xàbò maxiin

Nìwá’nu xàbò maxiin

mùtsìka iná xndú àkhà’ rá me’,

nì’kà ra nujngoò à’wá

ná awùún ajwàn’ rí nùthara’a mijná angiàn’ ló’, xúgè’ rí gakho rá,

tráma xuwaá xkókó idxùún nìwá’nií,

asndo nunii maxa jàmbaà ná igòó,

asndo xó nakhuu àkwaán nakhùún

rí nàtsimùún ná inuu ixè,

rí nawátháàn ná bòo

ná ndú’yèè xañúú ñò’òn Marutsíí.

Nìwá’nií ná rawun matha, nìyaxuún ijíín gò’ò,

gájmàá xkámída rí mbijwà’ nirigwiì à’woó bègò ná mikuíí, khamí

nìxú’dàa ngámí ná xoxtà’ ló.

Nàwá’nií nùnè nduwèè mbámbá tsigu, nùrígwii ajngáa wa’a tsúdà’ ló’

rí magoò mùrathùún nimà

tsí nùñawán iná xndú àkhà’.

Xó ma’ angiàn’ ló’,

nìrùwa mijnèè nìguyùún xàbò tsí maxiin, tsú’kwè nìri’ñà

rí nimbá mùxúnii, nìnda’à mbá xedè,

mbá tsotón, khamí ijíín gò’ò Marutsíí, ikhiìn júwè’ mùnì mbánií rí

na’thán xuajen xí nàjanùú tsígéjñà’ mé’.

Cicatriz que te mira. p. 60-61

Llegaron los soldados

Llegaron los soldados

a quemar el maíz bola,

se corrió el rumor por la radio

que esta vez sí era en serio,

llegaron con cascos para vestir de verde los caminos,

con pies de hormigas para subir a los árboles,

en las cañadas y en el nido de Marutsíí.

Llegaron por el río mirando a las muchachas

y con armas largas bajaron el rayo de los cielos

e incrustaron en los pechos el temor del silencio.

Llegaron con el pretexto de siempre,

a buscar las ausencias

para llenarlas con sus inventos

y desmontar a los espíritus de la goma.

La gente se organizó y los fue a ver,

para que no hicieran nada, pidieron una res, 

un chivo y las dos niñas de Marutsíí,

que ellos están para servir

a quienes les saben tratar.

Crédit image: Filogonio Valasco Naxim, 2018 (detalle).

Pour en savoir plus:

Hubert Matiúwàa est l’auteur de:

En 2016 il obtient le premier prix des “ Lenguas Originarias Cenzontle”, en 2017 le “V Premio de Literaturas Indígenas de América (plia)”, ainsi que le prix “Poesía Joven del Estado de Guerrero”.

Link video: https://www.youtube.com/watch?v=DyagCBQiWxU

Caroline Montenat et Manola

#mexique, #poesie #bilinguisme #multiculturalisme #artivisme